Commission d’enquête sur la fraude sociale : « Ce n’est pas une fraude de pauvres » déclare Jean-Christophe Lagarde

Commission d’enquête sur la fraude sociale : « Ce n’est pas une fraude de pauvres » déclare Jean-Christophe Lagarde

Le groupe UDI-Agir dépose ce mardi à l’Assemblée nationale la proposition d’une commission d’enquête sur la fraude sociale. Le président du groupe, Jean-Christophe Lagarde, dénonce le silence des fonctionnaires.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

« Pourquoi on a 5 millions de cartes -évalue-t-on- qui se baladent dans la nature et dont on ne sait pas si elles sont utilisées ou pas et combien elles coûtent aux Français ? Pourquoi est-ce qu'on a un nombre de centenaires dans nos fichiers qui ne correspond pas à la réalité vivante ? Qui sont les fraudeurs ? » interpelle le député Jean-Christophe Lagarde. À l’origine de cette idée de commission d’enquête, il évoque une fraude de grande ampleur.

Le député détaille l’échec de la mission parlementaire de Nathalie Goulet et Carole Grandjean, demandée par le 1er ministre, sur l'évaluation et la caractérisation de la fraude sociale. « Cette mission, conduite par deux parlementaires, a été avortée parce qu'elles ont fini par conclure que leur mission était perçue dans l'administration comme ‘inopportune’ ».

Selon Jean-Christophe Lagarde, un certain nombre de fonctionnaires ont refusé de répondre. « Soit c'est de la rébellion et de l'insubordination et ce n'est pas acceptable, soit ils ne savent pas répondre et c'est de l'incompétence parce que ça veut dire qu'ils ne savent pas ce qu'ils font de notre argent » analyse le député.

« Ce n'est pas une fraude de pauvres, […] de celui qui prend un médicament de trop, non c'est une fraude organisée manifestement » déclare Jean-Christophe Lagarde. Pour le député UDI-Agir, il faut aller au fond des choses et « ne pas mettre la poussière sous le tapis comme l'administration semble vouloir le faire ».

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le