Congrès : l’opposition réagit

Congrès : l’opposition réagit

La chef de file des frontistes à l’Assemblée Marine Le Pen, le député socialiste Olivier Faure et le député LR Éric Ciotti ont réagi au discours d’Emmanuel Macron devant le Parlement réuni en Congrès, à Versailles. Bien que n’ayant pas la même sensibilité politique, ils sont tous trois déçus par un discours qu’ils jugent « creux » et « flou ».
Public Sénat

Par Alice Bardo

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

La présidente du Front national Marine Le Pen, élue députée de la 11ème circonscription du Pas-de-Calais,  estime ne pas en savoir plus « en entrant qu’en sortant ». « Ce n’est pas bon signe parce que quand on réunit le Congrès c’est pour lui donner des éléments précis. » Elle trouve « inquiétant » ce « flou » qui commence à durer.

Pour sa part, le député PS de la Seine-et-Marne Olivier Faure considère que le discours était emprunt d’une « solennité » superflue. Quant à son contenu, « ce n’est jamais que la redite d’éléments déjà connus ». « Il n’y avait pas de logique sinon celle de rappeler la prééminence du chef de l’État sur le Premier ministre », a-t-il conclu.

Éric Ciotti, député LR des Alpes-Maritimes, fait état d’un « discours creux, un peu pompeux et passablement ennuyeux ». Il n’y a aucune annonce très concrète », regrette-t-il. Il voit dans cette démarche du Président une opération de communication : « Derrières de grands slogans, il y a des annonces déjà connues. » Il cite ainsi la réforme institutionnelle, l’introduction d’une dose de proportionnelle ou encore la diminution du nombre de parlementaires.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le