Cazeneuve : « La gauche ne réussira pas sans assumer le bilan du quinquennat Hollande »

Cazeneuve : « La gauche ne réussira pas sans assumer le bilan du quinquennat Hollande »

Le Premier ministre a reçu Benoît Hamon à Matignon. Il lui a adressé ses félicitations tout en l’invitant à ne pas renier le bilan du quinquennat Hollande.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Le Premier ministre, Bernard Cazeneuve, s’est exprimé à l’issue de son entretien avec Benoît Hamon, frondeur vainqueur de la primaire du PS dimanche. « La gauche ne réussira pas sans assumer le bilan du quinquennat de François Hollande », a prévenu le chef de la majorité.

« Elle ne pourra l’emporter que si elle est fière d’elle-même et de son histoire, de ce qu’elle accompli, de son projet pour l’avenir. Pour ma part, je suis fier de ce que les gouvernements  de Jean-Marc Ayrault et Manuel Valls ont mis en œuvre durant ce quinquennat sous l’autorité du président de la République. », a détaillé le Premier ministre.

Bernard Cazeneuve a invité à célébrer les « conquêtes » obtenues par la gauche au pouvoir : « La campagne, si elle veut réussir, devra prendre appui sur les immenses progrès que constituent la généralisation du tiers payant, la réorientation de l’UE ou encore l’accord historique de la Cop21 (…).

Une pensée amicale pour Manuel Valls

Si Bernard Cazeneuve a adressé « ses félicitations » à Benoît Hamon et « formule des vœux sincères de succès pour cette campagne », le Premier ministre a également eu une « pensée amicale pour Manuel Valls », un « homme d’Etat avec lequel je suis fier d’avoir gouverné ».  

Lorsqu’il lui avait succédé à Matignon, Bernard Cazeneuve avait été qualifié de « frère » par Manuel Valls. Il avait alors pris soin de ne pas donner explicitement sa préférence pour un candidat de la primaire.

La semaine dernière, il avait toutefois jugé qu' « on ne p(ouvait) pas gagner l'élection présidentielle si on n'est pas ardemment dans la défense de l'action qui a été conduite par ce gouvernement", laissant entrevoir un soutien au défenseur du bilan, Manuel Valls.

 

 

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allées ces dernières années.

Le

Cazeneuve : « La gauche ne réussira pas sans assumer le bilan du quinquennat Hollande »
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le