Congrès LR : « Attendre le 4 décembre, c’est Mortelle randonnée ! », tacle Hervé Marseille

Congrès LR : « Attendre le 4 décembre, c’est Mortelle randonnée ! », tacle Hervé Marseille

Le sénateur UDI Hervé Marseille, invité mercredi de Public Sénat, s’est agacé des atermoiements des Républicains pour investir un candidat à la présidentielle. D‘autant, alerte-t-il, que l’exclusion des centristes du processus de désignation pourrait remettre en cause le rassemblement.
Romain David

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

« On est en train de se fourvoyer, et je pense que ça va mal finir. » Invité mercredi de « Bonjour chez vous », sur Public Sénat, le sénateur Hervé Marseille, président du groupe Union centriste, n’a pas mâché ses mots contre la décision des Républicains de sélectionner leur candidat pour 2022 lors d’un congrès où seuls les militants LR seront invités à s’exprimer. Un coup dur pour les centristes et l’UDI, le parti d’Hervé Marseille, deux partenaires historiques de la droite républicaine. « C’est une maladresse. Les Républicains choisissent librement la procédure qu’ils veulent se donner, mais si on veut choisir le candidat de la droite et du centre, il vaut mieux qu’il y ait du centre ! », tacle-t-il.

Un congrès LR qui arrive trop tard

Le sénateur estime que dans ces conditions, le soutien de sa famille politique au candidat désigné ne sera pas automatique. « On verra le moment venu », balaye-t-il. Fin septembre, Jean-Christophe Lagarde, le patron de l’UDI, avait confié à Public Sénat son intention d’investir un candidat pour son parti dès la mi-novembre, sans attendre l’issue du congrès LR prévu le 4 décembre. Une date jugée beaucoup trop tardive par Hervé Marseille, qui hésite entre Gabriel García Márquez et Claude Miller pour dénoncer le calendrier retenu : « Si on attend le 4 décembre, c’est ‘Chronique d’une mort annoncée' ou ‘Mortelle randonnée’ ! », raille-t-il.

« Pendant que l’on fait de la mécanique, le président de la République continue à distribuer de l’argent, à rassembler autour de lui, et d’autres candidats avancent », alerte encore le sénateur qui estime également la progression d’Éric Zemmour dans les sondages « inquiétante pour la France ». « Le fait qu’il ait de l’audience montre que, malheureusement, il répond à une attente d’un certain nombre d’électeurs », déplore l’élu, qui attend désormais des réponses concrètes de la part des candidats déclarés car « pendant ce temps-là, en face, je ne vois pas très bien ce qu’il se passe. »

Dans la même thématique

Congrès LR : « Attendre le 4 décembre, c’est Mortelle randonnée ! », tacle Hervé Marseille
7min

Politique

Européennes : « La tentation d’un pacte brun, à la fois sur l’écologie et les idéologies, nous menace », alerte l’écologiste David Cormand

Dans la dernière ligne droite de la campagne des européennes, trois candidats, chacun à la seconde place de leur liste, sont venus sur le plateau d’Extra Local : Céline Imart pour la liste LR, David Cormand pour la liste des Ecologistes et Guillaume Peltier pour Reconquête. Ils se sont exprimés notamment sur l’immigration, la future présidence de la Commission européenne ou le nucléaire.

Le

French Prime Minister Gabriel Attal visit in Valence
7min

Politique

Délinquance des mineurs : après l’avoir supprimée, le gouvernement veut réintroduire la comparution immédiate

Un peu plus d’un mois après ses annonces destinées à « renouer avec les adolescents et juguler la violence », Gabriel Attal a esquissé des nouvelles pistes sur la justice pénale des mineurs qu’il souhaite voir intégrer dans un projet de loi d’ici la fin de l’année, notamment la possibilité d’être jugé à partir de 16 ans en comparution immédiate. Une procédure qui avait été supprimée lors de la réforme de la justice pénale des mineurs en 2021.

Le