Chèque carburant : Agnès Pannier-Runacher veut un résultat « rapidement visible pour les Français »

Chèque carburant : Agnès Pannier-Runacher veut un résultat « rapidement visible pour les Français »

Les arbitrages sont « encore en cours ». La ministre déléguée chargée de l’Industrie a indiqué ce 18 octobre que le gouvernement réfléchissait toujours au mécanisme qui atténuera la flambée des prix du carburant pour les Français « qui en ont le plus besoin ». L’annonce se fera dans les « prochains jours ou semaines ».
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

La hausse des prix des carburants arrive au plus mauvais moment pour le gouvernement, à six mois de l’élection présidentielle. Invitée ce 18 octobre de l’émission Audition publique (sur Public Sénat et LCP-AN, en partenariat avec Le Figaro), la ministre déléguée chargée de l’Industrie fait partie des membres du gouvernement au front. Elle va notamment recevoir ce mardi les entreprises particulièrement impactées par la hausse des cours de l’énergie. Plusieurs marges de manœuvre sont sur la table. Elles sont techniques. « ll pourrait y avoir a minima des pistes d’annonces, peut-être des annonces », a-t-elle promis.

Le coup de pouce à destination des ménages n’est, lui, pas encore finalisé. Une chose est sûre : il ne passera pas par une baisse de la fiscalité sur les carburants. Trop coûteuse pour les finances publiques, pour un résultat peu perceptible pour les consommateurs. « À ce stade, c’est la piste qui n’est pas privilégiée », a-t-elle répété. « Plus approprié », un chèque carburant tiendrait la corde. Il s’inspirerait du même modèle que le chèque énergie versé à six millions de foyers modestes, pour régler une partie des dépenses de chauffage. « En tout état de cause, c’est ce scénario que nous privilégions, mais rien n’est tranché sur le chèque carburant […] Ce qui est important aujourd’hui pour nous, très simplement, c’est que ce soit rapidement visible pour les Français dans leur portefeuille. » La ministre a particulièrement insisté sur « ceux qui en ont le plus besoin et qui ont le plus besoin de leur voiture ».

« Les arbitrages sont encore en cours », les annonces pourraient avoir lieu « dans les prochains jours ou semaines », a-t-elle précisé.

>> Lire aussi : Flambée des prix de l’énergie : « La crise est essentiellement conjoncturelle », assure l’économiste Frédéric Gonand

 

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le