Construire plus, aider les jeunes, économiser: la stratégie logement du gouvernement

Construire plus, aider les jeunes, économiser: la stratégie logement du gouvernement

Après des semaines d'annonces partielles, le gouvernement a dévoilé mercredi sa "stratégie" pour le logement, faite de mesures fiscales choc sur...
Public Sénat

Par Rebecca FRASQUET

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Après des semaines d'annonces partielles, le gouvernement a dévoilé mercredi sa "stratégie" pour le logement, faite de mesures fiscales choc sur la cession de terrains, d'aides publiques plus ciblées et d'un effort de construction en faveur des jeunes.

"Notre politique du logement ne correspond pas suffisamment aux besoins de nos concitoyens" car "la demande n'a cessé d'augmenter depuis plusieurs décennies", a affirmé le ministre à la Cohésion des territoires Jacques Mézard.

Ainsi le logement est-il "encore trop souvent facteur de grandes inégalités avec des catégories de nos concitoyens qui sont particulièrement touchées, les jeunes, les ouvriers", a-t-il poursuivi.

Pour favoriser la "mobilité", la pénurie de logements en zone tendue étant un frein à l'emploi, le gouvernement entend "libérer la construction, lever les freins, libérer le foncier et raccourcir les procédures".

Afin de favoriser la construction de logements dans les zones où les besoins sont forts, de forts abattements fiscaux seront consentis sur les plus-values immobilières, pour la vente de terrains en zones tendues, pendant trois ans.

"Cet abattement sera de 100% pour la vente de terrains permettant de construire du logement social, de 85% pour du logement intermédiaire, et de 70% pour du logement libre", a précisé le secrétaire d'Etat Julien Denormandie, lors d'une conférence de presse.

Quant aux entreprises propriétaires de foncier, elles pourront bénéficier du prolongement du taux réduit d'impôt sur les sociétés de 19%, "pour toute société qui cède ses locaux pour en faire du logement", a-t-il poursuivi.

Les aides au logement en France
Evolution du nombre de bénéficiaires d'aides au logement et du montant total de celles-ci en France depuis 1984
AFP

En outre deux aides publiques, le prêt à taux zéro (PTZ) octroyé aux ménages accédant à la propriété et l'avantage fiscal "Pinel", consenti aux particuliers achetant un logement pour le louer, seront "prolongées pendant quatre ans", mais distribuées de manière plus ciblée.

Elles seront concédées de façon à "construire plus vite en zone tendue et à soutenir la revitalisation dans les zones détendues", a indiqué M. Denormandie.

Ainsi le dispositif Pinel sera "recentré sur les zones A, Abis et B1 sur 4 ans", tandis que le PTZ "ciblera les zones A, Abis et B1" sur la même période, avec une "souplesse de transition sur la zone B2 durant l'année 2018", a-t-il précisé.

- 'Gel des normes, baisse des APL' -

Toujours pour "débloquer" la construction, les recours contre les permis de construire - qui empêchent la mise en chantier de quelque 30.000 logements selon les promoteurs - devront être "motivés dès leur dépôt", et les procédures abusives seront "davantage sanctionnées".

Et aucune "nouvelle norme technique" ne verra le jour pendant le quinquennat, un gel de la production normative qui ne concernera pas "les questions de sécurité", tandis que "100% des logements neufs devront désormais être évolutifs", rendus facilement accessibles aux handicapés", et non plus adaptés au handicap.

Quant aux normes environnementales et énergétiques "déjà votées", notamment dans le cadre de la Loi de transition énergétique qui s'appliquera "en 2020", elles seront appliquées.

Le ministre français à la Cohésion des territoires Jacques Mezard présente la stratégie du gouvernement pour le logement lors d'une conférence de presse le 20 septembre 2017 à Paris.
Le ministre français à la Cohésion des territoires Jacques Mezard présente la stratégie du gouvernement pour le logement lors d'une conférence de presse le 20 septembre 2017 à Paris.
AFP

Autre axe de ce plan logement, visant à aider les étudiants et les jeunes actifs, le gouvernement veut construire 60.000 logements pour les premiers et 20.000 destinés aux seconds, sur le quinquennat.

Il va également proposer une "solution de garantie" à tous les étudiants locataires "sans conditions de ressources et pour tous les logements", en étendant la garantie existante, Visale, financée par Action Logement.

Un "bail mobilité de 1 à 10 mois", sera par ailleurs créé, à destination des étudiants et des personnes en formation, pour lequel "aucun dépôt de garantie ne sera demandé", a précisé M. Denormandie.

Polémique, la baisse de 5 euros mensuels des aides personnelles au logement (APL) sera bien complétée par une baisse des APL de plus grande ampleur dans le secteur social.

Celle-ci devrait dégager 1,4 milliard d'euros d'économies, a précisé M. Denormandie, et sera compensée, pour les locataires, par une baisse des loyers qui sera imposée aux bailleurs sociaux, lesquels ont vivement protesté.

Cette stratégie sera complétée par des mesures budgétaires annoncées le 27 septembre, alors que le gouvernement cherche à dégager 16 milliards d'euros d'économies dans le Projet de loi de finances 2018.

Dans la même thématique

Paris: Jordan Bardella  debate with France’s Prime Minister Gabriel Attal
9min

Politique

Ecologie : un séminaire du gouvernement pour « montrer que l’engagement n’a pas diminué »… à dix jours des européennes

Le premier ministre Gabriel Attal a rassemblé ses ministres pour « faire le bilan » de l’action de l’exécutif en matière d’environnement, avant des annonces attendues en juin sur le plan d’adaptation au réchauffement. De quoi faire une piqûre de rappel aux électeurs macronistes déçus, juste avant les européennes. Matignon plaide le « hasard de calendrier ».

Le

Construire plus, aider les jeunes, économiser: la stratégie logement du gouvernement
3min

Politique

Européennes : « Aujourd’hui, l’Europe est surtout guidée par des critères financiers », tance Pierre Larrouturou

38 listes pour 38 différentes visions de l’Europe. Alors que pour la majorité des listes, la campagne se fait en catimini, Public Sénat a décidé de vous permettre d’y voir plus clair, en vous présentant le programme de ces « petites » listes. Aujourd’hui, p arole à Pierre Larrouturou, tête de liste de « Changer l’Europe », qui défend « une Europe qui s’intéresse au bien-être, qui fait baisser les loyers, et qui améliore la vie quotidienne des gens ».

Le