Chômage: la publication des chiffres de Pôle emploi va devenir trimestrielle

Chômage: la publication des chiffres de Pôle emploi va devenir trimestrielle

La publication du nombre de demandeurs d'emploi inscrits à Pôle emploi, aujourd'hui diffusée tous les mois, va devenir...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

La publication du nombre de demandeurs d'emploi inscrits à Pôle emploi, aujourd'hui diffusée tous les mois, va devenir trimestrielle à partir de 2018, ont annoncé jeudi Pôle emploi et le ministère du Travail.

A partir de 2018, la Dares, service des statistiques du ministère, publiera tous les trois mois le nombre moyen de demandeurs d'emploi sur le trimestre. Le nombre de demandeurs d'emploi inscrits en fin de mois continuera d'être mis en ligne sur le site du ministère mais ne fera plus l'objet d'une publication.

Les chiffres de Pôle emploi, dont la première publication trimestrielle aura lieu le 25 avril pour le 1er trimestre 2018, auront désormais la même périodicité que l'autre thermomètre du chômage, le taux de chômage de l'Insee. Les chiffres de Pôle emploi seront publiés 25 jours après la fin du trimestre, tandis que ceux de l'Insee le seront, comme aujourd'hui, 45 jours après.

D'ici là, la Dares diffusera ses dernières publications mensuelles pour les chiffres d'octobre, de novembre et de décembre.

La nouvelle mouture vise à "mettre davantage l'accent sur l'évolution tendancielle plutôt qu'au mois le mois", sachant que la Dares "considère que les évolutions mensuelles ne sont pas significatives".

Contrairement à ses prédécesseurs, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a décidé, depuis sa nomination en mai, de ne pas réagir aux chiffres du chômage de Pôle emploi, estimant que cet indicateur "ne reflétait pas bien l'évolution du marché du travail". Selon elle, le chiffre mensuel "peut être affecté, chaque mois, par différents événements de nature administrative".

Les chiffres de Pôle emploi sont connus pour leurs fluctuations et le groupe de travail Dares-Pôle emploi-Insee, créé pour réfléchir à la nouvelle formule, a constaté "l'accroissement récent de la volatilité des séries" mensuelles.

Selon la Dares, l'année 2016 a été symptomatique de cette tendance: alors que l'indicateur a baissé de plus de 100.000 chômeurs en catégorie A (sans activité) sur l'année, il a fait le "yo-yo" au mois le mois avec cinq mois de hausse et sept mois de baisse.

Avec une publication trimestrielle, l'année 2016 se serait soldée par quatre trimestres de baisse, a indiqué la Dares.

La nouvelle formule fera par ailleurs apparaître chaque trimestre le nombre de personnes inscrites à Pôle emploi à la suite d'une rupture conventionnelle, dispositif créé en 2008 qui permet au salarié et à son employeur de rompre un CDI d'un commun accord.

La publication des chiffres de Pôle emploi avait déjà connu une évolution en 2016, avec l'introduction des évolutions trimestrielles, pour éclairer les évolutions mensuelles. Les rénovations successives de l'indicateur font suite à des recommandations de l'Autorité de la statistique publique (ASP), qui a labellisé les statistiques de Pôle emploi en 2014.

Dans la même thématique

Reception de la presse internationale à l’Elysee, a l’occasion des Jeux de Paris 2024
9min

Politique

Interview d’Emmanuel Macron sur les JO : « Il va s’en servir comme d’une métaphore sur le climat politique » 

Ce mardi 23 juillet au soir, Emmanuel Macron va s’exprimer pour la première fois depuis les élections législatives, lors d’une interview pour France Télévisions et Radio France. L’occasion pour lui d’expliciter « la trêve olympique et politique » qu’il a appelée hier de ses vœux. Alors quels sont les enjeux de cette intervention ?  

Le

Chômage: la publication des chiffres de Pôle emploi va devenir trimestrielle
4min

Politique

Lutte anti-drone pour les JO : « Une priorité » pour Attal, sur laquelle les sénateurs ont alerté

A trois jours de l’ouverture de Jeux Olympiques, le premier ministre démissionnaire s’est rendu à la base militaire de Villacoublay pour se faire présenter le dispositif anti-drone. Et a révélé qu’il y a déjà « 6 drones interceptés en moyenne chaque jour » aux abords des sites olympiques. Un sujet sur lequel les sénateurs ont alerté depuis longtemps l’exécutif.

Le