Collectivités locales : François Fillon propose une baisse des dotations de 7,5 milliards sur 5 ans

Collectivités locales : François Fillon propose une baisse des dotations de 7,5 milliards sur 5 ans

Le candidat de la droite affirme que les dotations de l’État continueront de baisser mais affirme qu’il ne reproduira pas les « baisses brutales » et « aveugles » réalisées sous François Hollande.
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Les efforts budgétaires des collectivités territoriales vont se poursuivre en cas d’élection de François Fillon. « Les dotations continueront de baisser », a prévenu le candidat devant l’Assemblée des départements de France ce mercredi matin.

« Dans vos collectivités, on est capable sur une durée de cinq ans, ou un peu plus, de conduire des politiques qui permettent de réduire la dépense », a-t-il déclaré aux élus des conseils départementaux.

L’ancien Premier ministre, qui s’est fixé un objectif de réduction de 100 milliards d’euros de la dépense publique sur cinq ans pour « rétablir l’équilibre des comptes » et amorcer la réduction de la dette à partir de 2022, veut soumettre aux collectivités territoriales un effort moins important que les baisses de dotations « brutales » et « aveugles » du quinquennat Hollande :

« Ce que je propose, c’est que la baisse soit moindre que celle que vous venez de connaître : grosso modo autour de 7,5 milliards sur cinq ans, cela fait à peu près 1,5 milliard par an. Et qu’elle soit négociée avec des contreparties. La première des contreparties, c’est la réduction des contraintes. La deuxième : éviter que l’État ne continue à vous transférer des charges. »

Grâce un pacte « État-territoires », le député de Paris veut en effet « empêcher que l’État ne puisse renvoyer des dépenses sur les collectivités territoriales ».

La baisse des dotations ne peut se poursuivre au rythme qu’a imposé François Hollande

« La baisse des dotations ne peut se poursuivre au rythme qu’a imposé François Hollande, ce serait insupportable pour les collectivités », affirme François Fillon, qui pointe une baisse des dotations de « dix milliards d’euros en trois ans ».

François Fillon fait également le choix de ne pas imposer aux départements sa réforme de fusion des allocations sociales en une allocation unique :

« Ou bien les départements reprennent l’ensemble de la gestion, et il faut qu’ils aient tous les outils pour le faire. Ou bien ils estiment que ce n’est pas possible et que c’est une situation qui est incompatible avec leur situation financière ou avec leurs objectifs. C’est un débat qu’il faudra que l’on ait. »

François Fillon n’a pas manqué d’éreinter Emmanuel Macron sur sa proposition de « quasi-suppression » de la taxe d’habitation. Elle « serait catastrophique pour les finances locales », alerte-t-il.

Dans la même thématique

France New Parliament
7min

Politique

Cafouillages à l’Assemblée nationale pour l’attribution des postes clés

Les députés procèdent ce vendredi à la nomination des membres du « Bureau » de l’Assemblée nationale, la plus haute autorité au Palais Bourbon. Un premier tour du scrutin visant à faire élire six vice-présidents a été annulé à cause du trop grand nombre de bulletins de vote recueillis au moment du dépouillement.

Le

Ursula Von Der Leyen Elected President of the European Commission for the Second Time, Strasbourg, Gallia – 18 Jul 2024
7min

Politique

Qu’est-ce que le « commissaire à la Méditerranée » qu’Ursula von der Leyen propose ?

Ursula von der Leyen vient d’être confortée par les députés européens pour un second mandat à la tête de la Commission. Dans son programme pour les 5 ans à venir, elle s'est engagée à créer un portefeuille de commissaire, séparé, dédié à la Méditerranée. Un premier pas timide pour renforcer les liens fragiles et distendus entre l’Union européenne et les pays de cette région

Le

Paris: Yael Braun-Pivet reelected National Assembly presiden
6min

Politique

Yaël Braun-Pivet réélue au perchoir : « Il faut que tout change pour que rien ne change », observent les sénateurs

Malgré un revers électoral aux dernières législatives, la candidate de la majorité sortante, Yaël Braun-Pivet a été réélue à la présidence de l’Assemblée nationale. Au Sénat, la gauche évoque « un hold-up démocratique ». Chez les LR et les centristes, c’est le soulagement de ne pas voir un membre du Nouveau Front Populaire qui domine.

Le