« Ce serait pas mal qu’il y ait des femmes au poste de président » de groupe, estime Lienemann

« Ce serait pas mal qu’il y ait des femmes au poste de président » de groupe, estime Lienemann

Qui pour remplacer Didier Guillaume, le président démissionnaire du groupe socialiste du Sénat ? La sénatrice de Paris fait part de sa préférence pour une femme à ce poste.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Après l’annonce surprise, mardi, de son retrait de la vie politique, le sénateur Didier Guillaume laisse son siège de président du groupe socialiste ouvert à la succession. Un vote à la prochaine réunion hebdomadaire des sénateurs socialistes, aura lieu dans la matinée du 23 janvier pour arrêter le nom de son ou de sa remplaçant(e).

Plusieurs candidats devraient se manifester, dont les anciens ministres Patrick Kanner et Laurence Rossignol (relire notre article). « Ce serait pas mal qu’il y ait des femmes dans les postes de président » de groupe, a fait savoir Marie-Noëlle Lienemann, dans l’émission Parlement Hebdo. Pour autant, la sénatrice de Paris ne se dit pas « tentée » par le poste.

« Certaine tendresse » pour Laurence Rossignol

Si elle attend d’avoir la liste de tous les prétendants déclarés avant d’indiquer son choix, Marie-Noëlle Lienemann ne cache pas sa « certaine tendresse » pour Laurence Rossignol :

« Je ne suis pas toujours d’accord avec elle, mais je pense qu’elle a envie aussi qu’on ait un Parti socialiste, et surtout un groupe, qui soient assez offensifs, en réflexion sur les grandes mutations qui sont en cours, et en tenant nos fondamentaux. »

Fin septembre, lors de la dernière élection du président de groupe, l’ancienne ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes avait réuni 22 voix (sur 77), contre 36 pour Didier Guillaume, et 12 pour Martial Bourquin, le sénateur du Doubs.

Dans la même thématique

Paris : Gabriel Attal conference de presse
4min

Politique

« Pas de hausse d’impôts quoi qu’il arrive », promet Attal : « Démagogie pure » répond la commission des finances du Sénat

Lors d’une conférence de presse, Gabriel Attal a fustigé a renvoyé dos à dos les programmes économiques du RN et du Nouveau Front Populaire, comme étant irréalistes tout en prenant l’engagement « d’inscrire dans la loi une règle d’or budgétaire, pas d’augmentation des impôts quoi qu’il arrive ». « Une impasse » pour les sénateurs de la commission des finances.

Le

« Ce serait pas mal qu’il y ait des femmes au poste de président » de groupe, estime Lienemann
6min

Politique

Attal présente son programme et renvoie dos à dos « Nupes » et RN : « Le 30 juin, j’aimerais que les Français me choisissent » 

Ce jeudi 20 juin, le Premier ministre a dévoilé une série de mesures sur le pouvoir d’achat, le travail, la transition écologique ou encore la justice des mineurs, qui seront portées par les candidats de la majorité aux législatives anticipées. Gabriel Attal n’a pas hésité à personnaliser le scrutin, appelant les Français à « le choisir » dès le premier tour.

Le