« Cette primaire est une claque pour Valls » selon Karoutchi

« Cette primaire est une claque pour Valls » selon Karoutchi

Interrogé au micro de « Sénat 360 », Roger Karoutchi, sénateur (LR) des Hauts-de-Seine, juge que le climat à gauche « ressemble un peu à un règlement de compte à OK Corral » et que Manuel Valls a pris « une claque » avec la primaire.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Après avoir ironisé sur l’imbroglio autour des chiffres de la participation au 1er tour de la primaire à gauche, le sénateur (LR) des Hauts-de-Seine, Roger Karoutchi, a voulu souligner la mauvaise posture dans laquelle se trouve Manuel Valls : «  Au-delà de la mauvaise organisation, cette primaire signifie une claque pour Valls, parce qu’incontestablement l’ancien 1er ministre n’arrive que second (…)Même au sein des électeurs PS, on rejette le bilan de Hollande (…) Résultat des courses : vous avez un candidat de la gauche de la gauche, irréaliste, peu pragmatique, pas gestionnaire, qui va être choisi. Vous avez Mélenchon qui, lui, continuera sur l’axe socialiste de gauche communiste. Vous avez Macron, socialiste libéral, qui essaiera de prendre des voix un peu au centre, avec beaucoup de socialistes déçus ou Vallsistes qui finiront par le rejoindre (…) On ne sait plus très bien qui incarne quoi et qui représente quoi ». Et de porter l’estocade : « Une primaire contestée, contestable, des candidats favoris éliminés, Hollande qui n’a même pas voté à la primaire (…) Mélenchon en embuscade. Ça crée un climat à gauche qui ressemble un peu à un règlement de compte à OK Corral ».

Selon Roger Karoutchi, Benoît Hamon ne serait pas un adversaire dangereux pour François Fillon : « Son programme dépense à tout va, crée un revenu universel non financé… ».

Le sénateur (LR) des Hauts-de-Seine estime que cette primaire de gauche est « en réalité, une bataille pour la prochaine direction du Parti socialiste » et que Benoît Hamon sait qu’il ne sera pas au second tour de la présidentielle mais qu’il tente d’ « assurer le fait d’être 1er secrétaire du PS par la suite ».

Entre le « dur » de Benoît Hamon et « le flou » d’Emmanuel Macron, « la gauche a encore beaucoup de travail » conclut-il.

Dans la même thématique

Paris : Deux policiers blesses par balle comissariat 13 eme arrondissment
4min

Politique

Sécurité : que proposent les grands blocs politiques pour les élections législatives ?

Ce lundi 14 juin, la campagne pour les élections législatives s’est ouverte, et les programmes des principales forces politiques ont été dévoilés. La sécurité est au cœur du débat et suscite une attention tout particulière au sein de l’opinion publique. Petit aperçu des différentes propositions et promesses sur ce sujet clivant entre les partis.

Le

Rentree scolaire Ecole Primaire Maternelle Saint-Philippe a Nice
7min

Politique

Législatives anticipées : que proposent les trois blocs sur l’éducation ?

Après le pouvoir d’achat, la sécurité et l’immigration, l’éducation divise les différents candidats aux élections législatives. Si le programme gouvernemental sur l’école est bien connu, les deux autres blocs politiques en lice pour les élections législatives prônent des mesures radicalement opposées.

Le

Paris : Auditions au MEDEF
6min

Politique

Législatives : ces sénateurs tentés par la ligne Ciotti/Bardella

Depuis l’alliance annoncée entre Éric Ciotti et Jordan Bardella aux élections législatives, les sénateurs du groupe LR du Sénat font officiellement bloc derrière la ligne d’autonomie définie par le bureau politique du parti. Mais dans cette campagne éclair, certains expriment leurs divergences. Après les 7 juillet, elles pourraient bien s’accentuer.

Le