Cabinets de conseil : le texte sénatorial bientôt inscrit à l’Assemblée ?

Cabinets de conseil : le texte sénatorial bientôt inscrit à l’Assemblée ?

La proposition de loi sénatoriale encadrant l’intervention des cabinets de conseil privés dans les politiques publiques serait en bonne voie pour être inscrite à l’ordre du jour des députés. Les sénateurs Arnaud Bazin et Éliane Assassi ont « bon espoir » qu’un groupe reprenne le texte avant l’été.
Guillaume Jacquot

Temps de lecture :

5 min

Publié le

Mis à jour le

L’Assemblée nationale a entamé ce 6 février un long et sinueux tunnel d’examen sur la réforme des retraites. Des semaines d’examen intenses et importantes se profilent pour les députés, tout comme les sénateurs qui s’y préparent. Si les parlementaires sont évidemment focalisés sur ce texte d’importance, d’autres rendez-vous législatifs se profilent et s’anticipent. Les places étant chères dans l’ordre du jour de l’Assemblée nationale, des négociations s’opèrent. C’est notamment le cas de la proposition de loi adoptée à la quasi-unanimité par le Sénat le 19 octobre, pour encadrer l’intervention des cabinets de conseil dans les politiques publiques, qui a donné lieu ces dernières semaines à quelques échanges en coulisse.

Comme nous l’annoncions en décembre, Éliane Assassi et Arnaud Bazin ont sondé ces dernières semaines plusieurs groupes politiques à l’Assemblée nationale sur leur volonté de donner une suite à leur proposition de loi transpartisane. Les contacts noués auprès de groupes d’opposition par l’ancienne rapporteure communiste de la commission d’enquête sur les cabinets de conseil, et son président LR, s’avèrent prometteurs. « Tout le monde est favorable, c’est une satisfaction. Il y a un assentiment sur le fait que le texte doit être définitivement adopté. Après, c’est une affaire de calendrier », témoigne auprès de Public Sénat Éliane Assassi. « J’ai quelques espoirs qu’un groupe prenne le texte d’ici le printemps », abonde Arnaud Bazin, joint ce 6 février également.

Plusieurs groupes politiques ont été approchés jusqu’à présent, dans les oppositions. « Si tous les groupes politiques n’ont pas pu techniquement le prendre dans leur niche parlementaire, tous nous ont assurés de leur soutien sur le texte », explique Arnaud Bazin. « Il y a une ouverture. J’ai bon espoir », confirme Éliane Assassi, quant à une éventuelle inscription du texte dans l’une des journées réservées à un groupe. Le duo sénatorial a lancé d’autres bouteilles à la mer, y compris dans la majorité présidentielle, mais n’a pas encore eu de retour. Réforme des retraites oblige, les agendas sont pour le moins chargés en ce moment au Palais Bourbon. Le Rassemblement national ne sera pas, lui, sollicité.

« On se heurte à un mur du gouvernement »

Un rapide coup d’œil à l’agenda de l’Assemblée nationale montre que les options sont limitées, d’ici à la fin de la session ordinaire, au 30 juin. Les proches niches parlementaires sont celles du groupe PS (9 février), du groupe Horizons (2 mars), du groupe écologiste (6 avril), du groupe GDR comprenant les communistes (4 mai), et du groupe LIOT, Libertés, indépendants, outre-mer et territoires (8 juin). Pour les deux premiers groupes cités, le contenu des journées a même déjà été arrêté.

En bonne voie, l’inscription de la proposition de loi sénatoriale dans le cadre d’une niche parlementaire est finalement la seule option réaliste pour que la route législative se poursuivre. « On se heurte à un mur du gouvernement, qui refuse de l’inscrire dans l’agenda », constate Éliane Assassi. Le ministre de la fonction publique, Stanislas Guerini, avait pourtant affirmé le 19 octobre au Sénat sa volonté que le texte « chemine », dans un espace réservé à un groupe politique, voire dans le temps dédié aux projets de lois. Ce dernier scénario semble moins crédible aujourd’hui : ce 6 février, le ministre a présenté une nouvelle circulaire pour encadrer le recours aux cabinets de conseil, laquelle anticipe « la quasi-totalité des exigences inscrites dans la proposition de loi », selon lui.

« Cette circulaire sort maintenant, alors que lattention de la société civile et du Parlement est plutôt ailleurs »

« Notre proposition de loi va bien plus loin que la circulaire du gouvernement. Elle reste d’actualité », conteste Arnaud Bazin. « Cela fait partie d’une stratégie du gouvernement pour essayer de rendre invalide la proposition de loi du Sénat », signale Éliane Assassi. La sénatrice identifie « plusieurs trous dans la raquette », et pas des moindres.

Contrôle par la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique des déclarations d’intérêts des consultants, obligations déontologiques plus précises, contrôles de l’utilisation des données de l’administration par la CNIL, contrôle des allers-retours entre sphère publique et cabinets de conseil, cartographie des ressources internes dans l’État : à plusieurs égards le texte adopté par le Sénat se montre plus exigeant. Comme pour la publication d’une précédente circulaire, en janvier 2022, à la veille d’une audition importante au Sénat, le timing laisse le sénateur du Val-d’Oise Arnaud Bazin songeur. « Cette circulaire sort maintenant, alors que l’attention de la société civile et du Parlement est plutôt ailleurs. Il y a un dossier qui est l’éléphant dans la pièce », remarque-t-il. « Stanislas Guerini a autre chose à faire en ce moment de s’occuper de cabinets de conseil. » Une façon de dire que le ministre de la fonction publique devrait être à l’écoute des fonctionnaires, à la veille d’une nouvelle journée d’action interprofessionnelle.

Dans la même thématique

Des agriculteurs bloquent le peage de l’autoroute A43 a Saint-Quentin Fallavier en direction de Lyon et Grenoble – Farmers block the toll of the A43 motorway in Saint-Quentin Fallavier towards Lyon and Grenoble
4min

Politique

Sondage : 91% des Français soutiennent le mouvement des agriculteurs

Selon un sondage Odoxa – Backbone Consulting pour le Figaro, les personnes interrogées soutiennent très largement la mobilisation des agriculteurs. Pire encore, le soutien au mouvement n’a jamais été aussi haut avec 91% des Français (en hausse de 2 points) déclarant approuver le mouvement lancé il y a près de 3 mois.

Le

Cabinets de conseil : le texte sénatorial bientôt inscrit à l’Assemblée ?
3min

Politique

Passe d’armes entre le Premier Ministre et le RN sur l’agriculture : « Le Rassemblement National dit tout et son contraire » tacle Gabriel Attal

Au cours de sa conférence de presse et quelques heures après avoir proposé un débat à Marine le Pen sur l’agriculture dans le journal Le Figaro, le Premier Ministre est revenu sur la passe d'armes qui l'oppose à la présidente du groupe RN à l’Assemblée. Critiquant les « changements de pied incessants » du RN, le Premier Ministre a taclé l'ex-finaliste à l’élection présidentielle, l'accusant de ne pas être « très à l'aise sur ces questions » et d'avoir « peur que cela se voit ».

Le

Cabinets de conseil : le texte sénatorial bientôt inscrit à l’Assemblée ?
4min

Politique

Européennes : « Arrêtons cette campagne unique contre le RN », enjoint Arnaud Robinet (Horizons)

Invité de Public Sénat, le maire de Reims Arnaud Robinet, s’agace de l’absence de liste et de programme du côté de la majorité, à moins de quatre mois des élections européennes. Il reproche à l’exécutif de se focaliser sur la lutte contre le Rassemblement national, au détriment du débat d’idées, ce qui « n'est plus audible pour nos concitoyens ».

Le

Paris: Eric Ciotti Salon de l Agriculture 2023
12min

Politique

Européennes : pourquoi les LR ne soutiennent par Ursula Von der Leyen, pourtant issue du même groupe politique ?

François-Xavier Bellamy, tête de liste LR pour les européennes, a annoncé que les LR « ne soutiendront pas » Ursula von der Leyen, candidate à sa réélection à la présidence de la Commission européenne. Si elle vient comme eux de la droite européenne, les LR lui reprochent son bilan sur les questions agricoles et écologiques. Reste que les eurodéputés LR ont aussi soutenu certaines de ses propositions. Le RN pointe la situation.

Le