« Climat de quasi-guerre civile » : Louis Giscard d’Estaing prend ses distances avec les propos de François Fillon

« Climat de quasi-guerre civile » : Louis Giscard d’Estaing prend ses distances avec les propos de François Fillon

Le maire UDI de Chamalières, ancien soutien d’Alain Juppé, a assuré être derrière le candidat de la droite et du centre, tout en critiquant ses propos sur la « guerre civile » qu’aurait installé le gouvernement.
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Invité de Territoires d’Infos sur Public Sénat et Sud Radio, le maire UDI de Chamalières Louis Giscard-d’Estaing a annoncé son soutien à François Fillon pour l’élection présidentielle. « Je soutiens le candidat issu de la primaire de la droite et du centre. J’avais annoncé sur ce plateau mon soutien à Alain Juppé, c’est un autre candidat qui a été choisi par les électeurs, donc de ce point de vue il n’y a aucun changement et je reste dans la ligne très claire de l’UDI ».

Mais il se montre toutefois critique envers les propos tenus par François Fillon. Dans un communiqué publié dimanche, le candidat de la droite a accusé le gouvernement d’avoir installé un « climat de quasi guerre civile ».

« Je n’emploierai pas ces termes. Les tensions, les violences pas justifiées dans une période importante de choix démocratique doivent être stigmatisées, mais je ne serai pas sur cette ligne-là ».

Pour le maire UDI, « François Fillon doit garder une ligne de fidélité à l’engagement qui est le sien, sur la base de ce qu’il a présenté aux électeurs de la primaire tout en tenant compte des contributions que nous pouvons apporter . « Nous souhaitons à l’UDI pouvoir être entendu par François Fillon, et d’ailleurs il y a eu une rencontre entre les responsables de notre parti et le candidat la semaine dernière qui  a permis d’avancer ».

Alors que d’anciens giscardiens et juppéistes préfèrent se tourner vers Emmanuel Macron, le maire UDI s’est montré très sévère envers le leader du mouvement « En marche ! ».

« Emmanuel Macron est le produit de François Hollande, c’est celui qui se présente comme le continuateur du Président. Et celui qui a eu les mots les plus durs et les plus justes sur Emmanuel Macron, c’est François Bayrou » souligne-t-il, alors que le président du Modem a fait le choix de rejoindre l’ancien ministre de l’Economie.

Pour le fils de Valéry Giscard d’Estaing, la comparaison entre l’ancien président de la République et Emmanuel Macron ne tient pas la route. « Il essaie d’apparaître comme un personnage à la trajectoire comparable, elle n’est en rien comparable. Valéry Giscard d'Estaing avait été 11 ans ministre des Finances. Et pas de François Hollande, mais du général De Gaulle et de Georges Pompidou. Ce n’est pas la même chose. Quand Valéry Giscard d'Estaing devient président, il est à la tête d’un parti qui le suit depuis longtemps ». 

 

 

Dans la même thématique

France : Conference de presse Nouveau Front Populaire
6min

Politique

Le programme des 100 premiers jours du « Nouveau Front populaire » 

Pouvoir d’achat, salaire, énergie, Gaza… Le « Nouveau Front populaire », qui rassemble les principaux partis de gauche, a dévoilé les mesures-clés de son programme commun de gouvernement en cas d’accession au pouvoir à l’issue des législatives anticipées.

Le

France : Conference de presse Nouveau Front Populaire
5min

Politique

Nouveau Front populaire : la répartition des circonscriptions est bouclée, les partis désignent leurs candidats

Dans la soirée de jeudi, le Parti socialiste, la France insoumise, le Parti communiste et les Ecologistes, ainsi que plusieurs autres petits partis de gauche, ont scellé leur accord, actant la naissance du Nouveau Front populaire pour faire face au Rassemblement National. Dépassées, donc, les querelles sur les répartitions des circonscriptions. Pourtant, plusieurs cas posaient problème.

Le