Climat: Macron “fera tout” pour que Trump reste dans la COP21

Climat: Macron “fera tout” pour que Trump reste dans la COP21

Emmanuel Macron a assuré vendredi qu'il ferait "tout" pour que le président américain Donald Trump maintienne les Etats-Unis dans...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Emmanuel Macron a assuré vendredi qu'il ferait "tout" pour que le président américain Donald Trump maintienne les Etats-Unis dans le cadre de l'accord la COP21, précisant qu'il s'appuierait pour cela sur la Chine.

"Je ferai tout pour qu'il y reste", a déclaré le candidat à la présidentielle, invité du site internet Mediapart au terme de la campagne présidentielle.

"J'en ferai un des trois sujets principaux de discussion, nous avons à parler de notre sécurité collective, du climat et des sujets économiques", a assuré M. Macron, qui aura, s'il est élu, l'occasion de rencontrer M. Trump lors du sommet de l'OTAN le 25 mai à Bruxelles, et du sommet du G7 les 26 et 27 mai en Italie.

"S'il décidait de sortir de cette voie, il prendrait une responsabilité majeure vis-à-vis de la planète et de son peuple", a ajouté l'ancien ministre de l'Economie.

Pour parvenir à convaincre le président américain, M. Macron veut s'appuyer "très fortement sur la Chine", dont le président Xi Jinping a "totalement intégré dans la mutation du modèle chinois" le changement climatique.

Interrogé sur la transition énergétique en France, M. Macron a réaffirmé son souhait de respecter les objectifs de la loi de transition énergétique (50% d'électricité d'origine nucléaire à l'horizon 2025), alors qu'"aujourd'hui, si on fait juste ce qui est engagé, on n'y arrive pas aux 50%". "Je veux l'engager, le faire, je veux que ce soit une réalité", a-t-il affirmé.

Il s'est engagé pour y parvenir à lancer "tous les appels d'offre en renouvelable dès le début du quinquennat", pour "industrialiser la production" dans les domaines de l'éolien terrestre, du solaire et de l'hydraulique, où les coûts sont désormais "compétitifs".

M. Macron veut ensuite "continuer les appels d'offre et les recherches sur l'éolien en mer et les énergies marémotrices", même si aujourd'hui "ce n'est pas rentable".

Pourquoi ne pas se donner un horizon de sortie du nucléaire ?

"Ce cap-là, il est désespérant pour les gens qui travaillent dans le secteur du nucléaire (...) je ne sais pas si la génération (de réacteurs) qu'on est en train de faire n'aura pas du sens, je ne veux pas préempter -parce qu'on parle d'un horizon 50 ou 75 ans-, les innovations technologiques (...). L'horizon 2025, je sais le porter, le crédibiliser, le défendre. Mais à la fois sur le plan scientifique, sur le plan politique, sur le plan social si je fais ça (...) je condamne à mort des dizaines de milliers de gens", a-t-il expliqué.

Dans la même thématique

Paris: Jordan Bardella  debate with France’s Prime Minister Gabriel Attal
9min

Politique

Ecologie : un séminaire du gouvernement pour « montrer que l’engagement n’a pas diminué »… à dix jours des européennes

Le premier ministre Gabriel Attal a rassemblé ses ministres pour « faire le bilan » de l’action de l’exécutif en matière d’environnement, avant des annonces attendues en juin sur le plan d’adaptation au réchauffement. De quoi faire une piqûre de rappel aux électeurs macronistes déçus, juste avant les européennes. Matignon plaide le « hasard de calendrier ».

Le

Climat: Macron “fera tout” pour que Trump reste dans la COP21
3min

Politique

Européennes : « Aujourd’hui, l’Europe est surtout guidée par des critères financiers », tance Pierre Larrouturou

38 listes pour 38 différentes visions de l’Europe. Alors que pour la majorité des listes, la campagne se fait en catimini, Public Sénat a décidé de vous permettre d’y voir plus clair, en vous présentant le programme de ces « petites » listes. Aujourd’hui, p arole à Pierre Larrouturou, tête de liste de « Changer l’Europe », qui défend « une Europe qui s’intéresse au bien-être, qui fait baisser les loyers, et qui améliore la vie quotidienne des gens ».

Le