Corse: les dirigeants nationalistes “invitent” Macron à s’exprimer dans l’hémicycle de l’Assemblée

Corse: les dirigeants nationalistes “invitent” Macron à s’exprimer dans l’hémicycle de l’Assemblée

Les dirigeants nationalistes de Corse, qui avaient annoncé leur intention de boycotter la dernière étape du grand débat avec...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Les dirigeants nationalistes de Corse, qui avaient annoncé leur intention de boycotter la dernière étape du grand débat avec Emmanuel Macron jeudi en Corse, ont "invité" le président de la République à venir "échanger" jeudi matin dans l'hémicycle de l'Assemblée de Corse avec les élus de l'île.

Cet échange avec les élus, "selon des modalités dont nous pourrions convenir ensemble", aurait lieu le cas échéant avant la rencontre prévue pour le grand débat national à Cozzano entre Emmanuel Macron et des maires, a précisé devant la presse le président du Conseil exécutif de Corse Gilles Simeoni, lisant une déclaration solennelle en son nom et en celui du président de l'Assemblée de Corse Jean-Guy Talamoni et de l'ensemble du conseil exécutif de Corse.

Dans son interview publiée mardi dans Corse-Matin, Emmanuel Macron "a appelé de ses voeux l'ouverture d'un +dialogue pour l'Histoire+ et s'est dit +disponible et volontaire+ pour engager celui-ci", a déclaré M. Simeoni. "En réponse à cette déclaration, nous tenons à réaffirmer, publiquement et solennellement, que nous avons nous aussi la volonté inébranlable d'engager ce +dialogue pour l'Histoire+".

Dans ce cadre, il a appelé à aller au-delà du grand débat national, notamment "parce que le dialogue entre la Corse et l'Etat doit s'inscrire dans un processus qui a vocation à se poursuivre indépendamment du grand débat".

"Nous invitons donc le président de la République à venir échanger (...) le jeudi 4 avril au matin avec la représentation élue de la Corse, dans la diversité de ses expressions", a-t-il poursuivi: "Cet échange (...) aurait lieu au sein de l'institution qui est historiquement celle qui symbolise l'histoire contemporaine de la Corse, et dans l'hémicycle qui est le coeur battant de la démocratie insulaire, le lieu où, depuis 1982, date de création de l'institution, les présidents de la République ont tenu à s'exprimer pour acter ou présenter leurs décisions importantes".

"Par ce geste, nous exprimerions ensemble notre volonté commune d'initier le +dialogue pour l'Histoire+ que nous appelons tous de nos voeux", a-t-il conclu.

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le