Illustration facade et entree d une Mairie.

Conseil national de la refondation : les associations d’élus locaux reçues à l’Elysée

L’Association des maires (AMF), des départements et Régions de France sont reçues cet après-midi à l’Elysée. Emmanuel Macron ne désespère pas de les faire participer au Conseil national de la refondation. Jusqu’à présent les élus ont décliné l’invitation, jugeant que le cadre n’était « pas approprié pour évoquer les enjeux » relevant des compétences des collectivités. 
Simon Barbarit

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Les élus locaux vont-ils changer d’avis et finalement accepté de participer au Conseil national de la refondation (CNR) ? C’est l’enjeu de cet échange direct prévu entre les représentants des élus locaux et du chef de l’Etat, cet après-midi.A trois jours du lancement de ce nouveau dispositif de concertation voulu par Emmanuel Macron et censé rassembler les acteurs politiques, économiques et sociaux, les refus se succèdent. Pour mémoire, les partis d’opposition et le président (LR) du Sénat Gérard Larcher refusent d’y participer, dénonçant entre autres une confusion des rôles avec le Parlement.>> Lire notre article. Conseil national de la refondation : la fin de non-recevoir de Gérard LarcherVendredi dernier, les trois associations d’élus rassemblés sous la bannière Territoires Unis, se sont ajoutés à la liste. « Nos trois associations ont été conviées par le Président de la République à participer au Conseil national de la refondation. Nous saluons cette volonté affichée de changement de méthode conduisant à écouter et solliciter davantage les élus locaux et l’ensemble des corps intermédiaires », écrivent, dans un communiqué commun, Carole Delga (régions), David Lisnard (maires) et François Sauvadet (départements).Mais « le cadre du CNR qui nous est proposé ne nous semble pas approprié pour évoquer les enjeux relevant des compétences de nos collectivités […] sans préjuger de son utilité, la configuration de cette réunion du CNR ne permettra pas un tel travail », jugent les auteurs.« Ce que nous voulons, c’est une structure permanente qui rassemble les exécutifs locaux et nationaux, avec un calendrier de réunions, pour évoquer des sujets concrets. Ce n’est pas à l’Etat tout seul de décider des règles. Il faut rassembler les exécutifs publics. L’urgence du moment c’est l’opérationnel », plaide Philippe Laurent, maire de Sceaux (UDI), deuxième vice-président de l’Association des maires de France (AMF).Plus que quelques heures pour convaincre… Le président doit en assurer le lancement du CNR jeudi à Marcoussis (Essonne). François Bayrou, Haut-Commissaire au Plan, en sera le secrétaire général.

Pour aller plus loin

Dans la même thématique

Paris : Question time to the Prime Minister Gabriel Attal
6min

Politique

100 jours à Matignon : « La stratégie Attal n’a pas tenu toutes ses promesses », analyse Benjamin Morel

Le Premier ministre marquera jeudi le passage de ces cent premiers jours au poste de chef du gouvernement. Si Gabriel Attal devait donner un nouveau souffle au deuxième quinquennat d’Emmanuel Macron, sa stratégie n’est néanmoins pas payante car il « veut en faire trop sans s’investir fortement sur un sujet », selon Benjamin Morel, maître de conférences en droit public.

Le

ILLUSTRATION : Carte Electorale
4min

Politique

Elections européennes 2024 : comment se déroule le scrutin ?

Tous les citoyens des pays de l’Union Européenne ne votent pas au même moment. Du 6 au 9 juin, ils se rendront aux urnes pour élire 720 députés au Parlement européen. Public Sénat vous explique tout sur ce scrutin, essentiel pour l’avenir de l’Europe.

Le

Belgium Europe Migration
7min

Politique

Parlement européen : quels sont les grands textes adoptés depuis 2019 ?

Entre le Covid et la guerre en Ukraine, la mandature 2019-2024 a dû subir et réagir à de grands bouleversements. Pacte vert, plan de relance, sanctions à l’égard de la Russie ou encore soutien à l’Ukraine… A l’aube du renouvellement du Parlement européen, retour sur les grands dossiers adoptés ces 5 dernières années au Parlement européen.

Le