Canal Seine-Nord : « L’État se défausse » dénonce Xavier Bertrand

Canal Seine-Nord : « L’État se défausse » dénonce Xavier Bertrand

Le ton monte entre les partisans du projet de liaison fluviale Seine-Escaut et le gouvernement. En débat depuis plus de trente ans, ce chantier est sans cesse repoussé. Le projet a fait l’objet d’une table-ronde ce matin au Sénat.
Public Sénat

Par Héléna Berkaoui

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

#OuiAuCanal. C’est derrière ce slogan que des élus de tous bords, menés par le président de la région des Hauts-de-Seine, se sont rangés pour soutenir le Canal Seine-Nord. Si le ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, et la ministre des Transports assurent que ce projet verra le jour, les élus demandent plus de clarté. Récemment, 23 sénateurs du Nord et de la Somme ont créé un collectif pour soutenir la réalisation du canal Seine-Nord. Ce projet est le « maillon manquant entre la Seine et le réseau fluvial de l’Europe du Nord » soulignent-ils. Un maillon qui redynamiserait l’économie locale et nationale.   

En débat depuis plus de trente ans, le chantier aurait dû débuter à l’été 2017. Mais en juillet dernier, le Premier ministre a décidé de le suspendre momentanément. Une décision qui a mis le feu aux poudres (lire notre article). Un compromis a finalement été trouvé en octobre entre le gouvernement et la région pour relancer le projet. Malgré cela, les acteurs locaux restent sceptiques comme en témoigne la colère de Xavier Bertrand, ce matin au Sénat.

Le Canal Seine-Nord un projet controversé

Cette voie navigable de 107 kilomètres de long devrait relier l’Oise, depuis Compiègne, au canal Dunkerque-Escaut. Le projet consiste à permettre aux bateaux qui naviguent sur la Seine d’avoir accès aux voies fluviales belges et du Nord. D’après la société du canal Seine-Nord Europe (SCSNE), une telle entreprise permettrait la création de 45.000 emplois pérennes d’ici à 2050. Sans compter les emplois créés durant les travaux. Selon eux, la libération de cet axe fluvial aurait aussi l’avantage de désengorger l’autoroute du Nord.  

Des arguments qui ne séduisent pas tout le monde. La députée de la Somme, Barbara Pompili (ancienne EELV), estime que ce projet est « mauvais » pour la région des Hauts-de-France et « qu’il ne répond en rien aux enjeux de développement » actuels. Le Premier ministre, du temps où il était maire du Havre, avait aussi émis des réserves sur ce projet. Dans le magazine spécialisé Chantiers de France, Édouard Philippe expliquait qu’il « y a mieux à faire que ce canal. Il me semble que cet argent public serait mieux utilisé ailleurs. » Selon lui, avant de concrétiser ce projet, « il faudrait dépenser un peu d’argent public pour développer les ports français. » Une position qui fait croire à Patrick Kanner que l’arrivée d’Édouard Philippe à Matignon n’est pas étrangère au désengagement de l’État.  

Canal Seine-Nord : « le désengagement de l’État correspond à l’arrivée d’Édouard Philippe » estime Patrick Kanner
02:04

Pourquoi le projet peine à se concrétiser ?

Le principal frein à ce projet est son coût. Le montant des investissements nécessaires à la réalisation de ce projet s’élève à 4,5 milliards d’euros. Le protocole de financement, signé en mars 2017, prévoit que l’Union européenne apporte 1,9 milliard d’euros, l’État s’engagerait lui à contribuer à hauteur de 1 milliard d’euros, les collectivités locales à 1 milliard d’euros. La société du canal Seine-Nord Europe (SCSNE) emprunterait la part restante, soit 600 millions d’euros.

Mais la participation de l’État suscite quelques interrogations. « Le milliard d’euros de l’État n’est plus financé avec des crédits budgétaires » dénonce Xavier Bertrand, qui est aussi le président de la SCSNE. Il s’agirait d’affecter les recettes de taxes à ce projet. Sans pour autant savoir de quelles taxes il s’agit. « L’État est en train de se défausser, en nous disant qu’il ne restera pas dans la société de projet en tant qu’administrateur (…) Je demande à ce que les choses soient claires » tance Xavier Bertrand. Valérie Létard, sénatrice centriste du Nord, déplore également que « l’État n’enclenche pas la mécanique alors que toutes les collectivités étaient au rendez-vous. »

 

 

 

Dans la même thématique

New Caledonia: Emmanuel Macron visit
6min

Politique

Nouvelle-Calédonie : « Parler aujourd’hui de l’organisation d’un nouveau référendum est totalement prématuré », selon Georges Naturel, sénateur de Nouvelle-Calédonie

Alors que le Président de la République a atterri, il y a seulement quelques heures sur le sol calédonien, Public Sénat a pu contacter Georges Naturel, sénateur LR de Nouvelle Calédonie, se trouvant sur place. S’il regrette que cette visite intervienne « si tard », il salue la « bonne » intention pour restaurer un climat d’apaisement sur le « caillou ». Entretien.

Le

Canal Seine-Nord : « L’État se défausse » dénonce Xavier Bertrand
3min

Politique

Attaque informatique en Nouvelle-Calédonie : « Il est temps de se protéger » des influences étrangères, appelle Claude Malhuret

Quelques heures après une cyberattaque de grande ampleur avant l’atterrissage de l’avion présidentiel à Nouméa, le président du groupe Les Indépendants au Sénat considère que le phénomène des influences étrangères sur le territoire français devient « massif ». « Il est temps d’arrêter notre déni », avertit-il.

Le