Congrès LR : le parti a « dépassé les 90.000 adhérents »

Congrès LR : le parti a « dépassé les 90.000 adhérents »

Les LR engrangent « plus de 10.000 » nouvelles cartes supplémentaires, en près de trois semaines, en vue de la désignation du candidat à la présidentielle, lors du congrès. Un « boom des adhésions dans toutes les fédérations », qui pourrait permettre de dépasser les 100.000 membres. Mais certains retours relativisent et ne voient « pas un engouement total ».
Public Sénat

Temps de lecture :

7 min

Publié le

Mis à jour le

Et une nouvelle adhésion de plus. Après Valérie Pécresse, qui a annoncé jeudi reprendre sa carte des LR en vue du congrès du 2 et 4 décembre, c’est Xavier Bertrand qui s’apprête à faire de même. Après avoir pourtant affirmé à Public Sénat mardi qu’il n’en ferait rien, le président des Hauts-de-France se sent obligé de reprendre sa carte. Il n’est pas le seul. Depuis la décision des adhérents, le 25 septembre dernier, en faveur d’un mode de désignation du candidat de la droite via un congrès interne, réservé aux mêmes adhérents, les cartes affluent.

Course aux adhésions

Une course aux adhésions est lancée. « Il y a des centaines de cartes qui arrivent dans toutes les fédés », soutient un sénateur. « Chacun y va de sa chapelle évidemment », raconte un membre des LR du Nord. La consigne a été lancée dans les équipes. C’est le jeu. La sénatrice LR du Maine-et-Loire, Catherine Deroche, soutien de Michel Barnier, voit ainsi « des gens dans (son) entourage, des anciens adhérents, qui réadhèrent, mais aussi des nouveaux. Il y a un mouvement d’adhésion, bien évidemment ». Sans surprise, « dans les Hauts-de-France, il y a un tropisme Bertrand. Et aujourd’hui, il y a énormément d’adhérents pro-Bertrand qui ont une démarche très proactive à l’égard de leurs camarades ou ex-camarades pour leur dire de reprendre leur carte », affirme un collaborateur du sénateur du Nord, Marc-Philippe Daubresse, soutien de Xavier Bertrand. Les membres de La Manufacture, son mouvement, sont appelés à prendre leur carte LR, si ce n’est déjà fait. Car beaucoup ont déjà la double adhésion. Même chose du côté de Libres !, le mouvement de Valérie Pécresse.

D’après le parti, les compteurs montent. « On a dépassé aujourd’hui les 90.000 adhérents. C’est un petit peu plus. Ce qui représente plus de 10.000 de plus depuis le 25 septembre », où 79.000 adhérents étaient appelés à voter, annonce-t-on au siège des LR à publicsenat.fr. Un chiffre qui n’est pas vérifiable. La semaine dernière, il y avait « 7.000 nouvelles adhésions en dix jours », avançait France Inter. Les chiffres devraient continuer à progresser. Les sympathisants ont jusqu’au 16 novembre pour être à jour de cotisation ou s’encarter, pour pouvoir participer à cette primaire interne.

« Christian Jacob avait dit que probablement on atteindrait les 100.000 »

« Depuis l’annonce du congrès, il y a des adhésions en hausse », constate aussi le sénateur Stéphane Piednoir, président de la fédération LR du Maine-et- Loire. Lui aussi voit « des anciens adhérents revenir ». Dans son département, c’est « presque 50 de plus depuis septembre, soit 513 adhérents au total. 10 % de hausse, c’est plutôt pas mal. Mais ça va gonfler encore ». D’autant que « les décisions de Pécresse et Bertrand vont mécaniquement impliquer un mouvement d’adhésion », reconnaît ce soutien de Michel Barnier. Il ajoute :

La capacité à convaincre d’adhérer, c’est aussi une démonstration de son rayonnement.

Lors d’une réunion de rentrée de sa fédération, début septembre, le président des LR, « Christian Jacob, avait dit que probablement, on atteindrait les 100.000 membres pour le congrès », affirme Stéphane Piednoir. C’était avant qu’on sache que la désignation se ferait par les seuls militants. Et ce chiffre pourrait donc être plus élevé au final.

Des chiffres à relativiser

Rue de Vaugirard, on ne fait pas des 100.000 un objectif, même si on pense que « bien sûr, si on suit un rythme similaire, on atteindra 100.000 membres ». Ce pourrait même être plus. Pour l’heure, au parti, on se réjouit déjà d’« un boom des adhésions dans toutes les fédérations de France, sachant que les grosses fédérations font plus que les petites ». Autrement dit, on ne pourrait pas voir si un candidat arrive plus qu’un autre à « faire des cartes ». Pour LR, les fédés les plus importantes sont les Alpes-Maritimes, Paris, les Bouches-du-Rhône, les Hauts-de-Seine, les Yvelines, la Gironde, la Seine-et-Marne ou le Nord.

» Lire aussi : Malgré la pression Zemmour, LR maintient son (long) calendrier pour désigner son candidat

Reste que ce retour vers le parti est à relativiser, au regard des chiffres passés. Entre fin 2015 et fin 2017, LR avaient par exemple perdu près de 100.000 adhérents en deux ans, passant de 238.000 à 150.000 adhérents. En comparaison, c’est aujourd’hui marée (très) basse, surtout si on prend en compte le nombre de militants actifs.

« Je ne peux pas dire qu’il y ait un engouement de nouvelles adhésions »

Mais le peuple de droite serait donc de nouveau là chez LR, depuis trois semaines ? Certains retours sont un peu plus pondérés. Laure Darcos, présidente de la fédération LR de l’Essonne et sénatrice du département ne voit pas de vague de nouveaux militants arriver. « Je ne peux pas dire qu’il y ait un engouement de nouvelles adhésions », admet-elle. Laure Darcos a pourtant « relancé une campagne d’adhésion assez large », comme l’a fait nationalement le parti.

Celle qui se dit à la fois « très proche de Pécresse » - elle est porte-parole de Libres ! – et « très proche de Bertrand », tout en « appréciant beaucoup Barnier », émet une explication : « D’une certaine manière, ce qui est un peu compliqué, c’est que les militants n’ont pas souhaité des primaires ouvertes. On se retrouve aujourd’hui avec un côté un peu absurde, c’est qu’au lieu de payer les 2 euros de la primaire de 2016 pour désigner le candidat, on demande 30 euros, c’est-à-dire l’adhésion pure et simple. Et j’ai des gens qui aimeraient bien voter. Je leur dis d’adhérer, mais ce n’est pas un engouement total, car ils ne veulent pas forcément perdurer dans le mouvement ».

Payer 30 euros pour adhérer, un frein pour certains sympathisants

Même constat pour Catherine Deroche : « Des gens m’appellent en me disant, « on veut soutenir, mais il faut adhérer ». C’est vrai que c’est plus cher qu’une primaire, mais si c’est pour choisir le président de la République, ça vaut le coup quand même », leur répond la sénatrice. Le prix normal pour adhérer au LR est de 30 euros, 15 euros pour les jeunes ou les chômeurs, 40 euros pour les couples.

Le sénateur Olivier Paccaud, l’un des porte-parole de Xavier Bertrand, voit lui dans son département de l’Oise juste « un peu » de nouveaux adhérents. « Il s’agit souvent d’anciens militants qui n’avaient pas réadhéré depuis un, deux ou trois ans », explique celui qui a quitté LR en 2017. Et d’ajouter :

Je vois un retour des militants canal historique de LR, qui étaient un peu déçus, et qui reviennent au bercail.

De son côté, Laure Darcos ne lâche pas l’affaire. Elle organise la venue de tous les impétrants dans son département. « Tous les candidats vont défiler », lance-t-elle. Pour Xavier Bertrand et Valérie Pécresse, qu’elle reçoit la semaine prochaine, elle a prévu « d’avoir des souches d’adhésion prêtes » sur place. « C’est l’occasion ».

Reste à voir si l’effet de ces nouvelles cartes sera favorable à Valérie Pécresse et Xavier Bertrand. « Michel Barnier n’a jamais fait lui le yoyo entre j’y suis, j’y suis pas », glisse Catherine Deroche. C’est l’argument de ses soutiens : sa fidélité serait appréciée des militants qui sont restés. Une chose est sûre, souligne la sénatrice : « Les adhérents choisiront et ce sont eux, qui sont la clef de voûte ».

» Lire aussi : [Info Public Sénat] Primaire : les nouveaux statuts de LR prévoient une clause anti Zemmour

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le