Carvounas s’en prend à Belloubet, “ministre techno” et désinvolte

Carvounas s’en prend à Belloubet, “ministre techno” et désinvolte

Le député PS du Val-de-Marne Luc Carvounas a dénoncé mardi le comportement face aux personnels pénitentiaires de la garde des...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Le député PS du Val-de-Marne Luc Carvounas a dénoncé mardi le comportement face aux personnels pénitentiaires de la garde des Sceaux, Nicole Belloubet, une "ministre techno" qui "se comporte avec désinvolture".

"On a un gouvernement qui rentre dans un conflit qui en est à sa seconde semaine (...), qui se transforme en conflit social parce qu'on a une Garde des Sceaux qui se comporte avec désinvolture par rapport à ce qu'ils ont vécu, qui a eu du mal à se déplacer sur le terrain", a fustigé l'ex-sénateur sur LCP.

"Elle fait (le job) comme une ministre techno dont on a tous vanté les mérites mais (...) quand il y a un conflit social, on voit bien que ces ministres technos ne savent pas parler à nos personnels", a-t-il poursuivi.

M. Carvounas a également avancé que le gouvernement avait "retiré 300 millions d'euros au budget justice". De son côté, la majorité revendique une hausse du budget de la justice de 3,19%, à 7,11 milliards d'euros en 2018. "Si la justice est une priorité, je demande à ce gouvernement de prendre les précautions et les moyens nécessaires pour aider ce service public qui est le parent pauvre de la justice", a-t-il exhorté.

Les syndicats de surveillants pénitentiaires ont entamé le 15 janvier une mobilisation nationale pour protester contre leurs conditions de travail, après plusieurs agressions de gardiens. Édouard Philippe s'est dit prêt à examiner des "mesures indemnitaires spécifiques et ciblées" pour le personnel.

Dans la même thématique

FRANCE–EUROPEAN PARLIAMENT-ELECTION
14min

Politique

Européennes 2024 : tout savoir sur les « petites » listes

A côté des grosses machines électorales, elles existent difficilement dans les médias traditionnels, misant plutôt sur les réseaux sociaux. Entre une flopée de listes écologistes, des listes souverainistes et des micros partis, tour d’horizon de ces listes qui devraient avoir le plus grand mal à avoir des eurodéputés, mais dont la présence est loin d’être neutre pour le scrutin du 9 juin.

Le

Migration Europe
6min

Politique

Pacte européen asile et migration : qu'ont voté les eurodéputés français ?

Soutenu par les sociaux-démocrates et la droite européenne, le pacte asile et migration a été adopté au Parlement européen. Mais, contrairement à leurs collègues des autres États membres, Raphaël Glucksmann et François-Xavier Bellamy – têtes de liste socialiste et Les Républicains – se sont opposés au texte.

Le