Cabinets de conseil : Stanislas Guérini présentera « un nouveau cadre » dans « les prochaines semaines »

Cabinets de conseil : Stanislas Guérini présentera « un nouveau cadre » dans « les prochaines semaines »

Invité de notre matinale, Stanislas Guérini est revenu sur le recours aux prestations de conseils par les administrations publiques. Le ministre de la Transformation et de la Fonction publiques a annoncé qu’il allait présenter un « cadre » en reprenant certaines les recommandations du Sénat.
Louis Mollier-Sabet

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Le 21 juin dernier, Éliane Assassi (PCF) et Arnaud Bazin (LR) présentaient leur proposition de loi pour encadrer le recours aux cabinets de conseil dans les politiques publiques, suite aux travaux menés par la commission d’enquête du Sénat. « C’est une proposition que je prends très au sérieux », explique le ministre de la Transformation et de la Fonction publiques, Stanislas Guérini, qui affirme avoir « lu avec beaucoup d’attention le rapport des sénateurs », qui « formulait beaucoup de propositions », dont certaines que le ministre entend « reprendre » : « Je présenterai ce nouveau cadre dans les prochaines semaines et présenterai ma position sur la proposition de loi du Sénat. » Stanislas Guérini a d’ailleurs confié qu’il rencontrerait Éliane Assassi et Arnaud Bazin, respectivement rapporteure et président de la commission d’enquête du Sénat, « très prochainement. »

» Voir notre documentaire : Cabinets de conseil, l’Etat sous influence ?

Le gouvernement ne devrait donc pas reprendre telle quelle la proposition de loi transpartisane du Sénat, mais « certaines » de leurs propositions dans un accord-cadre. « Il y a beaucoup d’éléments sur lesquels on se retrouvera avec les sénateurs, voilà un sujet sur lequel on peut avancer ensemble », assure Stanislas Guérini. Sur le fond, le ministre de la Transformation et de la Fonction publiques ne veut pas exclure le recours aux prestations de conseil : « Il y a besoin que l’Etat puisse s’appuyer sur des acteurs extérieurs. » Stanislas Guérini reconnaît tout de même qu’il faut « formuler un cadre », et « surtout réarmer notre Etat avec des compétences en interne. »

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le