Calan (LR) voit la droite “dans l’opposition pour vingt ans” si sa “fragmentation” continue

Calan (LR) voit la droite “dans l’opposition pour vingt ans” si sa “fragmentation” continue

Si le "processus de fragmentation" se poursuit à droite, "nous sommes dans l'opposition pour vingt ans", a dit lundi Maël de Calan, candidat à...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Si le "processus de fragmentation" se poursuit à droite, "nous sommes dans l'opposition pour vingt ans", a dit lundi Maël de Calan, candidat à la présidence des Républicains, après le lancement d'Agir, nouveau parti créé par des "Constructifs".

Une vingtaine d'élus "constructifs" ont officiellement lancé dimanche leur parti, après que Thierry Solère, initiateur du groupe Constructif à l'Assemblée, a rejoint La République en marche (LREM) en compagnie des ministres Gérald Darmanin et Sébastien Lecornu.

"Il y a un processus de fragmentation en cours à droite". "S'il se poursuit, nous sommes dans l'opposition pour vingt ans", a déclaré M. Calan sur France 2.

"Les petites chapelles", "il faut éviter qu'elles se multiplient. C'est le sens de ma candidature", a dit l'élu du Finistère, ancien porte-parole d'Alain Juppé.

Maël de Calan, candidat à la présidence des Républicains, à Paris le 13 novembre 2017
Maël de Calan, candidat à la présidence des Républicains, à Paris le 13 novembre 2017
AFP/Archives

"On peut éviter, mettre un terme à ce processus de fragmentation. Pour cela il y a deux conditions. Premièrement: mettre un terme à l'escalade verbale, de part et d'autre d'ailleurs, qui crée un fossé entre nous. La deuxième condition, c'est de mettre un terme à la dérive du parti, de plus en plus à droite, parce qu'à mesure que cette dérive se poursuit, on crée en quelque sorte les Constructifs de demain", a ajouté M. de Calan.

"Si, petit à petit, une partie de nos amis se sont détachés des Républicains, du navire amiral, c'est parce que nous nous sommes rétrécis politiquement, parce que nous parlons à une frange de plus en plus réduite de notre électorat et nous nous sommes refermés sur un cœur de doctrine de plus réduit. La droite se referme, il faut l'ouvrir", a encore déclaré M. de Calan, citant les "Constructifs" mais également les centristes de l'UDI.

"L'essentiel des forces est toujours dans la grande maison, et c'est là qu'il faut peser", a-t-il dit.

M. de Calan affronte Laurent Wauquiez et Florence Portelli pour l'élection interne à la présidence des Républicains (10-17 décembre).

Dans la même thématique

Paris: Jordan Bardella  debate with France’s Prime Minister Gabriel Attal
9min

Politique

Ecologie : un séminaire du gouvernement pour « montrer que l’engagement n’a pas diminué »… à dix jours des européennes

Le premier ministre Gabriel Attal a rassemblé ses ministres pour « faire le bilan » de l’action de l’exécutif en matière d’environnement, avant des annonces attendues en juin sur le plan d’adaptation au réchauffement. De quoi faire une piqûre de rappel aux électeurs macronistes déçus, juste avant les européennes. Matignon plaide le « hasard de calendrier ».

Le

Calan (LR) voit la droite “dans l’opposition pour vingt ans” si sa “fragmentation” continue
3min

Politique

Européennes : « Aujourd’hui, l’Europe est surtout guidée par des critères financiers », tance Pierre Larrouturou

38 listes pour 38 différentes visions de l’Europe. Alors que pour la majorité des listes, la campagne se fait en catimini, Public Sénat a décidé de vous permettre d’y voir plus clair, en vous présentant le programme de ces « petites » listes. Aujourd’hui, p arole à Pierre Larrouturou, tête de liste de « Changer l’Europe », qui défend « une Europe qui s’intéresse au bien-être, qui fait baisser les loyers, et qui améliore la vie quotidienne des gens ».

Le