Congrès LR : le sénateur Philippe Bas chargé du contrôle « de la sincérité des résultats »

Congrès LR : le sénateur Philippe Bas chargé du contrôle « de la sincérité des résultats »

Le nom de l’ancien président de la commission des lois du Sénat va être soumis, ce mercredi, en bureau politique des LR, pour présider l’instance de contrôle du congrès du 4 décembre, où sera désigné le candidat. Cette instance décide de la « recevabilité des candidatures » et s’assure « de la sincérité des résultats ».
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

A défaut d’avoir (pour l’heure) un candidat, les LR enchaînent les bureaux politiques ces derniers temps, en vue de la désignation de leur champion (ne) pour la présidentielle. Celui qui se tient ce mercredi va mettre en place l’instance de contrôle du congrès du 4 décembre, où les adhérents sont appelés à départager les candidats.

C’est le sénateur LR Philippe Bas qui présidera, aux côtés du président des LR, Christian Jacob, ce comité, comme l’a révélé le JDD. Une information confirmée à publicsenat.fr. Il faut encore cependant que le bureau politique valide la nomination de l’ancien président de la commission des lois du Sénat. Sénateur de la Manche, Philippe Bas a aussi été secrétaire général de l’Elysée de Jacques Chirac. Il avait soutenu François Fillon lors de la primaire puis la présidentielle de 2017. Le grand public l’a découvert lorsqu’il a présidé la commission d’enquête du Sénat sur l’affaire Benalla.

Une instance imposée par les nouveaux statuts du parti

Le comité est imposé par les nouveaux statuts du parti, adoptés par les adhérents le 25 septembre dernier. Le troisième alinéa de l’article 37 prévoit qu’« une instance de contrôle, nommée par le bureau politique sur proposition du Président du mouvement, sera chargée de la validation du corps électoral, de la recevabilité des candidatures au regard notamment de leur compatibilité aux valeurs de la droite et du centre et de la sincérité des résultats ». C’est aussi cet alinéa qui permettrait aux LR de refuser une éventuelle participation d’Eric Zemmour au congrès, comme publicsenat.fr l’a révélé.

Cette instance de contrôle devra aussi s’assurer du bon déroulement des opérations de vote électroniques, être à l’écoute de tous les candidats et bien sûr être neutre. En cas de litige, on ne sait pas encore en revanche qui présiderait l’équivalent de la COCOE, s’il faut recompter les voix… C’était le nom de la fameuse instance d’arbitrage, au moment de la guerre Copé-Fillon pour la présidence de l’UMP. Elle avait à sa tête un ancien sénateur LR, Patrice Gélard, décédé en 2020. Mais contrairement à cette époque de tensions ultimes, le climat est meilleur entre les candidats Valérie Pécresse, Michel Barnier, Eric Ciotti et Philippe Juvin. Xavier Bertrand, quant à lui, a prévenu la semaine dernière qu’il ne participera pas à un « congrès d’affrontement ».

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le

Operation Wuambushu a Mayotte : Demolition en cours d’un vaste bidonville – Operation Wuambushu in Mayotte: Ongoing demolition of a vast slum
8min

Politique

« Mayotte place nette » : « La première opération était de la communication et la deuxième sera de la communication », dénonce le sénateur Saïd Omar Oili

Le gouvernement a annoncé ce mardi 16 avril le lancement du dispositif « Mayotte place nette », un an après le maigre bilan de l’opération baptisée « Wuambushu ». Saïd Omar Oili, sénateur de Mayotte, regrette le manque de communication du gouvernement avec les élus du département et met en doute l’efficacité de ce « Wuambushu 2 ».

Le