CDG Express : « Il faut que l’État accepte de détendre le calendrier » réclame Valérie Pécresse

CDG Express : « Il faut que l’État accepte de détendre le calendrier » réclame Valérie Pécresse

Valérie Pécresse, Présidente de la Région Ile-de-France, est auditionnée par la Commission de l'aménagement du territoire sur le CGD Express, le Grand Paris Express et le projet de loi d’orientation des mobilités.
Public Sénat

Par Marion D'Hondt

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Sur le CDG Express, Valérie Pécresse est « en harmonie avec la position des sénateurs. » Elle rappelle que la région a lancé « un cri d’alarme » sur le dossier. Elle considère que « vu la galère du RER B, il est périlleux de s’engouffrer dans un CDG express. »

La position de la région est un « non, sauf si ». La Présidente est « convaincue de l’utilité du CDG Express », mais « pas convaincue par le calendrier fixé par l’État. » Elle assouplira sa position si l’État « détend le calendrier jusqu’en 2025-2026. »

Valérie Pécresse propose la création d’un « fonds d’indemnisation des aléas de chantier », pour indemniser les usagers, impactés par des entreprises de BTP qui, « de temps en temps, font n’importe quoi. »

« Il n’est pas question de faire payer les Français pour le Grand Paris Express »

Sur le Grand Paris Express, la Présidente « déplore le dérapage financier du projet. » Elle considère que « c’est un projet francilien, qui doit être financé par les Franciliens. » Plus que de nouvelles taxes, comme la taxe parking, l’idéal serait de « faire des économies, si c’est encore possible. »

« C’est ringard d’opposer route et transports en commun »

Valérie Pécresse rêve à « une convergence de toutes les mobilités. » Elle refuse d’opposer route et transports en commun. Elle propose plutôt « une gouvernance globale : transports en commun, route, vélo, covoiturage, mobilité autonome. »

Valérie Pécresse est également favorable à la reconnaissance faciale dans les transports, « comme dans les aéroports. » Elle ne comprend pas « le degré de protection différent entre train et avion » et propose comme gares pilotes Saint-Lazare et Gare du Nord.

Dans la même thématique

FRANCE–EUROPEAN PARLIAMENT-ELECTION
14min

Politique

Européennes 2024 : tout savoir sur les « petites » listes

A côté des grosses machines électorales, elles existent difficilement dans les médias traditionnels, misant plutôt sur les réseaux sociaux. Entre une flopée de listes écologistes, des listes souverainistes et des micros partis, tour d’horizon de ces listes qui devraient avoir le plus grand mal à avoir des eurodéputés, mais dont la présence est loin d’être neutre pour le scrutin du 9 juin.

Le

Migration Europe
6min

Politique

Pacte européen asile et migration : qu'ont voté les eurodéputés français ?

Soutenu par les sociaux-démocrates et la droite européenne, le pacte asile et migration a été adopté au Parlement européen. Mais, contrairement à leurs collègues des autres États membres, Raphaël Glucksmann et François-Xavier Bellamy – têtes de liste socialiste et Les Républicains – se sont opposés au texte.

Le