Commémoration de l’abolition de l’esclavage : tous les temps forts en vidéos

Commémoration de l’abolition de l’esclavage : tous les temps forts en vidéos

Revivez la cérémonie de la Journée nationale des mémoires de l'esclavage, des traites et de leurs abolitions au jardin du Luxembourg du 10 mai 2017, avec le dernier discours officiel de François Hollande.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

12h35. François Hollande : « c'était aussi une transmission »

Sens des commémorations, passation de pouvoir avec Emmanuel Macron, avenir politique et personnel : en marge de son dernier discours de cérémonie officielle tenu en tant que président de la République, François Hollande s’est livré au micro de Public Sénat et France Ô.

François Hollande sur son futur : « Nul ne peut se mettre à l’écart »
03:23

« Il y a toujours une utilité, c’est se poser cette même question qui revient sans cesse : comment puis-je être utile à mon pays. Eh bien, c’est à cette question que je vais répondre maintenant en réfléchissant, en travaillant, en produisant, et en intervenant quand ça me paraîtra utile. »

12h00. François Hollande : « Il vous revient maintenant, M. le président, cher Emmanuel, de porter ce message »

Replay. Le discours de François Hollande aux commémorations de l'abolition de l'esclavage le 10 mai 2017
23:18

Dans un discours très politique, aux allures de testament, François Hollande a semé les conseils et les recommandations à son successeur, le nommant d’abord au début «monsieur le président élu » avant de le désigner par « monsieur le président ».

Trois jours après le second tour, qui a vu s’opposer Emmanuel Macron à Marine Le Pen, François Hollande a appelé le futur président à « continuer à réconcilier, rassembler et réunir les Français » :

« Nous devons continuer à nous battre contre les divisions qui déchirent les peuples, y-compris ici, contre les discours qui jettent les uns contre les autres, contre les intégrismes, contre les obscurantismes, contre les communautarismes. Il y a encore beaucoup à faire M. le président. »

Rendant un hommage à Jacques Chirac, qui a été le premier à présider ces cérémonies du 10 mai, mais aussi saluant Christiane Taubira, à l’origine de la loi du 21 mai 2001 instituant cette journée, François Hollande a rappelé tous ses déplacements au cours desquels il avait fait preuve d’un devoir de mémoire et plusieurs reconnaissances officielles : de Montreuil-Bellay (Maine-et-Loire), pour rendre hommage aux gens du voyage internés par le régime de Vichy, à Papeete, concernant les essais nucléaires en Polynésie, en passant par la rafle du Vél’ d’Hiv.

« C'est cette grande France que vous devez continuer à réconcilier » - François Hollande à Emmanuel Macron

« Il faut toujours avoir un esprit de résistance et de vigilance. La même France qui peut être glorieuse peut parfois retomber dans ses errements. Il y a toujours des tentations, il y a toujours des forces plus ou moins obscures qui essayent de tirer la France là elle ne veut pas aller mais où est parfois apeurée », a-t-il averti :

François Hollande à Emmanuel Macron : "C'est cette grande France que vous devez continuer à réconcilier"
00:50

Le chef de l’État a également donné des détails sur la future Fondation en mémoire de l'esclavage qui naîtra officiellement en 2018. « Son siège sera à l'hôtel de la Marine, là où Victor Schœlcher a signé le décret d'abolition de l'esclavage il y a 169 ans », a-t-il annoncé. Son ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault prendra la tête de cette future institution.

« La France incarne un idéal, un mode de vie, une culture », a conclu le président dont le mandat s’achève dimanche. « Elle porte un message qui n’est pas différent des autres mais qui a été porté peut-être plus tôt qu’ailleurs et avec des mots que nous avons inventés : les droits de l’homme, l’égalité ». François Hollande a encouragé Emmanuel Macron à porter « le projet de la République » et le « message de la France » durant son mandat :

François Hollande : « Il vous revient maintenant, M. le président, cher Emmanuel, de porter ce message »
01:42

12h45. Jean-Marc Ayrault : « Il faut dire des vérités mais aussi se projeter dans l’avenir. »

Jean-Marc Ayrault : « Il faut dire des vérités mais aussi se projeter dans l’avenir. »
01:48

L’actuel ministre des Affaires étrangères présidera la future fondation pour la mémoire de l’esclavage, des traites et de leurs abolitions, qui sera créé en 2018. Il a précisé au micro de Public Sénat quelles seraient ses missions : il s’agira de faire « travail de mémoire, de recherche, mais aussi un travail pédagogique, en associant des élèves ». Il a ajouté qu’un mémorial sera créé à Paris, à la mémoire des esclaves.  La fondation aura également comme rôle de « mettre en réseau tous les lieux de mémoire » qui existent en France. Enfin, il s’agira d’opérer pour « le rapprochement et le dépassements des conflits de mémoire entre la France, l’Europe, l’Amérique et l’Océanie ».

C’est à la fois un « travail d’Histoire et de réconciliation », insiste t-il. Et de conclure « Si on veut construire des sociétés plus solidaires et fraternelles, il faut dire des vérités mais aussi se projeter dans l’avenir. »

12h40. Gérard Larcher salue  « présence fidèle » de François Hollande malgré des « divergences »

Gérard Larcher réagit au discours de François Hollande 
02:34

Le président du Sénat considère que le discours de François Hollande s’inscrit dans « la continuité d’une action et d’une volonté qui a commencé au moment de la Révolution française ». Il salue sa « présence fidèle », malgré des « divergences ». « Quand les moments étaient essentiels nous nous retrouvions. » 

« Le monde et la société sont  trop souvent déchirés, en désarroi, comme on l’a vu pendant cette campagne présidentielle. Nous ne pouvons pas l’oublier nous qui avons des responsabilités politiques », a-t-il ajouté.

12h30. La ministre des Outre-Mer Ericka Bareigts s'exprime

Ericka Bareigts : « Le combat pour la reconnaissance de la diversité continue à être mené »
01:12

« Nous avons posé les bases, maintenant il faut transformer cela en réalité dans la vie quotidienne des gens » a affirmé la ministre des Outre-Mer. Elle assure que « le combat pour la reconnaissance de la diversité continue à être mené. »

 

11h45. Discours de Gérard Larcher 

Discours de Gérard Larcher
09:46

Le président du Sénat s’est félicité d’un « dialogue constructif » avec le Président Hollande, et ce malgré des « divergences ». Il appelle désormais à ce que ce dialogue « s’inscrive dans la continuité » avec « celui qui a l’honneur de succéder à François Hollande ».

 « Je n’oublie jamais que je suis le successeur d’un petit-fils d’esclave, le président Gaston Monnerville et cette mémoire-là est présente en permanence dans la vie du Sénat comme un témoignage de ce que nous devons être », a-t-il ensuite confié.

Selon lui, cette journée de commémoration doit être plus qu’un simple devoir de mémoire, à savoir « un facteur de cohésion nationale dans une France qui est l’objet de tant de fractures et de divisions ». « L’esclavage et la traite négrière trouvent leur insupportable justification morale et intellectuelle dans l’idée d’une race supérieure ou de races inférieures en contradiction absolue avec notre idéal républicain », a ajouté le président du Sénat.

Comme Jacques Toubon l’a rappelé avant lui, il rappelle que « la lutte contre l‘asservissement et celle contre le racisme sont encore des combats que nous avons à mener au quotidien, avec exigence et jamais avec accommodement ».

Enfin, il a appelé à « ne pas oublier ces enfants, femmes et hommes qui font aujourd’hui l’objet d’une exploitation barbare de la part de Daesh ou de Boko Haram ».

11h25 : Séance de selfies pour François Hollande

Séance de selfies pour François Hollande aux commémorations du 10 mai
00:22

Le président de la République s’est laissé tenter par quelques selfies avec des collégiens qui ont mené un projet sur l’histoire de l’esclavage.

11h10. François Hollande à Gérard Larcher : « Emmanuel restera là… Silencieux »

Echange entre Hollande et Larcher
00:48

F. Hollande : « On va d’abord voir l’exposition ?

G. Larcher : « Non on dépose les gerbes. Puis on va voir l’exposition et ensuite je vous accueille et il y a votre discours. Comme d’habitude, le scénario habituel. »

F. Hollande : « Et Emmanuel restera là… Silencieux »

G. Larcher : « Il s’entraine ? »

F. Hollande : « Il se prépare »

E. Macron se joint à la conversation : « Oui oui j’organise »

11h05. Arrivée de François Hollande 

François Hollande arrive au Jardin du Luxembourg
00:16

11h00. Emmanuel Macron arrive au Jardin du Luxembourg

Arrivée d'Emmanuel Macron
01:35

Le Président élu a notamment salué le président du Sénat Gérard Larcher et celui de l’Assemblée nationale Claude Bartolone. De nombreux ministres du gouvernement actuel sont également présents.

10h45. Christiane Taubira : « C’est une cause que je porte avec humilité »

Christiane Taubira est l’ancienne députée à l’origine de la proposition de loi du 21 mai 2001. Cette loi mémorielle a reconnu la traite et l’esclavage comme un crime contre l’humanité et avait institué le 10 mai comme journée de commémoration de l’abolition la République.

Christiane Taubira : « Il faut que nous nous assurions que cette histoire est vraiment enseignée dans les meilleures conditions »
01:56

Au micro de Public Sénat et France Ô, l’ancienne Garde des Sceaux a insisté sur l’article 2 du texte, qui indique que les programmes scolaires et la recherche en histoire doivent accorder à la traite négrière et à l'esclavage « a place conséquente qu'ils méritent ».

« Il faut que nous nous assurions que cette histoire est vraiment enseignée dans les meilleures conditions. » - Christiane Taubira

« C’est une cause que je porte avec humilité », a-t-elle indiqué.

10h35. Jacques Toubon : « Les droits fondamentaux bafoués par l’esclavage ça existe encore : on appelle ça l’esclavage moderne. »

Jacques Toubon :« Les droits fondamentaux bafoués par l’esclavage ça existe encore : on appelle ça l’esclavage moderne. »
02:12

Le défenseur des droits Jacques Toubon, qui a « participé à ce que cette journée de commémoration existe et à ce que la loi Taubira soit votée » s’est dit particulièrement concerné « au titre de la lutte contre les discriminations » et rappelle que « nous portons l’abolition de l’esclavage en héritage ».

Il estime que « les droits fondamentaux bafoués par l’esclavage ça existe encore : on appelle ça l’esclavage moderne » et ajoute que « cela existe y compris sur le territoire métropolitain de la République ».

« Nous devons absolument éradiquer les discriminations » fondées sur l’origine, conclut-il.  

Cérémonie de la Journée nationale des mémoires de l'esclavage, des traites et de leurs abolitions au jardin du Luxembourg

Ce sera le dernier discours officiel du président de la République. François Hollande va présider ce matin la cérémonie de commémoration de la 12e journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions. L’événement est à suivre en direct sur notre antenne à partir de 10h30.

Emmanuel Macron, trois jours après son élection, assistera à la cérémonie, aux côtés de Gérard Larcher, président du Sénat, de plusieurs ministres ou encore de Christiane Taubira, l’ancienne Garde des Sceaux.

Dans la même thématique

Paris: Candidates for the upcoming European elections taking part in a debate hosted by BFMTV
5min

Politique

Immigration, économie, institutions : que propose le Rassemblement national dans son programme pour les élections européennes ?

Largement en tête des sondages, le parti de Jordan Bardella ne prône plus officiellement une sortie de l’Union européenne, pierre angulaire du programme présidentiel de Marine Le Pen jusqu’en 2017. Mais, avec un slogan plus consensuel, la feuille de route du Rassemblement national s’oppose toujours à bon nombre des compétences de Bruxelles, au nom de la souveraineté nationale.

Le

Commémoration de l’abolition de l’esclavage : tous les temps forts en vidéos
3min

Politique

Européennes : L’Europe est « une foire d’empoigne entre brigands, créée par et pour les intérêts des capitalistes », dénonce Nathalie Arthaud

Tête de liste Lutte Ouvrière (LO), deux ans après avoir récolté 0.56% à la dernière élection présidentielle, l’enseignante en sciences économiques et sociales a dénoncé, au micro de Public Sénat, la « rapacité patronale », et sa volonté de « combattre cette société capitaliste, qui nous mène de crise en crise et de guerre en guerre ».

Le

Paris: Jordan Bardella  debate with France’s Prime Minister Gabriel Attal
5min

Politique

Sondage : après son débat avec Attal, Bardella au plus haut à 34% d’intentions de vote, Hayer recule encore

L’avance considérable prise par la tête de liste RN sur ses autres concurrents pour les élections européennes du 9 juin prochain se confirme dans le dernier relevé du baromètre d’Odoxa, réalisé par Mascaret* pour Public Sénat et la presse quotidienne régionale. Cette enquête d’opinion a été réalisée après le débat qui a opposé Jordan Bardella au Premier ministre Gabriel Attal le 23 mai. Dans le même temps, la majorité présidentielle continue de perdre du terrain dans les intentions de vote.

Le