Chaleureuse visite d’Emmanuel Macron au roi du Maroc Mohammed VI

Chaleureuse visite d’Emmanuel Macron au roi du Maroc Mohammed VI

Le président français Emmanuel Macron, accompagné de son épouse, a rendu visite à Rabat au roi Mohammed VI, une première visite chaleureuse où...
Public Sénat

Par Laurence BENHAMOU

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Le président français Emmanuel Macron, accompagné de son épouse, a rendu visite à Rabat au roi Mohammed VI, une première visite chaleureuse où les deux dirigeants ont notamment évoqué leurs efforts pour résoudre la crise du Golfe.

Le falcon présidentiel a atterri à 17h00 à Rabat, où le roi et la princesse Lalla Salma ont accueilli Emmanuel et Brigitte Macron en grande pompe sur le tarmac, devant une haie d'honneur de la garde royale.

Le président a ensuite été reçu plus d'une heure par le souverain marocain au Palais royal, en compagnie de son fils de 14 ans, Moulay Hassan, et de son frère Moulay Rachid.

Le président français Emmanuel Macron et le roi du Maroc Mohammed VI à Rabat, le 14 juin 2017
Le président français Emmanuel Macron et le roi du Maroc Mohammed VI à Rabat, le 14 juin 2017
POOL/AFP

Le soir, le couple Macron était convié au repas de rupture du jeûne du Ramadan offert par le roi en leur honneur dans sa résidence personnelle de Dar al Salam, avant de repartir jeudi matin pour Paris.

"Je remercie le roi pour son accueil chaleureux, je suis très touché par sa marque d'amitié et le caractère très personnel de la relation qui s'est nouée entre nous", a dit M. Macron lors d'un point de presse au terme de cette visite mi-privée mi-officielle.

"J'ai réaffirmé la volonté de la France d'accompagner les réformes menées par le roi, comme la modernisation des institutions, le développement social et territorial, les programmes de lutte contre les inégalités et l'insertion du Maroc dans la mondialisation, a-t-il dit.

- Convergence sur le Qatar -

Au cours de leur entretien, les deux hommes ont aussi constaté leurs convergences de vues sur la crise au Qatar, chacun poursuivant ses efforts pour trouver une issue diplomatique et apaiser les tensions.

La princesse Lalla Salma  et l'épouse du président, Brigitte Macron, le 14 juin 2017
La princesse Lalla Salma et l'épouse du président, Brigitte Macron, le 14 juin 2017
POOL/AFP

Le président français compte notamment rencontrer prochainement à Paris un haut dirigeant des Emirats arabes unis.

Il a par ailleurs assuré que Mohammed VI était "préoccupé" par la situation dans le Rif, région du nord du royaume en proie depuis des mois à un mouvement de contestation populaire.

"Je n'ai pas eu lieu de craindre une volonté de répression", a-t-il ajouté, interrogé sur les arrestations des leaders du mouvement ces dernières semaines, mais "plutôt d'une volonté de répondre dans la durée aux causes profondes" de la contestation.

25 associations de France et du Maghreb avaient adressé une lettre ouverte à Emmanuel Macron, notamment pour dénoncer "la répression" dans le Rif, et lui demander d'intervenir sur les "atteintes aux libertés fondamentales" au Maroc.

La conférence de presse se déroulait en la seule présence du président français, Mohammed VI ne s'exprimant jamais devant les journalistes.

Au cours de sa campagne, M. Macron s'était rendu en Algérie, où il doit revenir en tant que président dans les prochaines semaines.

- "Stabiliser" la Libye -

Les deux hommes ont abordé plusieurs autres sujets régionaux, comme le conflit libyen, "avec une volonté commune de trouver un voie de stabilisation de ce pays" et la lutte contre le terrorisme au Sahel.

"Nous avons aussi abordé la politique africaine, où le Maroc joue un rôle croissant", a souligné M. Macron, qui s'est félicité de la récente entrée du Maroc dans l'Union Africaine.

Les politiques de la France et du Maroc en Afrique ne "sont pas similaires mais ont des finalités partagées" comme la stabilité politique et démocratique et la croissance soutenable, a-t-il dit.

Après la brouille de 2014, les relations sont de nouveau au beau fixe entre Paris et Rabat, avec une importante coopération en matière de sécurité, d'économie, d'éducation, de culture et pour la lutte contre le dérèglement climatique. La France est le premier partenaire commercial du Maroc.

Mardi, le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a effectué une visite en Algérie. Les deux pays ont annoncé vouloir unir leurs efforts notamment dans la lutte antiterroriste et pour une solution politique en Libye.

La relation avec le Maghreb est prioritaire dans la politique d'Emmanuel Macron, qui veut forger un nouveau partenariat entre Europe, Afrique et Méditerranée.

De son côté Brigitte Macron et la princesse, qui se sont fait la bise à son arrivée à l'aéroport, ont visité ensemble l'exposition "Face à Picasso" au musée d'art moderne et contemporain de Rabat.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le