Corse : « Il ne faut lâcher sur rien », affirme Manuel Valls

Corse : « Il ne faut lâcher sur rien », affirme Manuel Valls

L’ancien Premier ministre se réjouit du discours tenu par Emmanuel Macron, mardi à Ajaccio. Ni oubli ni pardon, Manuel Valls veut rappeler la mémoire de Claude Érignac et juge qu’une amnistie « aurait été une insulte ». Selon lui, ce qui se joue en Corse témoigne d’une crise identitaire qui traverse l’Europe.   
Public Sénat

Par Héléna Berkaoui

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

« Personne n’oublie, les familles, les victimes, la société, personne ne peut oublier », clame Manuel Valls. L’assassinat du préfet Claude Érignac a été commémoré hier à Ajaccio en présence du chef de l’État. Une cérémonie poignante pour Manuel Valls qui a tout été particulièrement ému par le discours de la veuve du préfet. « Les mots, hier, de Dominique Érignac avaient une force bien plus importante que celles des responsables politiques », assure Manuel Valls qui souscrit à chacun de ces propos.

 « Quand elle a dit ‘‘oublier un crime, c’est un crime’’, elle avait raison. On ne peut pas tourner la page. » À ce titre Manuel Valls s’oppose fermement à la demande d’amnistie pour « les prisonniers politiques » corses. Le chef de l’État a lui-même écarté cette option dans son discours. « C’est important de dire que le président de la République a dit pas d’amnistie. Ça aurait été une insulte à l’égard de ceux qui ont la mémoire de Claude Érignac », insiste Manuel Valls.  

« Nous vivons une crise identitaire, donc ce qui se joue en Corse est un symbole pour le reste de la France, il ne faut lâcher sur rien »

L’amnistie des prisonniers corses « aurait été une insulte », selon Manuel Valls
01:32

Après la commémoration vient le temps de la politique pour Emmanuel Macron. Le chef de l’État tiendra un discours cadre sur l’avenir de la Corse mercredi. Les revendications des nationalistes corses – élus confortablement en décembre dernier – ne trouvent que peu d’échos chez les politiques hexagonaux. L’ancien Premier ministre en témoigne, selon lui « Il ne faut lâcher sur rien. »    

Manuel Valls considère que « ce qui se joue en Corse » est symptomatique d’une « crise identitaire » qui traverse toute l’Europe. « Partout en Europe on voit monter des nationalismes, des séparatismes, des populismes (…) Nous vivons une crise identitaire, donc ce qui se joue en Corse est un symbole pour le reste de la France, il ne faut lâcher sur rien », affirme-t-il.      

Dans la même thématique

Palais de Justice de Nice
7min

Politique

Législatives 2024 : les magistrats pourraient-ils s’opposer à un gouvernement dirigé par le RN ? 

A l’approche du premier tour des élections législatives, la question de la possibilité, pour les fonctionnaires, de désobéir au gouvernement devient de plus en plus pressante. Le syndicat de la magistrature a appelé à s’opposer à l’accession au pouvoir de l’extrême-droite. Une déclaration qui pose la question de savoir si les juges pourraient s’opposer à un gouvernement d’extrême-droite.

Le

Corse : « Il ne faut lâcher sur rien », affirme Manuel Valls
5min

Politique

Conflit LR/Ciotti : la direction provisoire du parti s’apprête à saisir la justice

Si Éric Ciotti s’affiche désormais aux côtés de Jordan Bardella et Marine Le Pen, son exclusion des Républicains, votée par deux fois en Bureau politique, a été suspendue par la justice. Les cadres du parti souhaitent convoquer un troisième Bureau politique, mais le député sortant s’y oppose. La direction provisoire du mouvement va donc saisir la justice, afin que soit désigné un administrateur provisoire.

Le

Julian Assange extradition decision at Royal Courts Of Justice in London, UK – 20 May 2024
5min

Politique

Libération de Julian Assange : « La mobilisation de l’opinion publique a payé »

L’épilogue d’une saga judiciaire longue de 14 ans. Ce mardi, Julian Assange a été relâché de sa prison du Royaume-Uni, à la suite d’un accord de plaider-coupable conclu avec la justice américaine. Poursuivi pour avoir révélé des centaines de milliers de documents confidentiels, il encourait jusqu’à 175 ans de prison. Très mobilisé pour la libération du fondateur de Wikileaks, le groupe communiste du Sénat se réjouit de cette libération.

Le