Campagne Fillon: halte aux “états d’âme”, demande Accoyer

Campagne Fillon: halte aux “états d’âme”, demande Accoyer

Bernard Accoyer, secrétaire général de LR, a demandé jeudi à ses troupes, lors de ses vœux à la presse, de ne pas faire "de place...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Bernard Accoyer, secrétaire général de LR, a demandé jeudi à ses troupes, lors de ses vœux à la presse, de ne pas faire "de place pour les états d'âme et les stratégies personnelles", alors que la campagne de François Fillon connaît un trou d'air.

"Pour faire gagner François Fillon, aux Républicains, nous nous sommes rassemblés, la direction a réservé une place à chacun des proches des candidats à la primaire", a garanti le député de Haute-Savoie au siège des Républicains, à Paris.

"Le rassemblement et l'unité seront +totals+. Il n'y a pas de place pour les états d'âme et les stratégies personnelles, l'enjeu est trop important, il est crucial, il est l'avenir de la France et des Français", a-t-il poursuivi, après avoir énuméré les multiples "crises" touchant la France en ce début d'année présidentielle.

"Beaucoup de partis politiques aimeraient être unis comme nous le sommes", a-t-il juré.

Interrogé sur les critiques émises mercredi par plusieurs sarkozystes comme le président LR de la région Paca Christian Estrosi (au début d'un meeting avec M. Fillon à Nice) ou celui de la région Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez, M. Accoyer a affirmé qu'il n'y avait "pas de place pour faire des remarques au candidat lui-même en public. Si on a des remarques, on doit les faire au candidat en interne".

"La primaire a changé les choses" du point de vue de la légitimité de M. Fillon, a insisté Bernard Accoyer. "Ensuite, c'est un débat interne pour régler tel ou tel point du programme. Il y a toujours des points de réglage du programme, celui-là (ndlr: son volet social) comme les autres", a estimé M. Accoyer, reprenant le mot "réglages" employé la veille par François Fillon lui-même.

"Le projet de François Fillon est audacieux, il entend interrompre une dérive mortifère pour notre pays, celle de la facilité, alors que la France a tous les atouts pour retrouver sa place dans le monde", a garanti l'ancien président de l'Assemblée nationale.

M. Accoyer a fustigé la "gauche explosée" après les 5 années du quinquennat Hollande, le "programme commun social et économique" de Marine Le Pen avec "l'extrême gauche", et Emmanuel Macron, le "fils parricide de François Hollande" et son "escroquerie politique".

Il a par ailleurs qualifié de "globalement satisfaisant" l'état des négociations avec l'UDI sur les investitures législatives.

Dans la même thématique

Brussels Special European Council – Emmanuel Macron Press Conference
3min

Politique

Élections européennes : avant son discours de la Sorbonne, l’Élysée se défend de toute entrée en campagne d’Emmanuel Macron

Ce jeudi 25 avril, le président de la République prononcera un discours sur l’Europe à la Sorbonne, sept ans après une première prise de parole. Une façon de relancer la liste de Valérie Hayer, qui décroche dans les sondages ? L’Élysée dément, affirmant que ce discours n’aura « rien à voir avec un meeting politique ».

Le

Campagne Fillon: halte aux “états d’âme”, demande Accoyer
8min

Politique

IA, simplification des formulaires, France Services : Gabriel Attal annonce sa feuille de route pour « débureaucratiser » les démarches administratives

En déplacement à Sceaux ce mardi dans une maison France Services, quelques minutes seulement après avoir présidé le 8e comité interministériel de la Transformation publique, le Premier ministre a annoncé le déploiement massif de l’intelligence artificielle dans les services publics, ainsi que la simplification des démarches. Objectif ? Que « l’Etat soit à la hauteur des attentes des Français ».

Le

Brussels Special European Council – Renew Europe
10min

Politique

Européennes 2024 : avec son discours de la Sorbonne 2, Emmanuel Macron « entre en campagne », à la rescousse de la liste Hayer

Emmanuel Macron tient jeudi à la Sorbonne un discours sur l’Europe. Si c’est le chef de l’Etat qui s’exprime officiellement pour « donner une vision », il s’agit aussi de pousser son camp, alors que la liste de la majorité patine dans les sondages. Mais il n’y a « pas un chevalier blanc qui va porter la campagne. Ce n’est pas Valérie Hayer toute seule et ce ne sera même pas Emmanuel Macron tout seul », prévient la porte-parole de la liste, Nathalie Loiseau, qui défend l’idée d’« un collectif ».

Le