Collomb: “On sera obligé à un moment d’utiliser la force” à Notre-Dame-des Landes

Collomb: “On sera obligé à un moment d’utiliser la force” à Notre-Dame-des Landes

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a estimé mardi qu'"on sera obligé à un moment donné d'employer la force" pour évacuer...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a estimé mardi qu'"on sera obligé à un moment donné d'employer la force" pour évacuer le site de Notre-Dame-des Landes (Loire-Atlantique), tout en soulignant qu'il fallait qu'elle soit "la plus mesurée possible".

"On réfléchit toujours sur la façon dont les choses doivent se passer", a déclaré le ministre, interrogé sur Europe 1.

"Nous allons essayer de régler ce problème qui dure depuis des années et des années de la manière la plus pacifique possible. (...) La force brute ne peut pas être la solution, il faut aussi la capacité de dialogue avec un certain nombre de parties prenantes", a-t-il détaillé.

Le ministre a ainsi cité l'exemple d'"un certain nombre d'agriculteurs qui aujourd'hui sont solidarisés avec les zadistes (qui) peuvent avoir la volonté de retrouver ce qu'ils avaient avant".

"On sera obligé à un moment donner d'employer la force, je pense, mais il faut qu'elle soit la plus mesurée possible, la plus maîtrisée possible", a-t-il conclu.

Après la remise d'un rapport d'experts le 13 décembre, l'exécutif a assuré qu'une décision de maintenir ou d'abandonner le projet de construction d'un aéroport à Notre-Dame-des-Landes serait prise "d'ici la fin du mois de janvier". Cette décision doit "permettre (...) de garantir un retour à la normale, notamment s'agissant des questions relatives à l'ordre public", selon le Premier ministre Edouard Philippe.

Située à 25 km au nord-ouest de Nantes, cette Zad - "zone d'aménagement différé" pour les autorités, "zone à défendre" pour ses occupants qui souhaitent la protéger - s'étend sur 1.650 hectares. Actuellement, environ 150 personnes y vivent en permanence et 200 personnes la fréquentent régulièrement, selon une source policière.

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le

Operation Wuambushu a Mayotte : Demolition en cours d’un vaste bidonville – Operation Wuambushu in Mayotte: Ongoing demolition of a vast slum
8min

Politique

« Mayotte place nette » : « La première opération était de la communication et la deuxième sera de la communication », dénonce le sénateur Saïd Omar Oili

Le gouvernement a annoncé ce mardi 16 avril le lancement du dispositif « Mayotte place nette », un an après le maigre bilan de l’opération baptisée « Wuambushu ». Saïd Omar Oili, sénateur de Mayotte, regrette le manque de communication du gouvernement avec les élus du département et met en doute l’efficacité de ce « Wuambushu 2 ».

Le