Cazeneuve : « Je dénonce l’horreur des massacres » à Alep

Cazeneuve : « Je dénonce l’horreur des massacres » à Alep

Devant les députés, il a dénoncé les « innombrables » atrocités pouvant constituer « des crimes de guerre, voire des crimes contre l’humanité »
Public Sénat

Temps de lecture :

1 min

Publié le

Mis à jour le

Le Premier ministre a prononcé devant l’Assemblée son discours de politique générale devant l’Assemblée nationale. Bernard Cazeneuve a commencé par évoquer la situation à Alep, alors que les troupes de Bachar Al-Assad ont annoncé être « dans les derniers instants avant la proclamation de la victoire.

« Au moment où je vous parle,  une tragédie effroyable frappe la ville d’Alep et sa population civile. Les femmes et les enfants d’Alep fuient sous les bombes et sont les victimes d’innombrables atrocités » a-t-il déclaré devant les députés.

Le premier ministre a dénoncé les frappes russes et syriennes, « constitutives de crimes de guerre, voire de crimes contre l’humanité », et rejette « au nom d’un prétendu réalisme » toute alliance et dialogue avec les forces de Bachar Al-Assad.

« Au nom du gouvernement de la France, et j’en suis sûr, en votre nom à tous, je dénonce l’horreur de ces massacres, et ceux qui les ont perpétrés auront à en rendre compte à la communauté internationale » a-t-il déclaré.

 

Dans la même thématique

Cazeneuve : « Je dénonce l’horreur des massacres » à Alep
7min

Politique

Européennes : « La tentation d’un pacte brun, à la fois sur l’écologie et les idéologies, nous menace », alerte l’écologiste David Cormand

Dans la dernière ligne droite de la campagne des européennes, trois candidats, chacun à la seconde place de leur liste, sont venus sur le plateau d’Extra Local : Céline Imart pour la liste LR, David Cormand pour la liste des Ecologistes et Guillaume Peltier pour Reconquête. Ils se sont exprimés notamment sur l’immigration, la future présidence de la Commission européenne ou le nucléaire.

Le

French Prime Minister Gabriel Attal visit in Valence
7min

Politique

Délinquance des mineurs : après l’avoir supprimée, le gouvernement veut réintroduire la comparution immédiate

Un peu plus d’un mois après ses annonces destinées à « renouer avec les adolescents et juguler la violence », Gabriel Attal a esquissé des nouvelles pistes sur la justice pénale des mineurs qu’il souhaite voir intégrer dans un projet de loi d’ici la fin de l’année, notamment la possibilité d’être jugé à partir de 16 ans en comparution immédiate. Une procédure qui avait été supprimée lors de la réforme de la justice pénale des mineurs en 2021.

Le