Ciotti (LR) sur Collomb: “les résultats ne sont pas là”

Ciotti (LR) sur Collomb: “les résultats ne sont pas là”

Eric Ciotti, député LR des Alpes-Maritimes, ne "croit pas" que Gérard Collomb soit un bon ministre de l'Intérieur, a-t-il déclaré...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Eric Ciotti, député LR des Alpes-Maritimes, ne "croit pas" que Gérard Collomb soit un bon ministre de l'Intérieur, a-t-il déclaré lundi sur France Inter, estimant que "les résultats ne sont pas là".

"Non, je ne le crois pas", a répondu Eric Ciotti à la question de savoir si Gérard Collomb était un bon ministre de l'Intérieur. "Son bilan aujourd'hui, quel est-il ? Près de 700 cambriolages chaque jour en France, plus de 600 agressions par jour (...), le trafic de drogue, le communautarisme, l'immigration".

"Les résultats ne sont pas là", a-t-il estimé, fustigeant une "réalité très éloignée" de la "communication".

Interrogé sur des propos du ministre de l'Intérieur sur "la passivité" des manifestants face aux casseurs, M. Ciotti a jugé "cette phrase à tout le moins inadaptée".

"J'ai vu un peu une menace contre le droit de manifester. C'est assez étonnant de la part du ministre de l'Intérieur. Le ministre de l'Intérieur est en charge de la protection des Français. Quand il donne des instructions de passivité aux forces de l'ordre comme ça a été le cas au 1er mai, c'est d'abord lui qui est responsable", a-t-il développé.

"Donc bien sûr que les organisateurs doivent assumer leurs responsabilités et qu'ils peuvent et qu'ils doivent mieux le faire, mais face à 1.200 black blocs, c'est le gouvernement qui doit faire respecter les lois de la République, l'autorité de la République", a-t-il estimé.

Au soir des manifestations unitaires contre la politique d'Emmanuel Macron, samedi à travers la France, Gérard Collomb s'était dit "étonné que des black blocs puissent intervenir au milieu d'une foule qui ne réagit pas".

"Si on veut garder demain le droit de manifester, qui est une liberté fondamentale, il faut que les personnes qui veulent exprimer leur opinion puissent s’opposer aux casseurs et ne pas, par leur passivité, être complices de ce qui se passe", avait-il estimé.

Dans la même thématique

Reception de la presse internationale à l’Elysee, a l’occasion des Jeux de Paris 2024
9min

Politique

Interview d’Emmanuel Macron sur les JO : « Il va s’en servir comme d’une métaphore sur le climat politique » 

Ce mardi 23 juillet au soir, Emmanuel Macron va s’exprimer pour la première fois depuis les élections législatives, lors d’une interview pour France Télévisions et Radio France. L’occasion pour lui d’expliciter « la trêve olympique et politique » qu’il a appelée hier de ses vœux. Alors quels sont les enjeux de cette intervention ?  

Le

Ciotti (LR) sur Collomb: “les résultats ne sont pas là”
4min

Politique

Lutte anti-drone pour les JO : « Une priorité » pour Attal, sur laquelle les sénateurs ont alerté

A trois jours de l’ouverture de Jeux Olympiques, le premier ministre démissionnaire s’est rendu à la base militaire de Villacoublay pour se faire présenter le dispositif anti-drone. Et a révélé qu’il y a déjà « 6 drones interceptés en moyenne chaque jour » aux abords des sites olympiques. Un sujet sur lequel les sénateurs ont alerté depuis longtemps l’exécutif.

Le