Cazeneuve à Matignon, Valls en campagne, Peillon candidat

Cazeneuve à Matignon, Valls en campagne, Peillon candidat

Bernard Cazeneuve a connu son baptême du feu de Premier ministre mercredi au Conseil des ministres et à l'Assemblée, tandis que son prédécesseur...
Public Sénat

Par Baptiste PACE

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Bernard Cazeneuve a connu son baptême du feu de Premier ministre mercredi au Conseil des ministres et à l'Assemblée, tandis que son prédécesseur Manuel Valls lançait dans le Doubs sa campagne pour la primaire PS, avec un nouveau concurrent: l'ancien ministre Vincent Peillon.

Autre candidat à cette primaire (22-29 janvier), Arnaud Montebourg était pour sa part en meeting mercredi soir à Dijon.

Après un Conseil de sécurité et de défense, M. Cazeneuve a assisté mercredi matin, dans ses nouvelles fonctions, à son premier Conseil des ministres, auquel tous les membres du gouvernement ont été conviés, y compris les secrétaires d'Etat.

Bernard Cazeneuve et François Hollande sur le perron de l'Elysée le 7 décembre 2016 à Paris
Bernard Cazeneuve et François Hollande sur le perron de l'Elysée le 7 décembre 2016 à Paris
AFP

"Je veux être un Premier ministre qui, au cours des prochains mois, à chaque instant, n'aura qu'une seule et unique préoccupation, avec le plus grand désintéressement: le sens de l'intérêt général, le sens de l'Etat, et le confortement des atouts de notre pays", a déclaré M. Cazeneuve à la sortie.

Le nouveau locataire de Matignon, qui n'a procédé qu'à trois retouches au sein du gouvernement --dont Bruno Le Roux qui le remplace à l'Intérieur-- et a nommé le préfet Patrick Strzoda directeur de son cabinet, a averti lors du Conseil que le gouvernement ne pouvait "pas être un lieu de débat" dans le cadre de la primaire du PS, selon des propos rapportés par le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll.

Composition du gouvernement
Composition du gouvernement
AFP

Quant au président François Hollande, il "sera amené à s'exprimer régulièrement mais il parlera de tout sauf de la primaire", selon son entourage.

Dans la foulée, pour sa première séance de questions au gouvernement dans ses nouvelles fonctions, Bernard Cazeneuve s'est lancé dans un grand plaidoyer en faveur de François Hollande, son "courage" et sa "lucidité", et a prestement attaqué la droite en réponse au président du groupe Les Républicains Christian Jacob, après une ovation debout des parlementaires PS.

Un Conseil des ministres extraordinaire étudiera samedi la prolongation de l'état d'urgence, qui prend fin automatiquement quinze jours après la démission d'un gouvernement. Le Conseil autorisera également Bernard Cazeneuve à solliciter un vote de l'Assemblée à l'issue de la déclaration de politique générale qu'il prononcera mardi (15h00). L'intéressé table sur une "large majorité" dans l'hémicycle.

Vincent Peillon à la sortie de l'Elysée le 30 octobre 2013 à Paris
Vincent Peillon à la sortie de l'Elysée le 30 octobre 2013 à Paris
AFP/Archives

Manuel Valls étrenne, lui, ses habits de candidat dans le Doubs, au lendemain de son départ de Matignon. Mais l'ex-Premier ministre compte déjà un concurrent de plus dans la primaire: l'ancien ministre de l'Education (2012-2014) Vincent Peillon.

Cette candidature, qui devrait être officialisée en fin de semaine, "représente le coeur du Parti socialiste, à équidistance de Manuel Valls et des frondeurs", a expliqué l'un de ses soutiens, le député marseillais Patrick Menucci.

En attendant, Manuel Valls visitait mercredi l'entreprise d'articles culinaires Cristel, une coopérative fromagère et devait rencontrer les représentants du personnel des entreprises Faurecia et Peugeot Scooter., avant de visiter le marché de Montbéliard et tiendra une réunion publique à Audincourt.

²Mardi soir, M. Valls s'est dit "convaincu" que la gauche pouvait gagner en 2017 la présidentielle. Il a aussi lancé un appel à une large participation à la primaire du PS, pour éviter que le seul noyau dur des électeurs socialistes participent. Signe de sa volonté de rassembler les "hollandais", privés de "leur" candidat, il a choisi Didier Guillaume, président du groupe PS au Sénat, pour diriger sa campagne.

- Campagne tendue -

Arnaud Montebourg en campagne pour la primaire du PS le 7 décembre 2016 à Dijon
Arnaud Montebourg en campagne pour la primaire du PS le 7 décembre 2016 à Dijon
AFP

Mais la primaire s'annonce tendue. Manuel Valls est "le fondé de pouvoir" des années Hollande, a attaqué mercredi Arnaud Montebourg, en rappelant les propositions de son concurrent lors de la primaire de 2011 - "suppression de l'ISF", "fin des 35 heures" et "TVA sociale" -, "exactement aujourd'hui le programme de François Fillon".

M. Montebourg devait déjeuner mercredi en Côte d'Or avec des élus, visiter l'entreprise APF, spécialisée dans l'emploi de travailleurs handicapés, puis un Fablab social (laboratoire de fabrication ouvert au public) et échanger avec des membres de l'association Unis-Cité sur le service civique et le service national. L'ancien ministre terminera ce déplacement par une réunion publique à Dijon, ville où il avait entamé ses études de droit.

Les candidatures pour la primaire du PS seront closes le 15 décembre. Jean-Luc Bennahmias, investi par l'Union des Démocrates et écologistes (UDE), a annoncé mercredi avoir déposé sa candidature.

Dans la même thématique

Operation Wuambushu a Mayotte : Demolition en cours d’un vaste bidonville – Operation Wuambushu in Mayotte: Ongoing demolition of a vast slum
8min

Politique

« Mayotte place nette » : « La première opération était de la communication et la deuxième sera de la communication », dénonce le sénateur Saïd Omar Oili

Le gouvernement a annoncé ce mardi 16 avril le lancement du dispositif « Mayotte place nette », un an après le maigre bilan de l’opération baptisée « Wuambushu ». Saïd Omar Oili, sénateur de Mayotte, regrette le manque de communication du gouvernement avec les élus du département et met en doute l’efficacité de ce « Wuambushu 2 ».

Le

Paris : Question time to the Prime Minister Gabriel Attal
6min

Politique

100 jours à Matignon : « La stratégie Attal n’a pas tenu toutes ses promesses », analyse Benjamin Morel

Le Premier ministre marquera jeudi le passage de ces cent premiers jours au poste de chef du gouvernement. Si Gabriel Attal devait donner un nouveau souffle au deuxième quinquennat d’Emmanuel Macron, sa stratégie n’est néanmoins pas payante car il « veut en faire trop sans s’investir fortement sur un sujet », selon Benjamin Morel, maître de conférences en droit public.

Le

ILLUSTRATION : Carte Electorale
4min

Politique

Elections européennes 2024 : comment se déroule le scrutin ?

Tous les citoyens des pays de l’Union Européenne ne votent pas au même moment. Du 6 au 9 juin, ils se rendront aux urnes pour élire 720 députés au Parlement européen. Public Sénat vous explique tout sur ce scrutin, essentiel pour l’avenir de l’Europe.

Le