Campagne présidentielle: les comptes de Macron sont “les plus sincères de tous”, selon Griveaux

Campagne présidentielle: les comptes de Macron sont “les plus sincères de tous”, selon Griveaux

Les comptes de la campagne présidentielle d'Emmanuel Macron sont "les plus sincères de tous", a assuré jeudi le porte-parole du...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Les comptes de la campagne présidentielle d'Emmanuel Macron sont "les plus sincères de tous", a assuré jeudi le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, en réponse à l'enquête de Mediapart qui évoque des "cadeaux" de la société GL Events à La République en marche (LREM).

"La Commission nationale des comptes de campagne (CNCCFP) a considéré que les comptes de la campagne d'Emmanuel Macron étaient les plus sincères de tous les comptes de campagne puisqu'ils ont réformé, c'est-à-dire réintégré dans les comptes, 120.000 euros, soit quatre fois moins que Jean-Luc Mélenchon - lui a été réformé à hauteur de plus de 450.000 euros, et Marine Le Pen, elle, a été à plus de 800.000 euros de réformation", a déclaré M. Griveaux sur France Inter.

Cette déclaration de M. Griveaux est erronée, selon une vérification de Factuel, le blog de fact-checking de l'AFP.

D'une part, la CNCCFP ne décerne pas de tel titre.

D'autre part, en se basant sur le critère choisi par M. Griveaux, à savoir la valeur absolue de la réformation, huit candidats à la présidentielle se sont faits corriger leurs comptes pour des montants inférieurs à ceux de M. Macron. Avec un autre critère, celui du montant réformé par rapport au total des dépenses de campagne, quatre candidats se sont fait réformer leur comptes dans des proportions inférieures à celles de M. Macron.

Interrogé sur les supposées remises consenties pour la location de la Maison de la Mutualité à Paris pour le meeting du 12 juillet 2016, M. Griveaux a remarqué que "quand vous réservez une salle à la Mutualité le 12 juillet 2016 le prix est un peu moins élevé qu'en avril 2017 à quelques semaines du premier tour de l'élection présidentielle".

"C'est comme si vous prenez un billet d'avion le 24 décembre pour partir au soleil: ça va coûter plus cher que si vous le prenez deux mois avant", a-t-il ajouté, notant que "pendant les périodes de l'année, les prix varient en fonction des moments où vous louez".

LREM avait "embauché des gens en CDI dans l'équipe de campagne qui sont des pros de l'événementiel, qui ont bien négocié", a-t-il aussi fait valoir.

Enfin, "on avait des centaines et des centaines de bénévoles qui nous ont aidé à faire le montage de salle", ce qui "a aidé à avoir des meetings qui coûtent moins cher", a conclu M. Griveaux.

Selon Mediapart, LREM a bénéficié de "cadeaux" via des remises de la société GL Events sur ses prestations, notamment pour des locations de salle et de matériel lors de meetings.

GL Events a nié avoir accordé des "cadeaux" à Emmanuel Macron.

"La totalité des remises faites sur la Mutualité correspond à 33.940 euros, soit 26%" sur l'ensemble des dépenses relatives à l'événement, a expliqué lundi à l'AFP Jean-Eudes Rabut, directeur général de GL Events Venues, branche de la société s'occupant de ces prestations. Une "remise usuelle en période estivale à Paris" dans le secteur selon la société.

Selon GL Events, les organisateurs ont reçu aussi pour leur commande de 5.000 chaises une remise de 20% en raison de "l'importance du volume fourni et de l'intensité de la concurrence dans cette consultation", remise à laquelle s'en est ajoutée une autre, de 3.600 euros, car les chaises ont été mises en place par les volontaires de LREM.

Dans la même thématique

Campagne présidentielle: les comptes de Macron sont “les plus sincères de tous”, selon Griveaux
4min

Politique

Nouveau Front populaire : députés et sénateurs réunis pour une démonstration de force

Les près de 130 parlementaires PS avaient rendez-vous au Sénat pour une réunion « opérationnelle », explique le président des sénateurs socialistes Patrick Kanner. Une rencontre qui permet aussi d’afficher le poids du parti au Parlement, à l’heure où les négociations patinent toujours pour Matignon, sur fond de désaccords avec La France insoumise.

Le

Strasbourg – Plenary Session of the European Parliament, Gallia – 17 Jul 2024
5min

Politique

Parlement européen : le cordon sanitaire contre l’extrême-droite résiste

Les votes étaient scrutés. Mardi 16 juillet les députés ont élu les 14 vice-présidents du Parlement européen. Des postes hautement symboliques. Mais même si l’extrême droite est en progression au Parlement européen, le cordon sanitaire semble avoir tenu : « Les Patriotes pour l’Europe », le nouveau groupe dirigé par Jordan Bardella et « L’Europe des nations souveraines » où siège l’AFD, l’extrême droite allemande, font chou blanc. A noter tout de même, le groupe ECR de la Première ministre Italienne Giorgia Meloni obtient deux postes.

Le

Gabriel ATTAL, French Minister of Education and Youth, was at the Gilbert DRU middle school in Lyon
10min

Politique

Derrière « le pacte d’action » que veut construire Gabriel Attal, un appel du pied de la macronie aux LR

Le Premier ministre souhaite ouvrir des discussions avec les groupes politiques « autour de projets et d'actions au service des Françaises et des Français ». Si à ce stade, un élargissement du courant présidentiel vers la gauche semble difficilement envisageable, la droite, en revanche, tenterait de négocier auprès des macronistes certains postes clés à l’Assemblée nationale.

Le