« C’était une élection locale » : Jean Castex conteste avoir nationalisé les élections régionales

« C’était une élection locale » : Jean Castex conteste avoir nationalisé les élections régionales

Interpellé sur le « triple fiasco » qu’ont constitué les élections régionales et départementales, selon le socialiste Patrick Kanner, le Premier ministre a affirmé que le gouvernement n’avait pas « souhaité nationaliser » le scrutin. Le chef du gouvernement n’a donné aucune réponse sur une éventuelle réunion du Parlement en Congrès cet été.
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Trois jours après le second tour des élections régionales et départementales, le président du groupe socialiste au Sénat Patrick Kanner demande toujours des comptes à l’exécutif. Lors des questions au gouvernement, ce 30 juin, le sénateur a dénoncé la « séquence calamiteuse » et le « triple fiasco » qu’a constitué le scrutin pour le gouvernement, pleinement engagé dans la campagne avec un nombre important de candidats. S’adressant au Premier ministre, Patrick Kanner s’en est pris à la « grande légèreté » d’Emmanuel Macron sur les conséquences de ces élections, marquées par une abstention massive. « Le président de la République était, malgré ses dénégations, la véritable tête de liste de ces élections […] Ce n’est pas seulement les élections territoriales que les Français ont boudées, mais surtout votre politique et l’action personnelle du chef de l’Etat », a soulevé Patrick Kanner.

Le Premier ministre a voulu faire taire ces critiques. « Il est quand même curieux qu’on nous reproche d’avoir voulu nationaliser cette élection, ce qu’il n’a pas été le cas », a répliqué Jean Castex. Immédiatement, une exclamation est montée de l’hémicycle. Il faut dire que le chef du gouvernement s’est affiché sur le terrain à plusieurs reprises aux côtés des candidats de la majorité, dans le Centre-Val-de-Loire ou encore en Auvergne-Rhône-Alpes. « C’était une élection locale », a enchaîné le Premier ministre. « Ce n’est pas parce que nous n’avons pas souhaité nationaliser cette élection que le gouvernement considère qu’il s’agit d’élections secondaires. »

« Ce Congrès, plus que jamais, à quelques mois de la présidentielle, devient une évidence », interpelle Patrick Kanner

Après avoir répété que le gouvernement allait traiter la question des « graves dysfonctionnements » dans l’acheminement de la propagande électorale, Jean Castex a fait part de son « extrême préoccupation » de l’abstention massive. « C’est une interpellation collective. Nous en prenons toute notre part », a-t-il affirmé. Le Premier ministre a rappelé les « initiatives » que se préparait à proposer le président de l’Assemblée nationale, mais aussi les travaux du Sénat en matière de participation électorale. « Dans la transversalité, dans la sérénité, il faudra en tirer toutes les conclusions », a promis le chef du gouvernement.

Patrick Kanner n’aura pas obtenu de réponse sur sa proposition faisant écho à un rendez-vous annuel sur lequel s’était engagé Emmanuel Macron en 2017. « Débattez avec le Parlement en convoquant dès juillet le Congrès ! »

« Si vous pensez que c’est la convocation du Congrès qui aurait pu davantage drainer de votes à ces élections, je vous laisse la responsabilité de cette appréciation », a répondu Jean Castex, sans s’engager sur les intentions du président de la République. Patrick Kanner est revenu à la charge au moment de ses quelques secondes de réplique. « Ce Congrès, plus que jamais, à quelques mois de la présidentielle, devient une évidence. Le clivage droite-gauche est revenu, sachez le prendre en considération. »

Dans la même thématique

Paris : Question time to the Prime Minister Gabriel Attal
6min

Politique

100 jours à Matignon : « La stratégie Attal n’a pas tenu toutes ses promesses », analyse Benjamin Morel

Le Premier ministre marquera jeudi le passage de ces cent premiers jours au poste de chef du gouvernement. Si Gabriel Attal devait donner un nouveau souffle au deuxième quinquennat d’Emmanuel Macron, sa stratégie n’est néanmoins pas payante car il « veut en faire trop sans s’investir fortement sur un sujet », selon Benjamin Morel, maître de conférences en droit public.

Le

ILLUSTRATION : Carte Electorale
4min

Politique

Elections européennes 2024 : comment se déroule le scrutin ?

Tous les citoyens des pays de l’Union Européenne ne votent pas au même moment. Du 6 au 9 juin, ils se rendront aux urnes pour élire 720 députés au Parlement européen. Public Sénat vous explique tout sur ce scrutin, essentiel pour l’avenir de l’Europe.

Le

Belgium Europe Migration
7min

Politique

Parlement européen : quels sont les grands textes adoptés depuis 2019 ?

Entre le Covid et la guerre en Ukraine, la mandature 2019-2024 a dû subir et réagir à de grands bouleversements. Pacte vert, plan de relance, sanctions à l’égard de la Russie ou encore soutien à l’Ukraine… A l’aube du renouvellement du Parlement européen, retour sur les grands dossiers adoptés ces 5 dernières années au Parlement européen.

Le