Code du travail: les communistes “combattront pied à pied” la réforme, “rien n’est joué”

Code du travail: les communistes “combattront pied à pied” la réforme, “rien n’est joué”

Les élus communistes à l'Assemblée et au Sénat "combattront pied à pied" la réforme par ordonnances du code du travail qui "est...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Les élus communistes à l'Assemblée et au Sénat "combattront pied à pied" la réforme par ordonnances du code du travail qui "est un projet de démolition sociale", ont-ils assuré lundi lors d'une conférence de presse à l'Assemblée.

"Nous voulons lever le voile sur la réalité du projet, au périmètre extrêmement vaste, où il y a quelques intentions mais aussi un grand flou", a déclaré Pierre Dharréville, qui sera le principal orateur du groupe lors des débats démarrant lundi après-midi à l'Assemblée.

Le groupe de la Gauche démocrate et républicaine, qui comprend les onze élus communistes, a déposé une petite centaine d'amendements pour supprimer ou limiter le champ d'habilitation de ces ordonnances mais aussi pour améliorer les droits des salariés, par exemple en renforçant les pouvoirs du comité d'entreprise.

Les communistes n'ont pas fait de démarche commune avec les Insoumis, "mais nos amendements sont convergents et nous agrègerons nos forces pour mener la bataille dans l'hémicycle", a précisé le député des Bouches-du-Rhône.

Pour le sénateur du Pas-de-Calais Dominique Watrin, dont la chambre étudiera le projet la semaine du 24 juillet, "rien n'est encore joué"

"Le projet de loi de ratification des ordonnances ne sera soumis au Parlement qu'en octobre donc il y aura encore un mois pour mobiliser à la rentrée après la journée d'action du 12 septembre" à l'appel de la CGT, a-t-il jugé.

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le