Cazeneuve salue l’effort de rassemblement de Hamon et appelle à « l’approfondir »

Cazeneuve salue l’effort de rassemblement de Hamon et appelle à « l’approfondir »

« Le rassemblement implique des gestes de chacun et de la sagesse » a affirmé le premier ministre après un bureau national exceptionnel du PS. Il salue la « très belle opération » de la veille avec le meeting de Bercy.
Public Sénat

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Après « la bonne séquence » de Bercy pour Benoît Hamon, le PS veut continuer sur sa bonne lancée. Trois heures avant un débat télé crucial, le PS a réuni lundi un bureau national (BN) extraordinaire, avec la présence exceptionnel du premier ministre Bernard Cazeneuve, de plusieurs ministres et des présidents socialistes de conseils régionaux et départementaux. Autrement dit, l’instance dirigeante de la rue de Solférino élargie à tout ce que le PS compte de responsables locaux ou nationaux.

Côté ministres, Najat Vallaud-Belkacem, présente dimanche au meeting de Bercy, André Vallini, Juliette Méadel, Pascale Boistard, Laurence Rossignol, Alain Vidalies ou Estelle Grelier étaient annoncés. Tout comme les présidents de groupe de l’Assemblée nationale, Olivier Faure, et du Sénat, Didier Guillaume. Le sénateur est l’ancien directeur de campagne de Manuel Valls et le suit dans ses critiques contre la stratégie du candidat Hamon. Mais l’objectif de ce BN n’est pas de mettre encore des bâtons dans les roues du candidat, au contraire.

« Le meeting d’hier a été une très belle opération »

A la sortie, Bernard Cazeneuve a de nouveau appelé à l’unité, comme il l’avait fait il y a 10 jours en rencontrant le candidat à son QG. « Le rassemblement implique des gestes de chacun et de la sagesse. Il est nécessaire, compte tenu de l’abaissement du débat politique et du risque que représente le FN. Et pour battre le FN, il faudra de toute façon à un moment donné rassembler tous les républicains » a-t-il affirmé. Un message envoyé autant à Benoît Hamon qu’à Manuel Valls, qui n’a pas respecté sa parole de soutenir le candidat désigné par la primaire.

Le premier ministre a même donné un bon point à Benoît Hamon dans sa volonté de rassemblement de la veille. « Si nous voulons que notre candidat puisse incarner l’espérance dans cette campagne, et réussir, il faut aussi qu’il soit en situation de rassembler son camp et de porter le bilan du quinquennat et je constate que de ce point de vue là, le meeting d’hier a été une très belle opération. On a vu du monde, un candidat sincère dont le discours commençait à incarner cette ambition de rassemblement. Mais il faut continuer, il faut approfondir, il faut accélérer, il faut que tous ceux qui sont authentiquement à gauche et souhaitent faire front républicain face au FN, soient dans cette sagesse et ce rassemblement » ajouté Bernard Cazeneuve, qui se dit « disponible » pour aider sa famille politique. Dimanche, à Bercy, Benoît Hamon n’a pas hésité à faire applaudir François Hollande et… Bernard Cazeneuve.

« Que le PS soit pleinement au cœur de la bataille »

Voilà de quoi renforcer un peu le candidat PS, qui en a besoin. « L’idée (de ce bureau national), c’est que le PS soit pleinement au cœur de la bataille. On a un parti, des militants, un candidat. Tout ça doit fonctionner ensemble » explique à publicsenat.fr Rachid Temal, secrétaire national à la coordination et l'organisation, chargé de faire le lien entre le parti et la campagne. « C’est un enjeu de mobilisation, qu’il faut renforcer et amplifier » ajoute cet hollandais. Ce BN est aussi l’occasion « d’apporter les remontées du terrain ».

« L'objectif, c'est de rappeler la gravité du moment face au risque de dissolution des clivages et de disparition de la gauche, et de lancer un appel au rassemblement » derrière le candidat PS, a affirmé l'un des porte-parole du PS à l’AFP, Razzy Hammadi, « c'est un signal fort au moment où quelques voix apparaissent discordantes et sèment le trouble chez nos électeurs. Il s'agit de rappeler que tout le monde est derrière notre candidat ». « L'objectif c'est que tous soient sur le pont dans les semaines qui viennent », ajoute une autre porte-parole, Corinne Narassiguin.

Il y a dix jours, au QG de campagne du candidat, Bernard Cazeneuve lui avait apporté une forme de soutien, sans pour autant lui donner de blanc-seing. Lors de la visite au QG, l’entourage du candidat affirmait alors à publicsenat.fr « réfléchir à des initiatives communes (entre Hamon et Cazeneuve), surtout après le 24 mars, quand la campagne officielle démarrera ». De là à imaginer le Breton et l’ancien élu de la Manche ensemble sur le terrain ou dans un meeting, d’ici le premier tour…

Dans la même thématique

Paris : Deux policiers blesses par balle comissariat 13 eme arrondissment
4min

Politique

Sécurité : que proposent les grands blocs politiques pour les élections législatives ?

Ce lundi 14 juin, la campagne pour les élections législatives s’est ouverte, et les programmes des principales forces politiques ont été dévoilés. La sécurité est au cœur du débat et suscite une attention tout particulière au sein de l’opinion publique. Petit aperçu des différentes propositions et promesses sur ce sujet clivant entre les partis.

Le

Rentree scolaire Ecole Primaire Maternelle Saint-Philippe a Nice
7min

Politique

Législatives anticipées : que proposent les trois blocs sur l’éducation ?

Après le pouvoir d’achat, la sécurité et l’immigration, l’éducation divise les différents candidats aux élections législatives. Si le programme gouvernemental sur l’école est bien connu, les deux autres blocs politiques en lice pour les élections législatives prônent des mesures radicalement opposées.

Le

Paris : Auditions au MEDEF
6min

Politique

Législatives : ces sénateurs tentés par la ligne Ciotti/Bardella

Depuis l’alliance annoncée entre Éric Ciotti et Jordan Bardella aux élections législatives, les sénateurs du groupe LR du Sénat font officiellement bloc derrière la ligne d’autonomie définie par le bureau politique du parti. Mais dans cette campagne éclair, certains expriment leurs divergences. Après les 7 juillet, elles pourraient bien s’accentuer.

Le