Christophe Castaner “a toute ma confiance” affirme Edouard Philippe

Christophe Castaner “a toute ma confiance” affirme Edouard Philippe

Christophe Castaner "a toute ma confiance", a déclaré vendredi Edouard Philippe en estimant que le ministre de l'Intérieur avait ...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Christophe Castaner "a toute ma confiance", a déclaré vendredi Edouard Philippe en estimant que le ministre de l'Intérieur avait "sans doute eu raison de corriger" ses propos sur une "attaque" de l'hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière le 1er mai.

"S'agissant des polémiques qui ont agité le monde médiatico-politique pendant les 24 dernières heures, je crois savoir que le ministre de l'Intérieur a corrigé son propos. Il a sans doute eu raison de le faire en choisissant le terme qu'il a utilisé. Et je n'ai pas d'autres commentaires à faire sinon qu'il a évidemment, et comme depuis le début, toute ma confiance", a affirmé le Premier ministre à Montmoreau en Charente.

"Je n'aurais pas dû employer le terme +attaque+", a reconnu vendredi M. Castaner, concernant l'irruption de dizaines de manifestants dans l'hôpital parisien mercredi.

Le ministre a estimé qu'il aurait dû lui préférer le terme "intrusion violente", évoqué devant lui par des responsables de l'hôpital parisien. "Accepter de revenir sur ses mots, ça ne me pose aucun problème", a-t-il poursuivi, lors d'une conférence de presse en marge d'une visite à Toulon.

Au coeur de la polémique, des élus d'opposition ont réclamé vendredi l'audition devant le Parlement du ministre de l'Intérieur, d'autres exigeant sa démission.

Dans la même thématique

Migration Europe
6min

Politique

Pacte européen asile et migration : qu'ont voté les eurodéputés français ?

Soutenu par les sociaux-démocrates et la droite européenne, le pacte asile et migration a été adopté au Parlement européen. Mais, contrairement à leurs collègues des autres États membres, Raphaël Glucksmann et François-Xavier Bellamy – têtes de liste socialiste et Les Républicains – se sont opposés au texte.

Le

Paris: weekly session of questions to the government at the Senate
3min

Politique

RIP sur l’immigration : pour Bruno Retailleau, le Conseil constitutionnel « outrepasse son rôle »

Les Républicains s’en prennent une nouvelle fois au Conseil constitutionnel après avoir vu leur proposition de référendum d’initiative partagée (RIP) sur l’immigration invalidée par les Sages. « Un nouveau tournant » pour le patron de la droite sénatoriale qui avait déjà eu des mots assez durs à l’égard de la plus haute juridiction lors de la large censure de la loi immigration.

Le