Collectivités: des élus proposent à Macron “un contrat de confiance”

Collectivités: des élus proposent à Macron “un contrat de confiance”

Des élus "de la droite et du centre" ont proposé jeudi "un contrat de confiance" pour "une véritable République décentralisée" à...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Des élus "de la droite et du centre" ont proposé jeudi "un contrat de confiance" pour "une véritable République décentralisée" à Emmanuel Macron, à qui il reproche de vouloir mettre "sous tutelle" les collectivités territoriales en "asphyxiant" leurs finances.

A quelques heures du discours du chef de l'Etat devant l'Association des maires de France (AMF), Damien Abad, député LR qui pilote avec son collègue Guillaume Peltier une opération de "reconquête des territoires", a présenté à la presse à Paris ce "contrat territorial", signé jusqu'ici par "500 élus de la droite et du centre", députés, sénateurs, maires et autres élus locaux.

Selon les signataires, "le pacte de confiance", proposé par le président Macron lors de la première Conférence nationale des territoires, en juillet dernier, est "déjà rompu". "C'est un pacte de dupes", dénonce l'une des signataires, Annie Genevard, députée LR du Doubs. Les problèmes des collectivités ne peuvent pas être évacués à coup de "câlinothérapie", insiste-t-elle, en allusion à la réception des maires mercredi soir à l'Elysée.

Tous dénoncent les treize milliards d'euros d'économies imposés aux collectivités sur cinq ans, la baisse des APL, "l'abandon brutal de 120.000 emplois aidés", la fin de la taxe d'habitation qui "menacent le financement" de leurs projets locaux...

"Nous, élus de la République des territoires, refusons la mise sous tutelle de nos communes, l'asphyxie de nos départements et la dévitalisation de nos régions", écrivent-ils dans leur plateforme contributive.

Ils réclament notamment l'établissement d'un "dialogue territorial" avec l'exécutif, "au même titre que le +dialogue social+ est inscrit dans le Code du travail", et "l'équilibre rural-urbain" ("1 euro investi en ville = 1 euro investi à la campagne").

Autre demande: "La réciprocité des engagements: ce qui est imposé aux collectivités territoriales doit être respecté par l'Etat lui-même". "Les collectivités ont l'obligation de voter des budgets à l'équilibre, sous peine de les voir refusés par le préfet, alors que l'Etat ne vote plus de budget à l'équilibre depuis 1974", remarquent-ils.

"L'Etat aspire les finances des collectivités", s'alarme Gilles Platret, maire LR de Chalon-sur-Saône, or "si on veut que la démocratie respire, il faut que la cellule de base, la commune, respire". "Macron dira (devant l'AMF) qu'il va compenser à l'euro près ce que l'Etat nous prend, mais nous ne le croyons pas", ajoute-t-il.

"Je me demande si nous allons survivre au quinquennat d'Emmanuel Macron", s'inquiète également Christelle d'Intorni, maire de Rimplas, une petite commune des Alpes-Maritimes, tandis que Mathieu Darnaud, sénateur LR de l'Ardèche, dénonce "l'autisme de Macron et de l'exécutif".

Dans la même thématique

Paris: Candidates for the upcoming European elections taking part in a debate hosted by BFMTV
5min

Politique

Immigration, économie, institutions : que propose le Rassemblement national dans son programme pour les élections européennes ?

Largement en tête des sondages, le parti de Jordan Bardella ne prône plus officiellement une sortie de l’Union européenne, pierre angulaire du programme présidentiel de Marine Le Pen jusqu’en 2017. Mais, avec un slogan plus consensuel, la feuille de route du Rassemblement national s’oppose toujours à bon nombre des compétences de Bruxelles, au nom de la souveraineté nationale.

Le

Collectivités: des élus proposent à Macron “un contrat de confiance”
3min

Politique

Européennes : L’Europe est « une foire d’empoigne entre brigands, créée par et pour les intérêts des capitalistes », dénonce Nathalie Arthaud

Tête de liste Lutte Ouvrière (LO), deux ans après avoir récolté 0.56% à la dernière élection présidentielle, l’enseignante en sciences économiques et sociales a dénoncé, au micro de Public Sénat, la « rapacité patronale », et sa volonté de « combattre cette société capitaliste, qui nous mène de crise en crise et de guerre en guerre ».

Le

Paris: Jordan Bardella  debate with France’s Prime Minister Gabriel Attal
5min

Politique

Sondage : après son débat avec Attal, Bardella au plus haut à 34% d’intentions de vote, Hayer recule encore

L’avance considérable prise par la tête de liste RN sur ses autres concurrents pour les élections européennes du 9 juin prochain se confirme dans le dernier relevé du baromètre d’Odoxa, réalisé par Mascaret* pour Public Sénat et la presse quotidienne régionale. Cette enquête d’opinion a été réalisée après le débat qui a opposé Jordan Bardella au Premier ministre Gabriel Attal le 23 mai. Dans le même temps, la majorité présidentielle continue de perdre du terrain dans les intentions de vote.

Le