Castaner: Pénicaud peut-elle rester ministre? “C’est à l’enquête de le dire”

Castaner: Pénicaud peut-elle rester ministre? “C’est à l’enquête de le dire”

Le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner a estimé mardi sur Europe 1 que "c'est à l'enquête" de dire si Muriel...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner a estimé mardi sur Europe 1 que "c'est à l'enquête" de dire si Muriel Pénicaud peut rester au gouvernement, rappelant la règle fixée par le Premier ministre qui impose la démission en cas de mise en examen d'un ministre.

A la question de savoir si la ministre du Travail était assurée de rester au gouvernement, malgré l'affaire Business France, M. Castaner a répondu que "c'est à l'enquête de le dire".

"Il y a une règle simple, rappelée par le Premier ministre: s'il y avait une mise en examen, y compris dans le dossier qui la concerne -où on parle quand même juste d'un dépassement d'un seuil de marché public pour une manifestation internationale qui s'est tenue à Las Vegas-, mais s'il y avait une mise en examen de Muriel Pénicaud, elle devrait quitter le gouvernement", a-t-il poursuivi.

Interrogé sur la multiplication des informations de presse sur cette affaire, le porte-parole du gouvernement a affirmé que "la liberté de la presse elle est majeure, elle est fondamentale". Mais "il faut arrêter de faire du tir aux pigeons et de penser que c'est le sport national", a-t-il ajouté.

Libération avait affirmé la semaine dernière que Mme Pénicaud avait "validé" certaines dépenses relatives à l'organisation de la soirée sur laquelle la justice enquête. Dimanche, le JDD a lui affirmé que la ministre avait été "briefée" en amont des difficultés d'ordre comptable que soulevait l'organisation de cette soirée en 2016 à Las Vegas à laquelle participait Emmanuel Macron.

La ministre a répondu qu'elle n'avait rien à se reprocher, évoquant une "erreur de procédure" à la suite de laquelle elle avait "immédiatement déclenché un audit, interne et externe". "C'est moi qui ai alerté le conseil d'administration, c'est moi qui ai déclenché l'audit", a-t-elle insisté, qualifiant l'idée qu'elle ait pu étouffer l'affaire de "blague".

Libération revient sur l'affaire mardi, affirmant que Mme Pénicaud a transmis aux autorités de contrôle "une synthèse biaisée du dossier".

Emmanuel Macron, dont quatre ministres ont déjà quitté le gouvernement sur fond d'affaires, a appelé lundi devant le Congrès les médias à "en finir avec la recherche incessante du scandale" et "le viol permanent de la présomption d'innocence".

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le