Commission d’enquête Covid-19 : « Le rapport ne fait pas de propositions sur les moyens des hôpitaux », regrette Laurence Cohen

Commission d’enquête Covid-19 : « Le rapport ne fait pas de propositions sur les moyens des hôpitaux », regrette Laurence Cohen

La commission d’enquête du Sénat sur la gestion de la crise du Covid-19 a remis son rapport ce jeudi. Un rapport qui pointe un fiasco sur les masques, et une impréparation des autorités. Mais pour Laurence Cohen, le rapport n’insiste pas assez sur l’état des hôpitaux, déjà sous tension au moment de la crise.
Public Sénat

Par Fanny Conquy

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Après 6 mois de travaux, 133 personnes entendues, plus d’une centaine d’heures d’audition… Ce matin, les présidents et rapporteurs de la commission d’enquête sur la crise du covid-19 tenaient une conférence de presse pour présenter leurs conclusions : le fiasco des masques, la responsabilité de Jérôme Salomon, l’impréparation du gouvernement, les erreurs de communication…

Un rapport très sévère donc sur l’anticipation et la gestion de cette crise. Mais pour la sénatrice communiste Laurence Cohen, ce sont les politiques d’économies sur la Santé qui ont mené à cette situation de crise : « Les politiques successives de coupes budgétaires ont entraîné un déficit de moyens de protection pour les personnels de santé..C’est quelque chose de très fort. Ça apparaît dans le rapport du Sénat, mais ce qui apparaît beaucoup moins c’est que la pandémie est arrivée alors que notre système de santé était déjà en tension, particulièrement les hôpitaux ! »

 

Le système n’était pas prêt

 

Pour la sénatrice du Val de Marne, le rapport ne fait pas assez de propositions pour améliorer l’état de l’hôpital public.

« Malheureusement la commission d’enquête fait l’impasse dessus, elle fait le constat mais elle ne fait pas de proposition pour redonner des moyens aux hôpitaux, en termes de personnels, d’ouvertures de lits. C’est quand même 100.000 lits qui ont été fermés en 20 ans ! Quand l’ancienne ministre Agnès Buzyn dit « le système était prêt » : et bien, non, il n’était pas prêt ! C’est ce qui entraîne d’ailleurs les confinements successifs, et ça n’apparaît pas suffisamment dans le constat de la commission d’enquête. »

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allées ces dernières années.

Le

Commission d’enquête Covid-19 : « Le rapport ne fait pas de propositions sur les moyens des hôpitaux », regrette Laurence Cohen
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le