Calédonie: Retailleau pour un “non, clair et net” à l’indépendance

Calédonie: Retailleau pour un “non, clair et net” à l’indépendance

Bruno Retailleau, chef du groupe LR au Sénat, s'est prononcé "clairement" vendredi à Nouméa pour le "non" à l'indépendance de la...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Bruno Retailleau, chef du groupe LR au Sénat, s'est prononcé "clairement" vendredi à Nouméa pour le "non" à l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie où a lieu un référendum d'autodétermination le 4 novembre, brandissant "le risque de tomber sous la coupe chinoise".

"Le référendum est un rendez-vous historique, il faut un vote massif +Non+, clair et net, le plus large possible. Imaginez que ce soit couci-couça ce serait terrible", a déclaré à la presse M.Retailleau, qui achevait un déplacement de quatre jours dans l'archipel.

"L'indépendance, c'est le laissez-passer pour les ingérences et au final pour la dépendance. Demain, une Nouvelle-Calédonie qui choisirait le +oui+ tomberait sous la coupe chinoise", a-t-il ajouté, en référence à l'influence grandissante de la Chine dans le Pacifique insulaire.

Accompagné de deux sénateurs LR, Sophie Primas et Mathieu Darnaud, Bruno Retailleau a rencontré les différents acteurs politiques, économiques et sociaux de Nouvelle-Calédonie et a tenu jeudi soir une réunion publique.

A moins de six mois du référendum, le sénateur de Vendée a estimé "qu'on ne pouvait pas rester neutre" dans ce scrutin, en allusion au discours le 5 mai à Nouméa d'Emmanuel Macron, qui n'avait pas souhaité "prendre parti" mais avait dit que "sans la Nouvelle-Calédonie, la France ne serait pas la même".

"Ni le président de la République, ni le Premier ministre (...) ne peuvent se contenter de jouer les messieurs bons offices, se limiter à un rôle de greffier", a-t-il asséné. Il a toutefois estimé qu'il n'y avait pas de "faute" du président de la République" alors qu'il était interrogé sur les propos du député LR Eric Ciotti, qui avait qualifié "de faute majeure" le positionnement du chef de l'Etat sur le référendum calédonien.

Dans le cadre de l'accord de Nouméa (1998), qui a instauré un processus de décolonisation progressif, les habitants du Caillou seront appelés le 4 novembre à répondre à cette question: "Voulez-vous que la Nouvelle-Calédonie accède à la pleine souveraineté et devienne indépendante?"

Dans la même thématique

Des agriculteurs bloquent le peage de l’autoroute A43 a Saint-Quentin Fallavier en direction de Lyon et Grenoble – Farmers block the toll of the A43 motorway in Saint-Quentin Fallavier towards Lyon and Grenoble
4min

Politique

Sondage : 91% des Français soutiennent le mouvement des agriculteurs

Selon un sondage Odoxa – Backbone Consulting pour le Figaro, les personnes interrogées soutiennent très largement la mobilisation des agriculteurs. Pire encore, le soutien au mouvement n’a jamais été aussi haut avec 91% des Français (en hausse de 2 points) déclarant approuver le mouvement lancé il y a près de 3 mois.

Le

Calédonie: Retailleau pour un “non, clair et net” à l’indépendance
3min

Politique

Passe d’armes entre le Premier Ministre et le RN sur l’agriculture : « Le Rassemblement National dit tout et son contraire » tacle Gabriel Attal

Au cours de sa conférence de presse et quelques heures après avoir proposé un débat à Marine le Pen sur l’agriculture dans le journal Le Figaro, le Premier Ministre est revenu sur la passe d'armes qui l'oppose à la présidente du groupe RN à l’Assemblée. Critiquant les « changements de pied incessants » du RN, le Premier Ministre a taclé l'ex-finaliste à l’élection présidentielle, l'accusant de ne pas être « très à l'aise sur ces questions » et d'avoir « peur que cela se voit ».

Le

Calédonie: Retailleau pour un “non, clair et net” à l’indépendance
4min

Politique

Européennes : « Arrêtons cette campagne unique contre le RN », enjoint Arnaud Robinet (Horizons)

Invité de Public Sénat, le maire de Reims Arnaud Robinet, s’agace de l’absence de liste et de programme du côté de la majorité, à moins de quatre mois des élections européennes. Il reproche à l’exécutif de se focaliser sur la lutte contre le Rassemblement national, au détriment du débat d’idées, ce qui « n'est plus audible pour nos concitoyens ».

Le

Paris: Eric Ciotti Salon de l Agriculture 2023
12min

Politique

Européennes : pourquoi les LR ne soutiennent par Ursula Von der Leyen, pourtant issue du même groupe politique ?

François-Xavier Bellamy, tête de liste LR pour les européennes, a annoncé que les LR « ne soutiendront pas » Ursula von der Leyen, candidate à sa réélection à la présidence de la Commission européenne. Si elle vient comme eux de la droite européenne, les LR lui reprochent son bilan sur les questions agricoles et écologiques. Reste que les eurodéputés LR ont aussi soutenu certaines de ses propositions. Le RN pointe la situation.

Le