Collomb: “on sent déjà qu’un vent nouveau se lève”

Collomb: “on sent déjà qu’un vent nouveau se lève”

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a affirmé mercredi que la France sentait "déjà qu'un vent nouveau se lève" après l...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a affirmé mercredi que la France sentait "déjà qu'un vent nouveau se lève" après l'accession à l'Elysée d'Emmanuel Macron qui a selon lui "étonné le monde, révolutionné le monde".

"Il y a à peine trois semaines qu'Emmanuel Macron a été investi et on sent déjà qu'un vent nouveau se lève", a dit M. Collomb à Villeurbanne, lors d'un meeting de soutien aux candidats aux législatives en Rhône-Alpes.

Dans un hommage appuyé au nouveau président, le sénateur-maire de Lyon a évoqué "cette fierté de sentir que le monde entier portait soudain sur la France un regard nouveau", alors que "la France vue de l'étranger, c'était souvent le pays qui s'enfonçait dans la crise".

"Et puis nous avons porté Emmanuel Macron à la présidence de la République et directement il est arrivé au G7 (en Sicile, fin mai, ndlr)", a-t-il poursuivi.

"Et les Français s'interrogeaient: à 39 ans, n'est ce pas un peu jeune pour affronter le monde ? Mais non seulement il a affronté le monde, il a étonné le monde, il a révolutionné le monde", a dit M. Collomb. Il a affirmé que M. Macron avait pris "le leadership des chefs d'Etat européens" et que la chancelière allemande "Angela Merkel, qui a un peu de métier, s'est trouvée totalement étonnée par ce jeune président".

"Lorsqu'il est allé voir Donald Trump, qu'il a reçu Vladimir Poutine, on se disait qu'il allait se faire manger", a dit M. Collomb. "Et tout d'un coup, c'était la France qui tenait tête, c'était la France de retour. Beaucoup de Français ont retrouvé la fierté de la France", a-t-il souligné.

"Je crois qu'on n'avait jamais vu un début de quinquennat où les choses prennent une telle allure, une telle accélération", a encore estimé le ministre de l'Intérieur devant un millier de personnes.

Décrivant un président "jeune et débordant d'activité", M. Collomb a promis que les Français "vont voir la France bouger".

"Je peux vous dire chaque jour il interroge tous les ministres et leur demande: +et ta feuille de route elle en est où ?+", a-t-il affirmé.

Quant aux candidats à la députation, qui "ont la fraîcheur du coeur et celle de l'esprit", "ils sont aussi les porteurs d'un projet qui est le plus ambitieux que la France ait connu depuis longtemps", a-t-il dit. Il estime que la République en marche a de "très grandes chances d'obtenir une large majorité" à l'issue des élections législatives.

Dans la même thématique

Paris: Illustrations Assemblee nationale
6min

Politique

Faire une trêve politique pendant les JO : « C’est le cache-sexe du blocage politique de l’Assemblée » 

Gérard Larcher a demandé une « trêve politique » pendant les Jeux olympiques et paralympiques. Alors qu’aucun groupe politique ne dispose de majorité absolue à l’Assemblée nationale et que le président de la République n’a toujours pas nommé de Premier ministre, l’idée ne fait pas l’unanimité chez les présidents de groupes du Sénat, même si une trêve de fait risque bien de s’imposer.

Le

Defile militaire du 14 juillet – 14 TH July military parade during French national day
5min

Politique

Ministres démissionnaires et députés : la séparation des pouvoirs va-t-elle être malmenée ?

La démission du gouvernement Attal va être acceptée par le chef de l’Etat sûrement demain, juste avant l’ouverture de la XVIIe législature jeudi, à l’Assemblée nationale où siégeront des membres du gouvernement élus ou réélus députés. Mais alors que la gauche peine à s’accorder pour proposer le nom d’un candidat à Matignon, le gouvernement démissionnaire est parti pour durer quelques semaines, au risque de mordre sur le principe de la séparation des pouvoirs.

Le

Paris: Melenchon, Chikirou and Bompard arriving at the National Assembly
2min

Politique

La France Insoumise «  suspend » les négociations du NFP pour Matignon, accusant le PS de « blocage »

Dans un communiqué de ce lundi après-midi, la France Insoumise annonce se retirer des négociations. La gauche ne parvient pas à s’accorder sur le nom d’un candidat du Nouveau Front Populaire à envoyer à Matignon. Les Insoumis se refusent à une reprise des discussions tant qu’une candidature unique pour la présidence de l’Assemblée n’a pas été décidée. Très critique envers le Parti Socialiste, le communiqué l’accuse de « mettre un veto à toute candidature issue du Nouveau Front Populaire, dans le seul but d’imposer la sienne ».

Le