Colère des agriculteurs : la politique européenne « est un suicide », fustige Nicolas Dupont-Aignan

Tandis que la grogne des agriculteurs monte en intensité dans tout le pays, les souverainistes sont nombreux à dénoncer la responsabilité de l’Union européenne dans la souffrance du secteur agricole, responsable selon eux, de leur imposer une forme de concurrence déloyale.
Hugo Ruaud

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

“L’Union européenne et le gouvernement français ont décidé consciemment de réduire la production européenne”. Pour Nicolas Dupont-Aignan, président du parti Debout la France, l’Union européenne et le gouvernement sont responsables de la crise actuellement traversée par le secteur agricole. L’ancien candidat à la présidentielle dénonce les différents accords de libre-échange passés entre l’Europe et le reste du monde, dont pâtiraient selon lui les agriculteurs. Ces textes, à l’instar de l’accord qui pourrait être passé entre l’Union européenne et le Mercosur, reviennent à “importer moins cher, et à mauvaise qualité environnementale”, fustige Nicolas Dupont-Aignan. “D’un côté on ouvre les frontières à des produits qui ne respectent pas nos normes et de l’autre on organise la décroissance de la production”, s’indigne le député, qui qualifie cette politique agricole de “suicide”.  “Les agriculteurs souffrent depuis des années, dans un silence incroyable”, déplore Nicolas Dupont-Aignan. Depuis plusieurs jours, les actions des agriculteurs se multiplient un peu partout en France.

 

Le Green Deal dans le viseur

 

Plusieurs autoroutes sont bloquées, ou en passe de l’être. Les faibles revenus, l’empilement des normes européennes et la hausse des charges sont autant de griefs que dénoncent deux des principaux syndicats agricoles, les Jeunes agriculteurs et la FNSEA, en partie à l’initiative de la gronde. Les représentants de ces deux syndicats se sont rendus lundi 22 janvier à Matignon afin d’exposer leurs revendications au Premier ministre, Gabriel Attal. Mais aucune “solution concrète” n’est ressortie de cette rencontre. Pour Nicolas Dupont- Aignan, de toute façon, “ce ne sont pas des mesures de court terme dont on a besoin”. Pour le président de Debout la France, le problème est structurel, et vient “de Bruxelles”. “La production agricole de céréales baisse de 10% par rapport aux cinq dernières années”, déplore Nicolas Dupont-Aignan, qui prétend que l’on “interdit à des agriculteurs de cultiver”, quand, “au même moment, on ouvre les vannes des importations : c’est criminel”. Dans le viseur de l’ancien candidat à l’élection présidentielle, le Green Deal, cet ensemble législatif qui vise à rendre l’Union européenne neutre en carbone d’ici à 2050, qui se traduit par une inflation des normes environnementales, notamment dans le secteur agricole.

 

Mettre fin aux traités de libre-échange

 

A quelques mois des élections européennes, l’Union européenne se retrouve d’ailleurs sous pression : les ministres européens de l’agriculture se réunissent mardi pour tenter de désamorcer les tensions. Mais pour Nicolas Dupont-Aignan, la solution est “assez simple”: mettre fin aux accords de libre-échange. Le député plaide pour “le refus d’appliquer le Mercosur, la dénonciation de certains accords comme l’accord avec la Nouvelle-Zélande, l’abandon de la jachère, l’abandon du Green Deal. Parce que derrière la souffrance des agriculteurs, il y a l’autosuffisance alimentaire. A force d’importer des produits du bout du monde. C’est anti écologique, c’est mauvais pour notre santé, pour notre autosuffisance alimentaire, et on continue… A un moment il faut dire stop”. Un discours hostile à l’Europe que l’ancien candidat à l’élection présidentielle aura l’occasion de porter d’ici le 9 juin, date des élections européennes, suffrage auquel Débout la France compte se présenter. “Debout la France a un projet très précis : nous voulons mettre fin à l’Union européenne, nous voulons reconstruire une Europe des nations, nous voulons la fin de la Commission européenne”, clame Nicolas Dupont-Aignan, convaincu que son parti franchira la barre des 5% nécessaires pour obtenir des sièges au Parlement européen, et ce malgré la présence du Rassemblement national et de Reconquête sur le même crédo.

Dans la même thématique

Paris: Eric Ciotti Salon de l Agriculture 2023
12min

Politique

Européennes : pourquoi les LR ne soutiennent par Ursula Von der Leyen, pourtant issue du même groupe politique ?

François-Xavier Bellamy, tête de liste LR pour les européennes, a annoncé que les LR « ne soutiendront pas » Ursula von der Leyen, candidate à sa réélection à la présidence de la Commission européenne. Si elle vient comme eux de la droite européenne, les LR lui reprochent son bilan sur les questions agricoles et écologiques. Reste que les eurodéputés LR ont aussi soutenu certaines de ses propositions. Le RN pointe la situation.

Le

Henin Beaumont: Marine Le Pen at Henin Beaumont mayor Steeve Briois s wishes s
4min

Politique

Panthéonisation du couple Manouchian : Marine Le Pen sera présente malgré les oppositions

La finaliste de la dernière élection présidentielle et présidente du groupe Rassemblement National à l’Assemblée nationale a annoncé sa présence à la panthéonisation « malgré les propos outrageants » tenus par le chef de l’Etat dans L’Humanité ce lundi 19 février qui avait indiqué que le Rassemblement National et Reconquête « seraient bien inspirés » de ne pas s’y rendre.

Le

Jordan Bardella’s campaign visit to the Alpes-Maritimes with Fabrice Leggeri, on the theme of immigration.
7min

Politique

Ancien patron de Frontex sur la liste RN: est-ce le signe « d’une réorientation des élites » ?

Largement en tête dans les sondages, Le RN vient d’enregistrer le soutien de l’ancien patron de Frontex, Fabrice Leggeri qui figurera en troisième sur la liste de Jordan Bardella aux Européennes. Un pas de plus vers la stratégie de « normalisation » du RN. Une stratégie qui tranche avec d’autres formations du groupe Identité et démocratie (ID) dans lequel il siège à Bruxelles.

Le

La sélection de la rédaction

Manifestation des agriculteurs a Tarbes
8min

Politique

Agriculteurs en colère : pourquoi l’Union européenne est pointée du doigt ?

Elément fondateur de l’UE, l’agriculture est le principal poste de dépenses européen et pourtant le monde agricole clame depuis plusieurs semaines sur le continent sa défiance à l’égard de Bruxelles. Le secteur a l’impression d’être le mal aimé des politiques européennes au point de devenir la cible électorale principale de l’extrême droite aux prochaines élections.

Le

Toulouse: Young Farmers Demo
7min

Politique

Agriculteurs en colère : quelles sont leurs revendications ?

Des manifestations d’agriculteurs se multiplient depuis plusieurs semaines en France et en Europe. Ils dénoncent en particulier les contraintes de la transition écologique sur leur activité, perçues comme une distorsion de concurrence avec d’autres Etats. Réduction des pesticides, suppression de l’avantage fiscal sur le gazole non routier, négociation difficile avec les industriels… Leurs revendications sont diverses, mais rejoignent un même constat. Celui de ne plus pouvoir vivre de leur métier.

Le