Compagne d’Olivier Faure à l’Élysée : « Il y a une forme d’endogamie », affirme François Kalfon

Compagne d’Olivier Faure à l’Élysée : « Il y a une forme d’endogamie », affirme François Kalfon

Conseillère aux Droits de l’Homme d’Emmanuel Macron, Soria Blatmann a dû quitter ses fonctions. Un départ qui survient alors que les accusations de possibles « conflits d’intérêts » avec son époux, Olivier Faure, candidat à la tête du Parti socialiste, commençaient à enfler.
Public Sénat

Par Héléna Berkaoui

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

C’est Le Point qui l’annonce, la conseillère aux Droits de l’Homme d’Emmanuel Macron quitte ses fonctions suite à une polémique naissante. Soria Blatmann est la compagne du candidat à la tête du Parti socialiste, Olivier Faure. Une situation qui a fait craindre à certains de possibles « conflits d’intérêts ».

« Est-ce qu’une opposition frontale à Monsieur Macron est compatible avec ce type de choses ? », s’interroge par exemple François Kalfon sur Public Sénat ce lundi. Soria Blatmann devrait rejoindre l’ancienne ministre de la Culture, Audrey Azoulay, à l’UNESCO. Selon Le Point, l’Élysée affirme que « si elle l'avait souhaité, elle serait restée au cabinet du Président » et assure que « c'est un choix de carrière personnelle sans rapport avec la candidature de son mari ».  

Pourtant cette polémique grimpait ces derniers jours, à tel point qu’Olivier Faure s’est fendu d’un message sur son compte Facebook pour clarifier la situation. Une polémique qui aurait pu lui causer du tort dans le cadre de sa campagne pour le poste de premier secrétaire du Parti socialiste. Soutien de Luc Carvounas, François Kalfon évoque ce lundi sur Public Sénat « une forme d’endogamie dans cette République ». Sa critique s’étend d’ailleurs jusqu’au monde médiatique. « Ceux qui veulent faire une belle carrière font attention à la manière dont ils trempent leur plume dans l’encrier parce que ça les rendrait inemployables par rapport à une sorte de concentration du pouvoir en quelques mains », affirme François Kalfon.   

En ce qui concerne l’emploi de la compagne d’Olivier Faure, François Kalfon a une position tranchée. « C’est une affaire privée mais il (Olivier Faure) en fait une affaire publique, ce n’est pas nous qui le faisons puisqu’il en fait un élément de campagne », lance François Kalfon. Lui revendique « une logique de conviction face à ce qu’est la qualification de la politique de Monsieur Macron ». Et s’interroge : « est-ce que » j’attaquerais Emmanuel Macron « avec le même entrain si j’avais moi-même quelqu’un de ma famille qui dépendait directement du président de la République ? ».

« Moi, je pose la question à Olivier Faure, est-ce qu’une opposition frontale à Monsieur Macron est compatible avec ce type de choses ? », s’interrogeait-il encore. Selon lui, « le soir, cela peut provoquer un certain nombre de difficultés et de conflits d’intérêts. » Et de confier qu’Olivier Faure « avait dit, à titre privé, (…) que pour être clair avec les adhérents du parti socialiste cette situation serait clarifiée, elle a été publicisée je ne suis pas sûr qu’elle ait été clarifiée. » Le départ de l'intéressée met, ipso facto, fin à toutes polémiques. 

Face à ces réactions, Soria Blatmann répondait au Point : «  Quel est le rapport entre l'activité professionnelle d'une femme et celle de son compagnon ? Une femme ne peut pas avoir d'opinion politique différente ? ». CQFD.

Dans la même thématique

FRA : ELECTIONS EUROPEENNES
4min

Politique

Législatives : « Une situation profondément antidémocratique », tance Pascal Savoldelli, qui demande le dégel du corps électoral

Le sénateur du Val-de-Marne a écrit au Président de la République pour demander le dégel du corps électoral, issu du décret de convocation des élections législatives, publié le 10 juin au Journal Officiel, le lendemain de la dissolution de l’Assemblée nationale. Une requête qui a cependant peu de chances d’aboutir pour des raisons de bonne administration.

Le

fra: D Day -International commemorative ceremony at Omaha Beach
11min

Politique

Législatives 2024 : ces circonscriptions où la majorité ne présente pas de candidat face aux LR et à quelques PS

Pour « lutter dès le premier tour contre les extrêmes », la majorité présidentielle a décidé de ne pas présenter de candidat dans une soixantaine de circonscriptions. De quoi peut-être lui permettre de trouver une majorité après le 7 juillet. Si les LR expliquent rester sur une ligne d’autonomie, dans le Nord, le parti a pourtant décidé de ne pas présenter de candidat face à certains candidats soutenus par le parti d’Emmanuel Macron.

Le