Paris : Francois Hollande 20 heures sur TF1

Ces candidats qui font leur grand retour aux législatives

Ils ont été ministres ou Président de la République, ont quitté la vie politique … et choisissent d’y revenir pour les élections législatives. Voici un aperçu des candidats qui font leur retour sur le devant de la scène à l’occasion des élections législatives anticipées des 30 juin et 7 juillet prochains.
Samia Dechir

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

François Hollande candidat en Corrèze

Personne ne s’y attendait.  Samedi, François Hollande a créé la surprise en se déclarant candidat aux élections législatives. Face à un risque « avéré » de voir l’extrême droite s’emparer du pouvoir, l’ancien Président de la République (2012-2017) a décidé de briguer un mandat de député dans son fief de Corrèze. Et c’est sous les couleurs du Nouveau Front Populaire qu’il se lance.

L’ancien chef de l’Etat n’a pourtant jamais caché son hostilité au rapprochement du PS avec les insoumis. Mais « à situation exceptionnelle, décision exceptionnelle » a justifié l’ancien chef de l’Etat, qui semble prêt à mettre de côté ses divergences avec la gauche mélenchoniste pour faire barrage au Rassemblement National. La majorité présidentielle ne présentera aucun candidat face à lui.

Jérôme Cahuzac se présente dans le Lot-et-Garonne

Il avait disparu de la scène politique. Jérôme Cahuzac fait son grand retour et se présente dans la troisième circonscription du Lot-et-Garonne. En 2018, l’ancien ministre du Budget de François Hollande avait été condamné à quatre ans de prison (dont deux ans fermes) et cinq ans d’inéligibilité pour fraude fiscale. Pour tenter d’étouffer les révélations de Mediapart en 2013, il avait publiquement menti aux députés, prononçant sa désormais célèbre réplique « Je n’ai jamais eu de compte à l’étranger, ni maintenant ni avant ».

Jérôme Cahuzac a désormais purgé sa peine, il est donc libre d’être de se présenter à une élection « Je ne suis tributaire et je ne dépends d’aucun parti » a déclaré l’ancien maire de Villeneuve-sur-Lot qui se présente sous l’étiquette centre-gauche. Lui non plus n’aura pas à affronter de candidat de la majorité présidentielle.

Brigitte Bourguignon de nouveau candidate dans le Pas-de-Calais

Il lui avait manqué 56 voix. En 2022, Brigitte Bourguignon échouait à se faire élire députée dans le Pas-de-Calais face au Rassemblement National. Une défaite qui lui avait coûté son portefeuille de ministre de la Santé. Deux ans plus tard, elle est prête à rejouer le même match avec la même adversaire : elle affrontera la députée sortante Christine Engrand du Rassemblement National. « Vu le contexte et la nécessité de trouver rapidement des candidats, je pense être la mieux placée pour gagner cette circonscription » a-t-elle déclaré à nos confères de la Voix du Nord.

Dominique Voynet se lance dans le Doubs

Elle était retournée en Franche-Comté en 2021 pour y prendre sa retraite. Trois ans plus tard, Dominique Voynet vient d’être investie par le Nouveau Front Populaire dans la deuxième circonscription du Doubs. L’ancienne candidate des Verts à la présidentielle a déjà fait l’expérience de l’union des gauches. En 1997, c’est elle que Lionel Jospin nomme au ministère de l’Ecologie dans son gouvernement de la « gauche plurielle », un portefeuille qu’elle a gardé jusqu’en 2001.

Antoine Waechter candidat en Alsace

Autre ancien candidat des Verts à la Présidentielle à se lancer dans la bataille des législatives anticipées : Antoine Waechter dans la troisième circonscription du Haut-Rhin. Après avoir porté les couleurs des écologistes en 1988, il a rompu avec sa famille politique pour fonder le Mouvement écologiste indépendant. En 1997, il est candidat aux législatives et enregistre un spot de campagne devenu culte dans lequel il se fait interviewer … par un castor. De nouveau candidat à l’élection présidentielle de 2022, cette fois sous ses propres couleurs, il a se retirer de la course, faute de pouvoir obtenir les parrainages nécessaires.

 

Pour aller plus loin

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le