Ciotti (LR) pour une restriction du droit du sol

Ciotti (LR) pour une restriction du droit du sol

Le député LR Eric Ciotti lors d’une manifestation à Paris, le 18 mai 2016 AFP/Archives Le député Eric Ciotti (LR) plaide pour “une restriction du droit du sol aux seuls enfants de ressortissants européens” et pour la suspension du regroupement familial dans le contexte de menace terroriste, dans une interview au Figaro de samedi. “Nous […]
Public Sénat

Temps de lecture :

1 min

Publié le

Mis à jour le

Le député LR Eric Ciotti lors d'une manifestation à Paris, le 18 mai 2016
Le député LR Eric Ciotti lors d'une manifestation à Paris, le 18 mai 2016
AFP/Archives

Le député Eric Ciotti (LR) plaide pour "une restriction du droit du sol aux seuls enfants de ressortissants européens" et pour la suspension du regroupement familial dans le contexte de menace terroriste, dans une interview au Figaro de samedi.

"Nous sommes confrontés à une menace intérieure", déclare l'élu des Alpes-maritimes, qui soutient Nicolas Sarkozy pour les primaires de la droite de novembre. "C'est la conséquence de l'échec total de notre modèle d'intégration et d'acquisition de la nationalité (...) C'est pourquoi je plaide en faveur d'une restriction du droit du sol aux seuls enfants de ressortissants européens", poursuit-il.

Dans un entretien à Valeurs actuelles, Nicolas Sarkozy a relancé cette semaine le débat sur la question du droit du sol, dont il a prôné une "modification assez substantielle".

Le député LR réclame par ailleurs une révision en profondeur de la politique d'immigration, "puisque nous n'avons plus la capacité d'intégrer des centaines de milliers de personnes étrangères à notre culture", et propose "de suspendre le regroupement familial dans ce contexte de menace terroriste".

Dans la même thématique

Ciotti (LR) pour une restriction du droit du sol
3min

Politique

Crise agricole : « 80% des engagements sont tenus ou en passe d’être tenus », affirme Gabriel Attal

Interrogé par François Patriat, président du groupe RDPI (majorité présidentielle) au Sénat sur la crise agricole, le Premier Ministre a reconnu une situation difficile pour les agriculteurs français, déplorant « un malaise, une détresse, une exaspération qui vient de loin », tout en se réjouissant de la réponse apportée par le gouvernement à travers les 62 engagements promis lors de sa conférence de presse début février.

Le