Claude Érignac « incarnait la République, une République une et indivisible », pour Gérard Larcher

Claude Érignac « incarnait la République, une République une et indivisible », pour Gérard Larcher

Le président du Sénat, présent ce matin à la cérémonie marquant les 20 ans de l’assassinat du préfet à Ajaccio, a une nouvelle fois rendu hommage au haut fonctionnaire. Une séquence suivie d’applaudissements dans l’hémicycle.
Public Sénat

Temps de lecture :

1 min

Publié le

Mis à jour le

Représenté par son président Gérard Larcher, et par le président de la commission des Lois, le sénateur Philippe Bas, le Sénat a assisté ce matin à Ajaccio, à la cérémonie d’hommage à Claude Érignac, le préfet de l’île abattu il y a 20 ans jour pour jour, par un commando d’indépendantistes corses.

Avant d’ouvrir la séance de questions d’actualité au gouvernement, Gérard Larcher a salué une nouvelle fois la mémoire de ce représentant de l’État, « lâchement assassiné » :

« Rien ne justifiera jamais la mort d’un homme qui incarnait la République, une république une et indivisible. »

Ce rappel à l’un des principes constitutionnels n’est pas anodin, à l’heure où Emmanuel Macron s’apprête à rencontrer les dirigeants nationalistes de l’île, demandeurs d’une plus grande autonomie.

« Rendre hommage à Claude Érignac, c’est avant tout continuer à nous battre ensemble pour cet idéal auquel je sais que vous êtes tous et toutes profondément attachés », a conclu Gérard Larcher, avant des applaudissements prolongés sur les bancs de l’ensemble de l’hémicycle.

Dans la même thématique

Elections Legislatives panneaux d affichage a Nice
10min

Politique

Législatives : comment les politiques se positionnent face à l’hypothèse d’un second tour contre l’extrême-droite ?

Face à l’avance considérable du Rassemblement national et de ses alliés dans les sondages, de nombreux hommes et femmes politiques se sont prononcés sur l’hypothèse de duels ou de triangulaires impliquant le parti d’extrême-droite. Côté majorité, on se dirigerait vers une stratégie « ni RN, ni LFI », mais rien n'est tranché.

Le

Diminuer la part française au budget de l’Union, la promesse incertaine du Rassemblement national
8min

Politique

Diminuer la part française au budget de l’Union, la promesse incertaine du Rassemblement national

Le programme de Jordan Bardella intègre dans son programme le rabais de la contribution française à l’Union, qu’il compte obtenir auprès de ses partenaires. Problème : le budget pluriannuel européen vient à peine d’être renégocié, ne laissant aucune fenêtre de tir crédible avant deux bonnes années. Sans compter que les tractations budgétaires sont les plus sensibles qui soient entre les Vingt-Sept.

Le

Matignon Reunion des premiers ministres francais et estonien
5min

Politique

Législatives 2024 : à quoi pourrait ressembler un gouvernement technique ?

Ce serait une première en France. Un scénario inédit sous la Vème république. En cas d’absence de majorité absolue à l’issue des élections législatives anticipées, Emmanuel Macron pourrait nommer un gouvernement technique composés de hauts fonctionnaires et d’experts, afin d’éviter un immobilisme total à la tête du pays.

Le