Corbière (PG): se ranger derrière le candidat PS serait “ne pas comprendre le moment”

Corbière (PG): se ranger derrière le candidat PS serait “ne pas comprendre le moment”

Le porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, Alexis Corbière, a estimé mardi que "ce serait ne pas comprendre le moment politique" que...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Le porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, Alexis Corbière, a estimé mardi que "ce serait ne pas comprendre le moment politique" que d'appeler à "se ranger derrière le candidat" du parti socialiste.

Vainqueur de la primaire organisée par le PS, Benoît Hamon a assuré dimanche qu'il proposerait au candidat de France Insoumise notamment de construire une majorité gouvernementale.

Evoquant "un pays en grand état d'ébullition", M. Corbière a décrit à l'antenne de France Inter un "moment politique" ressemblant à "une espèce de coup de balai, de bowling, de chamboule-tout".

La désignation de M. Hamon dans ce contexte "change plein de choses et, en même temps, les fondamentaux restent (...), je ne crois pas que le Parti socialiste, c'est-à-dire le parti qui soutient ce gouvernement depuis 2012, soit en capacité à travers son candidat de capter cette énergie", a-t-il estimé.

"Face à la droite et l'extrême droite, ce serait ne pas comprendre le moment que de dire: +rangez-vous derrière le candidat PS+", a-t-il analysé, ajoutant que "celui qui croit que c'est à travers les vieilles formations politiques et particulièrement le PS que va passer cette énergie populaire qui veut autre chose se trompe".

Il a souhaité que "des gens" aient "les chevilles qui se dégonflent un peu parce que ce n'est pas parce que, dans le cadre d'une primaire socialiste, on gagne qu'on est le personnage autour duquel chacun doit se ranger".

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allées ces dernières années.

Le

Corbière (PG): se ranger derrière le candidat PS serait “ne pas comprendre le moment”
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le