Carburant : Gérard Larcher « soutient » les réquisitions, mais donne la « priorité au dialogue social »

Carburant : Gérard Larcher « soutient » les réquisitions, mais donne la « priorité au dialogue social »

« Il est temps que tout le monde devienne vraiment raisonnable. Il n’y a qu’une voie de sortie, ça s’appelle le dialogue social » affirme le président du Sénat, alors que la grève perdure dans les raffineries TotalEnergies.
François Vignal

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Alors que le conflit perdure dans les raffineries, entraînant des pénuries de carburants dans le pays, le président du Sénat, Gérard Larcher, invité de Public Sénat depuis le congrès de l’Assemblée des départements de France, à Agen, appelle au dialogue.

« La situation devient de plus en plus insupportable pour la vie quotidienne des Français, pour la vie économique et pour la vie sociale. Il est temps que tout le monde devienne vraiment raisonnable. Il n’y a qu’une voie de sortie, ça s’appelle le dialogue social. Et ce ne peut pas être le pistolet sur la tempe. C’est accepter de se parler », soutient le sénateur LR des Yvelines. « Au travers de mon expérience d’ancien ministre du Travail, je ne connais qu’une voie pour sortir », ajoute-t-il, précisant que « c’est un message à tout le monde, les dirigeants de TotalEnergies doivent discuter ».

Mais le président du Sénat n’est pas contre la manière forte, en cas d’échec des négociations. « Si le gouvernement décide de passer par des réquisitions, il a raison, car c’est l’ordre public qui est menacé. Dans ce cas, je le soutiendrai mais priorité au dialogue social. Laissons encore une toute petite chance au dialogue, sinon derrière, c’est à l’exécutif de prendre ses responsabilités », selon Gérard Larcher.

Dans la même thématique

Elections Legislatives panneaux d affichage a Nice
10min

Politique

Législatives : comment les politiques se positionnent face à l’hypothèse d’un second tour contre l’extrême-droite ?

Face à l’avance considérable du Rassemblement national et de ses alliés dans les sondages, de nombreux hommes et femmes politiques se sont prononcés sur l’hypothèse de duels ou de triangulaires impliquant le parti d’extrême-droite. Côté majorité, on se dirigerait vers une stratégie « ni RN, ni LFI », mais rien n'est tranché.

Le

Diminuer la part française au budget de l’Union, la promesse incertaine du Rassemblement national
8min

Politique

Diminuer la part française au budget de l’Union, la promesse incertaine du Rassemblement national

Le programme de Jordan Bardella intègre dans son programme le rabais de la contribution française à l’Union, qu’il compte obtenir auprès de ses partenaires. Problème : le budget pluriannuel européen vient à peine d’être renégocié, ne laissant aucune fenêtre de tir crédible avant deux bonnes années. Sans compter que les tractations budgétaires sont les plus sensibles qui soient entre les Vingt-Sept.

Le

Matignon Reunion des premiers ministres francais et estonien
5min

Politique

Législatives 2024 : à quoi pourrait ressembler un gouvernement technique ?

Ce serait une première en France. Un scénario inédit sous la Vème république. En cas d’absence de majorité absolue à l’issue des élections législatives anticipées, Emmanuel Macron pourrait nommer un gouvernement technique composés de hauts fonctionnaires et d’experts, afin d’éviter un immobilisme total à la tête du pays.

Le