Covid-19 : « Ce virus ne va jamais disparaître, on va apprendre à vivre avec lui », affirme Didier Pittet

Covid-19 : « Ce virus ne va jamais disparaître, on va apprendre à vivre avec lui », affirme Didier Pittet

La commission des affaires sociales a auditionné ce mercredi 30 juin le professeur Didier Pittet, président de la mission sur l’évaluation de la gestion de la crise covid-19 par la France. Il s’est exprimé sur le variant Delta, la vaccination et la potentielle quatrième vague.
Mathilde Nutarelli

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

La commission des affaires sociales a auditionné, ce mercredi 30 juin, le professeur Didier Pittet, président de la mission sur l’évaluation de la gestion de la crise covid-19 par la France. Lancée par le Président de la République en juin 2020, elle a rendu son rapport final en mai 2021. Au cours de son audition par le Sénat, le professeur suisse a fait le point sur la situation sanitaire actuelle. Variant Delta, vaccination, quatrième vague, il a fait preuve d’une grande pédagogie pour expliquer les enjeux à venir dans les prochains mois.

« Le vaccin et l’immunité protègent contre le variant Delta »

Loin des discours alarmistes qui sont entendus depuis quelques jours sur les plateaux concernant le variant Delta, premièrement détecté en Inde et qui circule en France métropolitaine depuis avril, le professeur Pittet a livré une explication très claire de la mécanique à l’œuvre dans l’émergence des variants. « Les virus ont une évolution naturelle et ils font des variants […]. C’est darwinien. Le virus fait des variants pour survivre ». « Ça reste une course entre le virus et le vaccin », rappelle-t-il. « Les variants qu’on craint le plus, vont naître dans les pays où on a le plus de vaccinations ».

Pour remettre les choses en perspective, le professeur expose, sous les yeux passionnés des sénateurs : « Vous entendez que le variant Delta est plus contagieux que les autres variants, c’est tout à fait normal. Pour qu’un virus prenne le dessus sur les autres et occupe de plus en plus de place, il doit être plus contagieux ».

La bonne nouvelle, c’est que « le vaccin et l’immunité protègent contre le variant Delta », rassure-t-il. Le professeur qui a fait don de la formule du gel hydroalcoolique rappelle également, qu’ « aucun variant ne résiste à l’hygiène des mains, à la distanciation et aux masques ».

Seule ombre au tableau, la petite phrase prophétique de Didier Pittet à la fin de sa réponse à la sénatrice Brigitte Micouleau : « Ce virus ne va jamais disparaître, on va apprendre à vivre avec lui ».

Variant Delta : "Les virus ont une évolution naturelle et ils font des variants"
02:53

Les tests et les vaccins pour prévenir les futures vagues

Deuxième sujet brûlant d’actualité abordé par le professeur durant son audition : la potentielle quatrième vague qui arriverait à l’automne. « Il y a un risque de 4e, de 5e et de 6e vague », prévient-il. Mais une fois encore, Didier Pittet n’est pas alarmiste. L’important, pour lui, c’est de continuer à vacciner le plus possible, afin de casser les chaînes de contamination et de les réduire au maximum. « Même un cluster avec un variant extrêmement transmissible, vous le contrôlez quand vous le comprenez », explique-t-il. Cette compréhension permet de remonter les chaînes de contamination et ainsi d’éviter au maximum la propagation du virus. Il avertit : « Cet été, se faire tester et avoir une proportion de tests positifs faible, c’est la clé du succès ».

Lorsqu’on lui demande si le virus est saisonnier et si une recrudescence est à craindre à l’automne, Didier Pittet répond qu’on ne « peut pas parler de véritable saisonnalité » du virus. Bien qu’il soit plus facile de le transmettre en automne et en hiver, la présence du virus sur les deux hémisphères de manière continue rend difficile l’identification de toute saisonnalité.

Didier Pittet : "Il y a un risque de 4ème, de 5ème et de 6ème vague "
01:57

« Les Etats se préparent à une potentielle troisième dose »

A la fin de l’audition, Didier Pittet répond à la question des sénateurs concernant la troisième dose, que plusieurs pays se prépareraient à administrer, au moins aux personnes les plus vulnérables, afin de lutter contre les variants plus contagieux. « Je ne suis pas certain qu’il faille y avoir recours [pour toute la population] », explique-t-il. Si certains publics très fragiles en bénéficient déjà, le recul n’est pas suffisant pour savoir s’il serait efficace auprès du reste de la population. Pour autant, le professeur affirme que « les Etats se préparent à une potentielle troisième dose », à la fin de l’automne ou au début de l’année 2022 pour les plus vulnérables, confie-t-il.

Dans la même thématique

Paris: Francois-Xavier Bellamy during a press conference
12min

Politique

Européennes : un rapprochement entre LR et le groupe d’extrême droite ECR est-il envisageable au Parlement européen ?

Alors que le compromis est la règle en Europe, la tête de liste LR aux européennes assume de voter « très souvent » au Parlement européen avec des « collègues du groupe ECR », l’un des deux groupes d’extrême droite, où siège le parti de Giorgia Meloni. La première ministre italienne pourrait se retrouver au centre des discussions au lendemain du scrutin. Au sein des LR, la prudence reste de mise, mais certains, comme Julien Aubert, vice-président du parti, plaident pour « s’allier avec ECR ».

Le

FRA – EMMANUEL MACRON – MARINE LEPEN – RN – ELYSEE
7min

Politique

Débat Macron-Le Pen sur les européennes : « S’il avait lieu, ça commencerait à poser un sérieux problème démocratique », analyse Bruno Cautrès 

A deux semaines du scrutin des européennes, Emmanuel Macron a déclaré être « prêt à débattre maintenant » avec Marine Le Pen. Alors que la liste de la majorité présidentielle, menée par Valérie Hayer, se fait largement distancer par celle de Jordan Bardella, le principe de la confrontation arrange-t-il les deux camps ? Quels sont les enjeux d’un tel débat ? Décryptage.

Le

Paris: EELV lancement campagne elections europeennes
7min

Politique

Européennes 2024 : que contient le programme des Écologistes ?

A moins de deux semaines du scrutin, les sondages sont de moins en moins favorables au parti écologiste qui pourrait ne pas atteindre le seuil des 5 %. Au long d’un programme détaillé, Marie Toussaint dévoile une vision globale du futur de l’Union européenne en mettant l’accent sur la « bifurcation sociale et écologique ».

Le