Chérèque: Hollande salue “un homme dont le courage a éclairé l’action”

Chérèque: Hollande salue “un homme dont le courage a éclairé l’action”

L'ex-dirigeant de la CFDT François Chéréque, décédé lundi, était "un homme dont le courage a éclairé l'action" et qui "ne faisait...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

L'ex-dirigeant de la CFDT François Chéréque, décédé lundi, était "un homme dont le courage a éclairé l'action" et qui "ne faisait des compromis que pour parvenir à l’essentiel", a salué le président François Hollande.

"François Chérèque était un homme dont le courage a éclairé l’action. Toute sa vie il s’est mobilisé pour la justice et le progrès", déclare le chef de l'Etat, actuellement en déplacement en Irak, dans un communiqué de l'Elysée.

"C’est au nom d’un syndicalisme résolument réformiste qu’il avait dirigé pendant 10 ans la CFDT. Comme secrétaire général, il conjuguait un pragmatisme dans les moyens avec une intransigeance dans les objectifs", a salué le président de la République, louant son "syndicalisme résolument réformiste" au cours de ses dix ans à la tête de la CFDT (2002-2012).

"Il l’avait montré notamment dans les négociations sur l’avenir des retraites en 2003 puis en 2010 comme dans les débats sur la représentativité syndicale", a-t-il noté.

Le chef de l'Etat rappelle encore la mission de François Chérèque pour bâtir un plan contre la pauvreté et pour l'insertion des jeunes, et son rôle à la tête de la présidence de l’Agence du service civique (2013), "jusqu’à ce que la maladie l’empêche de poursuivre cette mission".

"Là-encore, c’est avec un courage inouï qu’il a fait face, retardant autant qu’il a pu l’échéance avec dignité. François Chérèque ne faisait des compromis que pour parvenir à l’essentiel", salue encore M. Hollande, en présentant ses "condoléances les plus amicales" aux proches de M. Chérèque et sa "solidarité" au secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger.

Dans un communiqué de Matignon, le Premier ministre Bernard Cazeneuve a pour sa part salué "un grand défenseur du progrès social", "un homme de bien, un homme de conviction, qui s’est battu jusqu’au bout avec une dignité et une force admirables".

"Homme capable de construire des mobilisations, mais aussi soucieux en permanence de dialogue et de compromis, engagé dans l’action syndicale pendant plus de trente ans dont dix ans passés à la tête de la CFDT, François Chérèque a marqué le paysage syndical français", écrit encore le chef du gouvernement.

Dans la même thématique

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le

Operation Wuambushu a Mayotte : Demolition en cours d’un vaste bidonville – Operation Wuambushu in Mayotte: Ongoing demolition of a vast slum
8min

Politique

« Mayotte place nette » : « La première opération était de la communication et la deuxième sera de la communication », dénonce le sénateur Saïd Omar Oili

Le gouvernement a annoncé ce mardi 16 avril le lancement du dispositif « Mayotte place nette », un an après le maigre bilan de l’opération baptisée « Wuambushu ». Saïd Omar Oili, sénateur de Mayotte, regrette le manque de communication du gouvernement avec les élus du département et met en doute l’efficacité de ce « Wuambushu 2 ».

Le

Paris : Question time to the Prime Minister Gabriel Attal
6min

Politique

100 jours à Matignon : « La stratégie Attal n’a pas tenu toutes ses promesses », analyse Benjamin Morel

Le Premier ministre marquera jeudi le passage de ces cent premiers jours au poste de chef du gouvernement. Si Gabriel Attal devait donner un nouveau souffle au deuxième quinquennat d’Emmanuel Macron, sa stratégie n’est néanmoins pas payante car il « veut en faire trop sans s’investir fortement sur un sujet », selon Benjamin Morel, maître de conférences en droit public.

Le