Coquerel prône un “référendum national” pour la SNCF et défend celui chez Air France

Coquerel prône un “référendum national” pour la SNCF et défend celui chez Air France

Le député de la France insoumise Eric Coquerel, qui appelle le gouvernement à retirer son projet de réforme de la SNCF, s'est dit...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Le député de la France insoumise Eric Coquerel, qui appelle le gouvernement à retirer son projet de réforme de la SNCF, s'est dit favorable mercredi à "un référendum national" sur l'ouverture à la concurrence du rail français.

Interrogé sur Public Sénat pour savoir si le référendum qui s'est tenu au sein d'Air France, à l'issue duquel le PDG a remis sa démission, n'était pas un mode de consultation "dangereux", le député LFI a ironisé: "c'est étonnant parce que quand c'est un référendum style Smart (...) vous ne trouvez pas ça dangereux, et là, c'est dangereux parce que ça va dans l'autre sens".

Un an après un référendum consultatif qui avait divisé le personnel, sur fond de menace de délocalisation, les salariés de l'usine Smart de Hambach (Moselle) étaient repassés aux 39 heures payées 37 à l'automne 2016, malgré l'opposition des syndicats majoritaires.

"Les salariés se sont serré la ceinture depuis des années à Air France, ils ont accepté tous les efforts, et le bilan, c'est qu'au moment où ça redémarre un peu, on leur dit +il faut continuer les efforts+. Donc tout ne peut pas toujours se faire sur le dos du travail au profit de la rente", a-t-il critiqué.

Concernant la réforme de la SNCF, "s'il y avait un référendum à faire - une fois le projet retiré - ce serait un référendum national, car la SNCF est une entreprise publique".

La question pourrait porter "sur le fait de savoir si oui ou non par exemple on ouvre la SNCF à la concurrence". Selon lui, cette ouverture, votée "en catimini au Parlement européen", n'est jamais apparue, "à n'importe quelle élection, dans (les) programmes" des partis, alors que le soutien à cette mesure est d'après lui "minoritaire" dans la population.

La CGT accueille mercredi à 17H00 une réunion de l'intersyndicale (CGT, Unsa, SUD-rail, CFDT) pour décider des suites à donner au mouvement de contestation de la réforme de la SNCF, après les rencontres bilatérales de lundi entre les syndicats et le Premier ministre.

Le secrétaire de la CGT Cheminots, Laurent Brun, a indiqué mercredi qu'elle allait organiser un référendum pour "questionner les cheminots" et savoir s'ils soutiennent la réforme de la SNCF, estimant que "pour l'instant il n'y a pas de fin du conflit".

Pour mercredi, 16e journée de grève, la SNCF fait part d'un taux total de grévistes en matinée de 14,46%, le plus faible depuis le début du mouvement de grève le 3 avril par épisode de deux jours sur cinq. Plus d'un conducteur sur deux est gréviste (53%)

Dans la même thématique

Coquerel prône un “référendum national” pour la SNCF et défend celui chez Air France
4min

Politique

Nouveau Front populaire : députés et sénateurs réunis pour une démonstration de force

Les près de 130 parlementaires PS avaient rendez-vous au Sénat pour une réunion « opérationnelle », explique le président des sénateurs socialistes Patrick Kanner. Une rencontre qui permet aussi d’afficher le poids du parti au Parlement, à l’heure où les négociations patinent toujours pour Matignon, sur fond de désaccords avec La France insoumise.

Le

Strasbourg – Plenary Session of the European Parliament, Gallia – 17 Jul 2024
5min

Politique

Parlement européen : le cordon sanitaire contre l’extrême-droite résiste

Les votes étaient scrutés. Mardi 16 juillet les députés ont élu les 14 vice-présidents du Parlement européen. Des postes hautement symboliques. Mais même si l’extrême droite est en progression au Parlement européen, le cordon sanitaire semble avoir tenu : « Les Patriotes pour l’Europe », le nouveau groupe dirigé par Jordan Bardella et « L’Europe des nations souveraines » où siège l’AFD, l’extrême droite allemande, font chou blanc. A noter tout de même, le groupe ECR de la Première ministre Italienne Giorgia Meloni obtient deux postes.

Le

Gabriel ATTAL, French Minister of Education and Youth, was at the Gilbert DRU middle school in Lyon
10min

Politique

Derrière « le pacte d’action » que veut construire Gabriel Attal, un appel du pied de la macronie aux LR

Le Premier ministre souhaite ouvrir des discussions avec les groupes politiques « autour de projets et d'actions au service des Françaises et des Français ». Si à ce stade, un élargissement du courant présidentiel vers la gauche semble difficilement envisageable, la droite, en revanche, tenterait de négocier auprès des macronistes certains postes clés à l’Assemblée nationale.

Le